Violences policières : Myriam à Bordeaux engage la responsabilité de l'Etat devant la justice

Publié le 11 Février 2017

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde, le 9 février 2017

En pleine affaire Théo à Aulnay-sous-Bois, Myriam Eckert, engagée auprès du DAL notamment, victime de violences de la part de CRS en 2009 lors d'une manifestation à Bordeaux, demande des comptes et assigne l'Etat devant la justice.

"Je ne lâcherai pas l'affaire, pour eux et pour moi". Myriam Eckert se bat depuis huit ans dans ce dossier. Et lors de l'audience qui s'est tenue au tribunal de grande instance de Bordeaux ce jeudi matin, en pleine affaire Théo à Aulnay-sous-Bois, cette militante Bordelaise, s'est faite la porte-parole de tous ceux qui sont victimes de violences policières et qui "n'ont pas le courage et l'énergie" de porter plainte.

Un coup de tonfa et une garde à vue injustifiée selon elle

En 2009, le soir du 19 mars, Myriam participe à un rassemblement de soutien à des squatteurs d'un immeuble de la rue Saint-Genès à Bordeaux en cours d'évacuation, quand les CRS interviennent pour disperser la manifestation. Elle raconte avoir pris un coup de tonfa (sorte de matraque avec une poignée) derrière la tête, puis avoir été placée en garde à vue alors même qu'elle était blessée, et sans aucune justification, selon elle.

la suite : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Ya basta les violences policières

Repost 0
Commenter cet article