Etats-Unis : La nation Apache Mescalero

Publié le 21 Septembre 2017

Par Inconnu — Inconnu, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=34481120

Peuple autochtone des EU qui est de lignée athapaskane et qui vit dans le centre-sud du Nouveau-Mexique.

Le nom : le mot « apachu » viendrait du zuñi qui veut dire ennemi

Autodésignation : shis-inday =peuple des montagnes ou Mashgaéndé (les gens proches des montagnes) ou tout simplement Inday/Indee, le peuple.

Mescalero est un nom donné par les espagnols qui vient de l’aliment de base de ce peuple le mescal, l’agave.

Langue : dialecte apache mescalero de la famille des langues athapaskanes.

C’était un peuple nomade des montagnes se déplaçant jusque dans les plaines du sud pour y chasser le bison et pour récolter le mescal. Ils étaient des chasseurs/cueilleurs récoltant diverses plantes (agave, baies, graines, noisettes, oignons et pommes de terre sauvages, graminées) les noix et els graines étaient broyées pour faire une farine. Ils pratiquaient parfois une petite culture de maïs.

Population : 3156 personnes

Peuple reconnu par le gouvernement fédéral.

La réserve

Mescalero apache tribe au Nouveau-Mexique.

Par Ish ishwar (discussion · contributions) — Bureau of Indian Affairs. (n.d.). Indian Reservations in the Continental United States [Map]. Retreived November 10, 2006, from http://www.cr.nps.gov/nagpra/DOCUMENTS/ResMAP.HTM.Ortiz, Alfonso (Ed.). (1983). Handbook of North American Indians: Southwest (Vol. 10). Washingon, D.C.: Smithsonian Institution.Mithun, Marianne. (1999). The languages of Native North America. Cambridge: Cambridge University Press.U.S. Census Bureau. (2000). American Indians and Native Alaskans in the United States [Map]. Retreived November 10, 2006, from http://www2.census.gov/geo/maps/special/aian_wall/aia_us_100.gif., CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1332281

 

La réserve est établie dans un premier temps en 1873 puis une nouvelle réserve leur est attribuée en 1883 d’une superficie de 1862.463 km2.

Elle comprend presque tout le comté d’Otero.

L’économie de la réserve est basés sur l’élevage en ranch et le tourisme ainsi que l’exploitation forestière des contreforts des montagnes couverts de pins.

Un musée et un centre culturel regroupent des artéfacts tribaux et des informations historiques importantes.

Un casino est développé sur la réserve Inn of the mountains resort and casino (IMG) dans la forêt nationale de Lincoln ainsi qu’une station de ski sous contrat comme concession auprès du service forestier des EU. C’est le domaine skiable le plus méridional d’Amérique du nord.

Le gouvernement tribal se tient à partir de l’élection du poste de président tous les 2 ans. Les huit membres du conseil tribal sont élus aussi tous les 2 ans. En 1959 a été élue la première femme présidente Virginia Klinekole.

image

Dans la réserve Mescalero des montagnes sont considérées comme sacrées dans la cosmovision des Apaches, elles représentent la direction de la vie du quotidien pour eux et les ancêtres disent que White Mountain est le lieu de l'émergence du peuple. C'est sur White Mountain que Painted Woman a donné naissance à deux fils, Child of Water et Killer of Enemies qui sont nés pendant une forte tempête lorsque le tonnerre et la foudre sont venus du ciel. Des monstres géants voulaient les tuer car ils craignaient la puissance de Painted Woman et ses fils s'ils avaient l'idée de se soulever. Quand les fils ont grandi et sont devenus des hommes ils sont allés dans la montagne et ont tué les monstres et la paix revint sur terre, pour tous les êtres humains.

Les autres montagnes sacrées sont Sierra Blanca, le pic de Guadalupe, les montagnes Tres Hermanas, et  North Oscura peak.

Etats-Unis : La nation Apache Mescalero

Par Not given — http://digital.denverlibrary.org/cdm/ref/collection/p15330coll22/id/36790, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3613623

Histoire

 

llano estacado- Par Leaflet (talk) — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4696841

A l’origine les différentes bandes Mescaleros et groupes locaux se déplaçaient dans une région allant du Rio Grande à l’ouest, le bord sud-est et oriental du Llano Estacado et le sud du Texas panhandle à l’est, Santa Fe actuelle dans le nord-ouest et le Texas Panhandle du nord-est jusqu’à Big Bend (qui est devenu les états mexicains de Coahuilla et Chihuahua).

Le paysage était très varié, avec la présence de montagnes élevées, de vallées irriguées et abritées entourées de semi désert et de déserts arides, de canyons profonds, de plaines ouvertes.

Chaque bande Mescalero avait le droit d’utiliser les ressources des groupes voisins ce qui fait que chaque bande se trouvait chez lui dans n’importe quel endroit de ce vastes territoire tribal.

Les groupes parfois se rassemblaient pour la chasse, la collecte ou la guerre ou bien encore pour faire des raids.

Leur territoire s’appelait Slun Nakah (le peuple ou l’endroit où les gens se réunissent).

Quand les Comanches les ont contraints à se déplacer ils sont partis se réfugier au Nouveau-Mexique, dans l’ouest du Texas et dans l’état actuel de Coahuilla (Mexique)

Ils s’installent dans le sud du Nouveau-Mexique au XVIe siècle, obtiennent des chevaux à la même période. Les Apaches Jicarilla et eux attaquent les colonies et les villages espagnols sur le Rio Grande et après 1680 ils contrôlent le Camino Real, chemin principal d’El Paso a Santa Fé.

Ils chassent le bison dans les plaines du sud.

Gouyen, guerrière mescalero - By Source, Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=23215255

Après 1725 les Comanches qui ont acquis des armes à feu avec les français les obligent à se retirer dans les montagnes ce qui met fin à leur mode de vie dans les plaines.

Un traité en 1801 les autorise à se déplacer au Mexique et au Nouveau-Mexique mais les relations avec les mexicains et les Mescaleros restent fragiles.

Au cours de la guerre américano-mexicaine en 1848, ils s’opposent aux texans aux côtés et pensent qu’en suite les américains seront reconnaissants envers les alliés qu’ils étaient. Ils sont donc dégoûtés de voir que les promesses ne sont pas tenues, que les américains considèrent leurs terres comme leur propriété et même que ces derniers veulent les « pacifier ». Chacun à ce moment-là de l’histoire est prêt à défendre son mode de vie. Aussi les raids apaches reprennent quand les promesses des agents fédéraux qui devaient les défendre et leur fournir des vivres ne sont pas respectées. En 1863 le général James Carleton les force à se rendre dans une réserve de la Sierra Blanca à Fort Sumner, Bosque Redondo qui est un grand camp de concentration sur lequel ils devront vivre sur une surface réduite avec plus de 9000 Navajos. Le surpeuplement, les maladies, l’eau de mauvaise qualité, la famine sont le quotidien des peuples de cette réserve à ce moment-là.

Par Randall, A. Frank. (but see [1]) — http://digital.denverlibrary.org/cdm/ref/collection/p15330coll22/id/36687, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8423155

Deux ans plus tard ils s’évadent et partent vivre dans la nature jusqu’en 1873 où le gouvernement américain leur accorde une petite réserve autour de Sierra Blanca comprenant une partie du territoire traditionnel. Mais la réserve est trop petite pour la chasse et la collecte. Lors de cette même décennie des maladies, les incursions des blancs, la violence dirigée contre eux s’accélèrent. En 1880 les EU en représailles de la participation de certains Mescaleros à la guérilla Chiricahua, emprisonne des Mescaleros.

Au 19e siècle ils ont ouvert leur réserve à d’autres groupes d’Apaches, les Mimbreños et les Chriricahuas qui avaient été emprisonnés en Floride. Les Apaches Lipan les ont rejoints également.

image

Les groupes

Natahéndémescal people – ils vivaient entre le Rio Grande et la rivière Pecos dans le centre du Nouveau-Mexique avec des groupes locaux voyageant sur le bord et l’ouest du llano Estacado.

Guhlkahéndépeuple des plaines – ils vivaient à l’est des montagnes et de la rivère Pecos, dans les Hhigh Plains (Texas Panhandle) et le llano Estacado, le long des montagnes de Sandia et Tijeras jusqu’à Santa Fé. En Oklahoma ils développent des liens de parenté par le mariage avec des Comanches.

 

pecos river- Par J Dykstra — Personal Photo, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9825345

Dzithinahndémountain ridge band people – ils vivaient dans les montagnes de l’ouest et au sud de la rivière Pecos, jusque dans le nord du Chihuahua et du Coahuilla au Mexique actuel.

Ch’laandéAntelope band people- ils vivaient à l’ouest de Pecos à l’ouest du rio Grande et dans les montagnes du centre et du sud du Nouveau-Mexique et du bassin de Tularosa.

