Pérou - Décodage des langues maternelles de la culture andine

Publié le 23 Février 2020

Rusbell est un jeune natif d'Arequipa qui se consacre à l'étude des langues originaires parlées à l'époque du Tawantinsuyu. Sa théorie décode une nouvelle façon de toucher le passé : le langage.

Par Kevin Angel Oviedo Bernuy

21 février 2020 - Rusbell Mollo Guzmán, de son vrai nom Inkarricamac, veut être reconnu comme "un chercheur et un décodeur de la culture andine". Il vit à Arequipa et, grâce à sa chaîne YouTube ("Inkarricamac Inkari Kamaq"), il présente ses études sur les langues indigènes du Pérou, le quechua et l'aymara. Selon ce jeune chercheur autodidacte, elles contiennent des connaissances qui attendent d'être décodées. Un savoir qui cherche à comprendre la nature, et surtout à la respecter.

Rusbell propose que les langues quechua et aymara (principalement parlées à l'époque inca et dans les cultures précédentes) conservent des connaissances latentes sur leur philosophie, leur cosmovision et leur façon de voir le monde. Les anciens habitants du Pérou ont su conserver, dans leurs langues d'origine, tout ce qu'ils comprenaient dans leur travail avec la nature et l'environnement qui les entourait. On y trouve le secret de leur civilisation et les merveilles technologiques qu'ils ont réalisées pour bâtir un empire aussi puissant.

Le jeune youtuber et chercheur nous montre comment comprendre cette façon innovante d'aborder l'étude des principales langues indigènes du Pérou ancien.

- Pourquoi décoder des langues originales telles que le quechua ou l'aymara ?

Je sais que de nombreux archéologues, historiens et anthropologues trouveraient utile de pouvoir converser directement avec un Inca, avec un Kipukamayoq ou avec un sculpteur sur pierre, afin de résoudre plusieurs mystères du Tawantinsuyo. Et bien que beaucoup pensent que c'est pratiquement impossible, puisqu'elles ont toutes disparu il y a des siècles, il s'avère que les langues andines sont les seules langues distinctement incas qui ont réussi à survivre, presque intactes, jusqu'à nos jours. En d'autres termes, ces langues sont comme une fenêtre sur le passé inca, et je l'expliquerai tout au long de l'interview.  

- Y a-t-il une histoire ou un savoir caché dans ces langues ?

Bien sûr ! Par exemple, le japonais est une langue extrêmement hiérarchisée, il y a donc des termes qui ne peuvent être utilisés que par les enfants, les hommes, les femmes, les adultes, les chefs de famille ou les autorités ; sinon, cela paraîtrait étrange et serait également très irrespectueux (San, Chan, Sama, Kun). Quelque chose de similaire se produit avec ces langues. Par exemple, en quechua, ces mots n'existent pas : bonjour ; seulement Imaynalla ou Allillanchu (comment allez-vous ?). Il n'existe pas non plus de mot pour désigner un ami, seulement "waeqepanay" (mon frère et ma sœur), dit par un homme, ou Turañañay (mon frère et ma sœur) dit par une femme. Mal et tchao n'existe pas non plus en quechua, seulement mana allin (pas bon) et Tupananchiskama (jusqu'à ce que nous nous rencontrions à nouveau).

- Alors, peut-on parler d'une philologie des langues andines ?

Oui, et pour le comprendre, on peut se référer à l'hypothèse de Saphir Whorf ou Relativisme linguistique, dans laquelle il est dit que chaque langue détermine la façon de penser. Ainsi, chaque langue est fortement liée à la culture de son peuple. Comme je l'ai déjà expliqué en japonais et en quechua Ainsi, la philologie, outre l'étude des textes anciens, s'occupe également de l'analyse des mots dans les différentes langues. Malheureusement, au Pérou, aucune université ne dicte cette carrière, ce qui rend déjà difficile et conditionnel le fait de suivre ce type de recherche.

- Comment comprendre cette nouvelle façon d'aborder les études philologiques du quechua et de l'aymara ?

