Mexique- Miroirs des peuples indigènes du CNI (congrès national indigène) - Territoire Chinanteco - Oaxaca

Publié le 24 Avril 2017

Miroir 9 : La grande Chinantla (Oaxaca) est un territoire indigène auquel on peut attribuer deux significations possibles Qui-an : "Homme bon et gentil", personnage qui a fondé le premier peuple Chinanteco vers l'année 1100 ou Chinantla qui signifie littéralement "espace fermé" et sert à désigner une vallée entourée de montagnes.

Il y a trois parties importantes dans la zone chinantèque : la basse, la moyenne et la haute. Sur ce territoire courent les affluents du rio Papaloapan, dans les campagnes se rencontrent des plantes médicinales pour combattre les maladies chroniques comme l'hypertension, dans les environs de Playa Limón se trouvent des sites naturels qui sont menacés d'être dépouillés par des capitaux européens pour y développer des centres touristiques, laissant de côté les habitants, les transformant en employés des dits centres, par exemple maintenant ils les font payer pour la baignade ou les loisirs de rivières environnantes de Chinantla. De même; les chinantecos disent que dans les montagnes ils ont trouvé de l'uranium et du cuivre; pour eux, certains entrepreneurs japonais et américaines sont en train de faire des études de leur terrain. Les envoyés du secrétariat de l'environnement et des ressources naturelles (Semarnat) vont dans la chinanteca et disent aux habitants qu'ils vont capturer le carbone et que cela sera bénéfique à la communauté, mais les peuples ne savent pas que ce carbone c'est pour les riches et vendent leurs bons de carbone aux étrangers. Les habitants de la chinantla n'ont pas d'écoles dignes ni de cliniques où ils peuvent bien se soigner. Ils ont été touchés par les programmes gouvernementaux comme le Programme de Certificat des Droits (Procede) en collaboration avec le secrétariat de la Réforme Agraire (SRA) lequel essaie de convaincre les habitants de se certifier et d'être affiliés aux programmes sociaux du gouvernement fédéral.

Ils promettent des choses aux paysans, des choses apparemment bien, mais sous condition qu'ils les soutiennent lors des périodes électorales ou simplement de les dépouiller lentement de leur terre pour créer des corridors touristiques. Dans le passé, ils ont commencé une lutte pour obtenir une protection (amparo) en matière agraire contre le dépouillement de leurs ressources naturelles et contre le Secrétariat de la reforme Agraire, le cas a été porté avec l'avocat et la coordinatrice générale du cabinent juridique Tierra Y Libertad que conduit l'avocate Bárbara Zamora. Cette lutte juridique a été méritante face à la répression gouvernementale des trois niveaux, entre les perquisitions des maisons, les lynchages des membres de la Force Indigène Chinanteca (FICH), membres du Congrès National Indigène (CNI) et adhérents à la sexta, et également des menaces de mort.

"Nous avons eu des informations sur les projets du capitalisme, nous voyons ce qui s'est passé dans la région et dans d'autres régions, comment ils ont été dépouillés par les institutions du gouvernement en complicité avec les entreprises transnationales. Nous pensions que nous devins former une organisation qui serait utile pour nous défendre de ces dépossessions " racontent les membres de la FICH.

Traduction carolita du site du CNI : (liens et image, informations en espagnol avec les 2 liens ci-dessous : 

Mexique- Miroirs des peuples indigènes du CNI (congrès national indigène) - Territoire Chinanteco - Oaxaca

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Mexique, #CNI, #Chinanteco

Repost 0
Commenter cet article