Nit’ahéndé les gens qui vivant contre les montagnes- - des montagnes de Sacramento au Nouveau-Mexique et dans les montagnes de Guadalupe dans l’ouest du Texas.

Tsehitcihéndépeople of Hook Nose, plusieurs bandes vivant dans les montagnes de Guadalupe, ainsi que dans les plaines adjacentes du Texas et au nord du Coahuilla et du Chihuahua au Mexique.

Ttsebekinéndé rock house people, ou aguas nuevas ou Norteños – de Nuevas Casa grandes à Chihuahua, ils migrent ensuite vers le nord vers les montagnes de Sacramento et vers le sud, vers Agua Nueva (Chihuahua) ainsi que des 2 côtés du rio grande entre El paso et Ojinaga (Chihuahua).

Tahuundé – ils vivaient des 2 côté de la rivière Pecos au sud du Nouveau-Mexique et dans le sud-ouest du Texas.

Tuintsundé – big water people- ils regroupent plusieurs bandes de Mescaleros sur les plaine pour la chasse au bison et les raids et fusionnent avec d’autres Mescaleros.

Tuetinini – no water people, tough people of the desert- ils vivaient dans le nord de Coahuilla et du Chihuahua, ils fusionnent avec les Mescaleros du sud.

Les Natahéndé ont eu une influence sur la prise de décision de certaines bandes de Lipan Apaches occidentaux au 18e siècle pour combattre leur ennemi commun les Comanches et protéger la frontière nord-est et orientale de l’Apacheria contre la Comancheria, les Mescaleros (Natahéndé et Guhikahéndé) se sont unis à leurs parents Lipans de l’est.

Viola et Agnes Chihuahua (Chiricahuas) photographiées dans la réserve Mescalero en 1916 - By Smithsonian Institution from United States - Viola & Agnes ChihuahuaUploaded by PDTillman, No restrictions, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14509567

 

En août 1912 par un acte du congrès des EU, les membres survivants de la tribu Chiricahua Apache ont été libérés de leur statut de prisonniers de guerre et on leur a donné le choix entre rester à Fort Sill en Oklahoma où ils avaient été emprisonnés ou déménager sur la réserve des Apaches Mescaleros. 183 ont choisi d’aller au Nouveau-Mexique dans la réserve Mescalero et 68 sont restés en Oklahoma. Leurs descendants vivent toujours dans les 2 endroits.

image danseur

Mode de vie

Les guerriers Apaches chassaient les bisons dans les plaines herbeuses, l'antilope dans les prairies et les cerfs dans les montagnes. Ils ne prélevaient que ce dont ils avaient besoin et pas plus en respect pour la nature et son renouvellement nécessaire dont dépendaient les Apaches. Les armes utilisées étaient simples, les chasseurs habiles et rusés.

Les femmes savaient trouver de l'eau où il y en avait, c'étaient elles les porteuses d'eau, elles préparaient les viandes et les repas, tannaient les peaux, rassemblaient toutes les plantes sauvages consommables, noix, graines, baies, racines. Le fruit sucré du yucca à larges feuilles était consommé et ses racines servaient de savon ou shampooing.

Le mode de vie Apache était respectueux de valeurs ancestrales comme la conviction qu'il existe un côté obscur de la vie mais aussi un côté léger. Dans le côté obscur de la vie il y a de la misère et rien ne progresse pour l'Apache. Dans le côté léger il y a le bonheur, un dieu-monde qui crée la paix et l'harmonie. Dans ce monde de paix et d'harmonie tout progresse pour les Apaches.

Plusieurs animaux étaient considérés comme tabous, par exemple le serpent car considéré de mauvais augure, l'ours qui était appelé "grand-père "ou "oncle" et qu'il ne fallait pas toucher et la chouette ou le hibou, des créatures de la nuit, de mauvais augure.

Les personnes âgées étaient toujours très respectées, elles étaient les gardiennes de la culture et de la sagesse , des valeurs morales de la tribu. Il ne fallait jamais regarder les gens fixement, dans les yeux car ceci est considéré comme impoli pour l'Apache.

Au début de l'année 2017 une résolution du conseil tribal de la réserve Mescalero a réaffirmé l'importance des cérémonies traditionnelles de bénédictions pour la vitalité des Apaches Mescaleros. Des fêtes de bénédiction seront parrainées pour chaque montagne sacrée. La première a lieu en automne pour Tsei Chiya, ou Guadalupe peak.

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Peuples originaires, #Nouveau Mexique, #Apaches Mescaleros

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article