Un exemple très simple mais très fort est celui du philologue et polyglotte français, Jean- François Champollion, célèbre pour avoir déchiffré la façon dont les hiéroglyphes égyptiens sont lus. Pour ce faire, Champollion a étudié et comparé plusieurs langues anciennes telles que le chinois, le latin, l'arabe, l'hébreu, le grec, le syrien, avec le copte. Cette même méthodologie est celle que j'ai appliquée dans mes recherches, qui m'a déjà donné plusieurs résultats positifs, comme la possibilité d'élaborer un système d'écriture idéographique andin, de mieux comprendre la cosmovision et la philosophie andines ; ainsi que de redécouvrir des connaissances scientifiques complexes cryptées dans ces langues.

- Quel est le degré d'avancement ou de complexité de ces connaissances décodées ?

Eh bien, certains pensent que le quechua et l'aymara sont des langues déficientes parce qu'elles manquent de terminologie scientifique, mais il s'avère que, si ces terminologies existaient, seulement qu'elles étaient cryptées, pour que vous compreniez, je vais citer 3 exemples :

Wayruru : le nom de cette plante définit tout le processus de la photosynthèse, puisqu'elle est composée de Wayra (l'oxygène), d'Ayru (la plante) et d'Uru (la lumière du soleil).
Kallpa : en Quechua, il signifie force ou énergie et comprend le mot Allpa qui est la terre, et si la terre est de la matière ou de la masse, alors ce mot est totalement conforme à la théorie de la Relativité Spéciale du physicien allemand Albert Einstein. Qui a proposé que la formule E=mc2, exprime la correspondance entre l'Energie et la Masse ; comme le mot Kallpa, seul ce terme Quechua est beaucoup plus ancien.
Pacha : en Quechua, cela signifie temps, espace, univers et vêtements. Toutes ces significations feraient référence à un autre concept de la physique moderne, la théorie de la toile spatio-temporelle, où l'univers se courbe comme une maille cosmique. Cette théorie est similaire à la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein, mais il est surprenant qu'un tel concept ait déjà existé il y a des siècles en langue quechua.


- Y avait-il de la science et de la technologie, telles que nous les comprenons aujourd'hui, dans l'ancien Tawantinsuyu ?

Eh bien, si les exemples que j'ai donnés impliquent que les Incas avaient des connaissances avancées en astrophysique, il est logique de supposer qu'ils ont appliqué ces connaissances pour fabriquer des artefacts technologiques, seulement , étant aussi une culture très spirituelle et respectueuse de la nature, ces artefacts ne nuisaient pas à l'environnement. Les quipus de laine et les yupanas de pierre seraient un exemple de technologie écologique, sans compter qu'ils ont dû appliquer des équations mathématiques complexes pour construire les plateformes, les canaux d'irrigation, les murs cyclopéens, etc.

- En ce sens, quelle est l'importance des langues autochtones en Amérique latine face à l'hégémonie de l'espagnol ?

Si les Péruviens remplaçaient l'espagnol par le quechua, beaucoup de choses changeraient pour le mieux dans le pays. 
Comme je vous l'ai dit au début, chaque langue a une façon différente de raisonner et, à mon avis, l'espagnol ou le castillan est une langue un peu négative. Par exemple, il y a ceux qui disent que c'est un langage macho, c'est pourquoi c'est comme héros et héroïne, renard et renarde, chien et chienne. Un autre exemple serait le mot travail, dont l'étymologie est associée à un joug ou à une torture, de sorte que chaque fois que nous disons : "Je vais travailler", nous l'associons à quelque chose de négatif, mais les langues andines ne présentent pas ces défauts mentaux. On peut dire que ces langues sont plus positives. Et, si vous y réfléchissez bien, les puissances mondiales ont quelque chose en commun, elles parlent toutes leur langue maternelle, au Japon elles parlent japonais, en Chine elles parlent chinois, en Russie elles parlent russe, etc. Donc, je suis sûr que si les Péruviens remplaçaient l'espagnol par le quechua, beaucoup de choses changeraient pour le mieux dans le pays.

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 21/02/2020

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pérou, #Peuples originaires, #Les langues, #Aymara, #Quechua, #Incas

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :