Chansons reprises : Dear old Skibbereen

Publié le 15 Décembre 2013

Chansons reprises : Dear old Skibbereen

Image Skibbereen par James Cork 1847

A partir de 1845, une grande famine s'abat sur l'Irlande jusqu'en 1849 suite à une épidémie de mildiou (dont le virus vient d'Amérique) touchant les cultures de pommes de terre, décimant population et bétail.

Un million et demi de personnes (sur les 8.1 millions en 1841) meurent.

Un million d'irlandais s'exilent.

La chanson Dear old Skibbereen parle de cette grande famine et des conséquences sociales et humaines qu'elle engendra sous la forme d'un dialogue entre un père et son fils.

C'est une chanson populaire irlandaise dont la première publication remonte au 19e siècle et qui est attribuée à Patrick Carpenter, un poète natif de Skibbereen.

Skibbereen est une petite ville du comté de York qui va devenir le symbole de cette grande famine et de l'exode qui en fut la conséquence.

En dehors des trois versions que je vous propose, on peut entendre cette chanson chantée par l'acteur Liam Neeson dans la film Michael Collins.

J'ai trouvé les paroles traduites en français sur le site lhistgéo.box, une petite dissertation sur les événements attends ceux qui veulent en savoir plus.

*****

Oh cher père, j'entends souvent que vous parlez de l’île d'Erin

Ses vues incomparables, ses vertes vallées, ses montagnes rudes et sauvages

Ils disent que c'est un beau pays où un prince pourrait vivre

Alors pourquoi l'abandonnas-tu, donne m'en la raison

Mon fils j'aimais mon pays avec énergie et fierté

Jusqu'à ce que ce fléau ravage toutes mes récoltes et tue mon bétail

Les loyers et taxes étaient à payer et je ne pouvais rembourser

Voilà la raison pour laquelle j'ai dû quitter mon vieux Skibbereen

Je me souviens en effet de ce jour de décembre glacial

Quand le propriétaire et l'huissier sont venus nous chasser

Ils ont mis le feu à la maison avec leur maudite mauvaise humeur d'anglais

Et c'est une autre des raisons pour laquelle j'ai quitté ce bon vieux Skibbereen

Ta mère aussi, dieu ait son âme, repose sur le sol enneigé

Elle s'évanouit de désespoir à la vue de la désolation alentour

Elle ne s'est jamais relevée mais elle a quitté cette vie pour les rêves immortels

Et c'est une autre des raisons pour laquelle j'ai quitté ce bon vieux Skibbereen

Alors tristement je me souviens de ces sinistres journées de 1848

Je me soulevai l'esprit vengeur avec les garçons pour lutter contre le destin

Nous étions chassés à travers les montagnes comme des traîtres à la couronne

Et ça, mon gars, c'est la raison pour laquelle j'ai quitté Skibbereen

Oh tu avais deux ans et frêle était ton corps

Je ne pouvais pas te laisser avec mes amis puisque tu portais le nom de ton père

Alors je t'ai enroulé dans ma redingote au beau milieu de la nuit

Et j'ai soupiré et dit au revoir à ce bon vieux Skibbereen

Eh bien mon cher père, le jour de la vengeance viendra

Et tous les irlandais costauds et grands se rallieront unanimes à l'appel

Je serais l'homme qui conduira le convoi sous la bannière verte

Haut et fort retentira ce cri "revanche pour Skibbereen"

Oh tu avais seulement deux ans et frêle était ton corps

Je ne pouvais pas te laisser avec mes amis

Alors je t'ai emballé dans mon.....à la fin de la nuit

J'ai soupiré et j'ai dit au revoir à ce vieux Skibbereen

Eh bien mon cher père, le jour de la vengeance viendra

Et tous les irlandais costauds et grands se rallieront unanimes à l'appel

Je serais l'homme qui conduira le convoi sous la bannière verte

Sonore et haut retentira ce cri "revanche pour Skibbereen".

Rédigé par caroleone

Publié dans #chansons reprises

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

miriam panigel 04/08/2016 14:37

merci pur la traduction, j'ai le texe en anglais mais la paresse de traduire. j'ai entendu cette chanson au musée de Skibbereen

caroleone 04/08/2016 16:24

De rien, ça me fait plaisir quand les gens apprécient. De plus c'est une superbe chanson que j'aime beaucoup.

Hobo-Lullaby 15/12/2013 21:16

Bonsoir Caro

Eh bien, ce fut une journée Irlandaise ...
Merci pour cette superbe chanson qui montre la richesse du folk Irlandais.
On y retrouve le désespoir mais aussi l'âme profonde des Irlandais si bien décrit par Liam O'Flaherty dans "Famine" et toujours ce plus musical. Les trois versions ont leur rythme, leur voix et leur charme.

Bisoux

Serge

caroleone 15/12/2013 21:40

Bonsoir Serge,

Les paroles de cette chanson m'ont touchée ainsi que l'histoire, je sais que Sinead O 'Connor a signé aussi une version de Famine, mais je l'aime moins que cette chanson-ci.
C'est vrai que les trois chansons sont bien différentes et il me semble complémentaires.
Mais, j'ai un faible pour The Dubliners, ils ont une voix virile, bien dans l'esprit que je me fais des irlandais.
Je vous ai programmé un paquet de chansons reprises, avec des thèmes bien variés évidemment, tu me connais. Comme ça, le blog marche tout seul....j'espère que ce sera intéressant, en tout cas j'y ai pris du plaisir et ça m'a changé de mes plumes et de mon manioc dont je fais une overdose.

Bisoux

caro