Mexique - La vallée de Mexicali est toujours debout contre le gasolinazo et en défense de son eau

Publié le 24 Janvier 2017

Ville de México I Desinformémonos I Pour la troisième occasion en moins de dix jours, plus de 20 mille mexicalenses, sont sortis pour protester contre les politiques mises en application par les trois ordres du gouvernement : contre la hausse du prix de l'essence, contre la Loi de l'Eau qui prétend à sa privatisation,  et maintenant s'est ajoutée la présence de milliers de résidents de la Vallée de Mexicali qui protestent contre l'installation d'une brasserie qui leur prendra l'eau pour arroser ses champs de culture.

Ce dimanche 22 janvier, à partir de 10 heures du matin, des milliers de citadins ont marché depuis le monument à Vicente Guerrero jusqu'à la Place civique de Tres Poderes (des Trois pouvoirs). Là ils ont exigé la démission d'Enrique Peña Nieto comme président du Mexique et de Francisco Vega de Lamadrid comme gouverneur. 

Une lecture a été donnée d'une pétition qui exige de faire marche arrière dans le gasolinazo, la révision de quelques articles de la Loi sur l'eau qui ne sont pas très clairs bien que la loi précitée a été abrogée, l'attention du statut social de la retraite des travailleurs de l'éducation et l'exigence de suspendre l'installation de la brasserie de l'entreprise Constellation Brands pour laquelle le gouvernement d'état projette la construction d'un aqueduc de 47 kilomètres dans la Vallée de Mexicali qui prendra l'eau aux paysans et aux agriculteurs de la région.

De sa part le Front Unique de Lutte, composé de l'Alliance Nationale, Étatique et Municipale d'Organisations pour la Justice sociale, le Comité “Ricardo Flores Magón“, les Défenseurs du Parc Benito Juárez, le Front populaire Révolutionnaire, le Mouvement de Resissstencia Estatal –la CNTE, le Parti Communiste du Mexique (marxiste - léniniste), le Syndicat Indépendant National Démocratique des Journaliers Agricoles, et Ya Basta! a émis un communiqué dans lequel ils posent les axes de la lutte de leur mouvement et le plan d'action à réaliser dans la planification d'une mobilisation des journaliers de San Quintín dans la ville de México le 4 mars suivant.

Ici le texte du communiqué :

“Les premiers jours de cette année 2017 ont été des jours de mobilisation impressionnants. En répondant avec courage face au gasolinazo, et dans l'état de la Basse-Californie contre la privatisation de l'eau, nous sommes sortis dans la rue pour exprimer notre rejet des politiques  anti populaires du régime. Le peuple de toutes les municipalités de l'état et pratiquement de tout le pays est sorti pour protester, les actions ne sont pas uniquement des simples réclamations ou de simples concentrations sur des places publiques; ces derniers jours se sont caractérisés par le signalement de l'entrée de la station de Pemex sur les Plages de Rosarito et de Mexicali, la libération des postes de péage, la présence de la Douane en donnant un laissez-passer libre, sans compter les marches multiples et les manifestations partout. La patience du peuple atteint la limite. Dans ce cadre, les organisations du Front Unique de Lutte et les adhérents à cette Déclaration, nous nous manifestons pour travailler à la plus large unité entre toutes les organisations, groupes, collectifs, activistes et citadins en général qui sont fatigués de supporter l'opprobre de la politique traîtresse du régime. Nous manifestons notre indigestion et la disposition pour lutter de manière organisée pour récupérer ce qui reste d'un pays et pour chercher à en finir avec l'oppression et l'exploitation de l'oligarchie financière et son élite gouvernante. Nous travaillerons sous l'agenda suivant commun d'unité :

• Pour la liberté de tous les prisonniers politiques arrêtés dans les manifestations des derniers jours, particulièrement à Rosarito.

• Pour la punition des responsables des trois niveaux de gouvernement, qui ont travaillé de manière coordonnée pour réprimer les manifestants à Rosarito.

• Contre toutes les réformes structurelles (de travail, hacendaria, éducative, énergétique, des télécommunications) qui ne sont nuls autres que des moyens dans lesquels se livrent les ressources du pays à l'initiative privée.

• Contre la nouvelle Loi de l'Eau en Basse-Californie, qui privatise et augmente le prix de ce droit.

• Contre les gasolinazos.

• Contre le reemplacamiento et l'augmentation des impôts.

Les formes de lutte que nous réaliserons combineront la lutte légale avec la mobilisation sociale, mettant l'accent sur le fait qu'elle peut conduire à organiser le grand mécontentement social du pays et faire route en direction de la transformation pour un monde nouveau et une terre juste.

 Dans l'immédiat nous nous ajouterons à la demande d'un référendum qui fasse marche arrière de la nouvelle Loi Étatique de l'Eau dans l'état. Dans ce sens, nous appelons à maintenir les diverses formes de boycott économique et les appels à ne pas payer d'impôts. Nous avons élaboré un Plan d'Action à moyen terme que nous chercherons à élargir et contenant autant que possible toutes les demandes populaires. Les activités concrètes se diffuseront par les médias du Front Unique de Lutte et les organisations, les collectifs et les activistes adhérents” conclut le communiqué.

Traduction carolita d'un communiqué paru dans Desinformémonos le 23 janvier 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique

Repost 0
Commenter cet article