Brésil - Les Ka'apor rejettent l'exploitation minière sur leurs terres pour avoir causé la destruction et la mort

Publié le 3 Avril 2019

Servindi, le 2 avril 2019 - Un rejet retentissant a été exprimé par les membres du peuple Ka'apor à la société Vale do Rio Doce pour n'avoir apporté que mort et destruction aux peuples autochtones.

"Là où il y a des barrages en général, hydroélectriques, agro-industriels, miniers, il n'y a que pauvreté, misère, maladie et destruction ", indique une déclaration signée par soixante-dix participants au cours de formation des gestionnaires Ka'apor.

Compte tenu de l'expérience vécue par d'autres peuples autochtones des États de Minas Gerais, Pará et Maranhão, ils ont réaffirmé leur décision de rejeter l'exploitation minière sur leurs terres.

Ils décrivent les compagnies minières et le gouvernement Bolsonaro comme des "bandeirantes", une allusion directe aux descendants des Portugais qui, dans la colonie, kidnappèrent des Indiens pour les vendre comme esclaves.

Le peuple Ka'apor de la région de l'Alto Turiaçu, Paruá, Gurupi, dans l'État du Maranhão, est représenté au Conseil de gestion Ka'apor, protégé par la Garde d'autodéfense de Ka'apor.

Dans cette condition d'autonomie, ils déclarent qu'ils gèrent leur territoire ancestral pour leur bien vivre et n'acceptent aucune réunion, consultation ou projet minier sur leurs terres ancestrales.

Vous trouverez ci-dessous le communiqué complet des membres du peuple

Vale do Rio Doce, c'est la mort et la destruction, pas d'exploitation minière sur les terres indigènes !


Nous, du peuple Ka'apor, participants du cours de formation des managers Ka'apor (1), sommes réunis à 70 personnes dans notre centre de formation Ximborenda.

Notre Tuxa ta pame, qui constitue le Conseil de gestion Ka'apor, a reçu des nouvelles des frères et sœurs indigènes de l'État de Minas Gerais qui ont souffert du barrage de VALE DO RIO DOCE dans la ville de Brumadinho, de la mort des rivières et des nombreuses personnes qui ont travaillé et vécu dans cette région.

Cela s'était déjà produit dans la ville de Mariana, dans le Minas Gerais et dans la ville de Barcarena, dans l'État du Pará.

Nos frères et sœurs Awja Guajá qui vivent dans le Rio Pindaré, ici dans l'état du Maranhão, nous ont envoyé un message sur leur situation lorsque la VALE DO RIO DOCE est arrivée dans la région pour faire le chemin de fer.

Jusqu'à aujourd'hui, ils souffrent de l'invasion des bûcherons qui ont brûlé vifs des enfants indigènes et persécuté des frères et sœurs indigènes qui vivent encore dans l'isolement.

La VALE DO RIO DOCE n'a apporté la mort et la destruction que là où elle est arrivée.

La VALE DO RIO DOCE ment et trompe les Indiens du Maranhão avec cet accord qu'elle a conclu avec la FUNAI (2) pour donner de l'argent et diviser et faire taire les organisations et les leaders indigènes.

Nous étudions dans notre formation et nous savions que depuis l'époque de la colonie, les Bandeirantes (3) sont venus pour trouver des minéraux précieux, poursuivre, tromper, arrêter et tuer les Indiens.

La VALE DO RIO DOCE, d'autres compagnies minières et le gouvernement anti-indigène de Bolsonaro qui veulent permettre l'exploitation minière sur les terres indigènes sont les Bandeirantes d'aujourd'hui.

Là où il y a des barrages en général, hydroélectriques, agro-industriels, miniers, il n'y a que pauvreté, misère, maladie et destruction.

Nous, peuple Ka'apor des zones et villages de protection de la région de Alto Turiaçu, Paruá, Gurupi, ici dans l'état de Maranhão, coordonnés par le Conseil de gestion Ka'apor et protégés par la Garde de l'Autodéfense Ka'apor faisons la gestion de notre territoire pour notre bien vivre et nous ne prenons aucune réunion, consultation ou projet de mine.

Nous, peuple Ka'apor, disons NON à la VALE DO RIO DOCE, NON au GOUVERNEMENT ANTI-INDIGÈNE DE BOLSONARO ET NON à l'EXPLOITATION MINIÈRE EN TERRE INDIGENE.

Maranhãozinho, 5 mars 2019.

Gestionnaires des Ka'apor des zones de protection et des villages du Conseil de gestion des terres autochtones de l'Alto Turiaçu Ka'apor

Notes

(1) Initiative populaire Kaapor pour une éducation autonome.

(2) Fondation Nationale de l'Indien - organisme du gouvernement fédéral.

(3) Hommes descendants des Portugais qui, à l'époque coloniale, ont fait des incursions dans l'intérieur du Brésil depuis la ville de São Paulo pour enlever les Indiens et les vendre comme esclaves, chercher des minéraux et d'autres activités.

traduction carolita d'un article paru sur le site Servindi.org le 2 avril 2019