Parfois les mots.........

Publié le 29 Juin 2013

Parfois les mots ne veulent plus rien dire. Ils nous tournent le dos et même pire, ils disent le contraire de nous. Ils s’emmêlent, s’entremêlent et au lieu de rester nos amis ils nous tirent dans le dos.

Arrivant dans des flux incontrôlés, ils descendent du train, leur valise se déverse sur le quai en un salmigondis verbal et il faut tout trier. Que leur arrivent-ils ?

Ils ont endossé un habit de misère aux couleurs de la haine, ils se jettent sur nous, se ruent comme des affamés, des vipères lubriques qui n’ont qu’une envie : mordre jusqu’à satiété.

Cette déferlante de mots qui crient, qui pestent, qui ragent, qui sortent d’outre-tombe des rancœurs profondes font mal, blessent et instillent dans les cœurs des blessures qui bien souvent ne cicatrisent pas.

Mots : quand vous vous laissez capter par la haine qui détruit tout, je ne reconnais plus vos si précieux atouts.

Alors qu’il est si simple de puiser dans vos racines les harmonies qui chantent aux oreilles des hommes les mélodieuses complaintes, les mots des berceuses qui endorment et apaisent, ceux qui fêtent l’amour nouveau, ou celui qui perdure au gré des ans mauvais, contre vents et marée.

Alors, qu’il est agréable de choisir quelques –uns de vous, ciblés, qui touchent et émeuvent, qui d’un petit trait précis disent ce qu’il convient de dire, ni plus, ni moins et l’on repart de sa lecture, le sourire aux lèvres et la joie accrochée au drapeau de nos vies.

Il est des êtres qui distillent des mots de douceur habillés de soie et de tendre satin : les lire c’est prendre une cuillerée de miel pour fortifier sa journée, son lendemain.

Il est des êtres qui d’un petit mot bien ciblé, ensoleillent le destin, mettent une main dans la vôtre en disant : viens, à deux le chemin est plus facile, les obstacles tombent, les rires écroulent les barrières et l’amitié féconde brise toutes les chaînes tendues par les mots qui se perdent en chemin.

Ce sont ces êtres qui ont le pouvoir des mots simples, beaux et doux dont il faut s’entourer.

Et quand les paroles de fiel nous encerclent et nous tuent, on abandonne alors pour un temps le vocabulaire.

Et l’on se concentre sur des petits plaisirs tous simples, car le cœur a besoin de beauté, l’âme a besoin de calme et de sérénité pour que le corps puisse fonctionner bien huilé et sans frein. Pour que les espoirs portés par les luttes s’épanouissent en un univers adéquat, le calme d’un paysage , le chant d’un oiseau, la caresse du soleil, le bruit de la mer qui sur les galets roule son écume des jours, les images douces doivent prendre le relais sur les mots-vautours.

Puis, quand la tempête se calme, armés d’énergie régénérée au contact des choses naturelles de la vie, on repart à l’assaut des mots, on leur dit notre propos, on les range de si belle façon que plus rien en face n’y dérange les questions, on leur donne le courant de la prose, celle qui chante si dispose les maux de la vie, les embellit, on les range en rime, celle qui dicte et imprime la poésie des hommes, on les habille de sincérité, celle qui en nous vibre sans cesse de sa riche et tendre promesse.

Carole Radureau

Parfois les mots.........

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

FAN 30/06/2013 09:25

Bravo Caro, il faut souvent peu de mots pour ensoleiller un moment, un instant, rien qu'un instant mais ô combien précieux!! un sourire, un regard bienveillant accompagnant ces quelques mots peuvent faire renaître à la vie un âme désespérée!! BISOUS FAN

caroleone 30/06/2013 10:02

Bonjour Fan et merci pour ton compliment, ça me fait plaisir que ce texte te plaise.
Tu veux que je te dise : si ce texte pouvait recouvrir tel un voile les méchancetés des hommes et les étouffer(les méchancetés), apaiser les cœurs et redonner un peu d'humanisme à ceux qui en manquent cruellement parfois, s'il pouvait déposer un message d'amour et de paix sur le cœur de ceux vers qui il est destiné, et bien alors, ce texte aurait rempli sa mission.
Je t'embrasse bien fort et j'espère que tu vas bien

Bon dimanche

caro

Michèle des bois 29/06/2013 14:52

Avec ces mots-là, tu nous as concocté un texte fort et beau ...
Le lieu que tu as choisi comme nouvelle illustration en tête de ton blog et qui nous est familier (...) est un endroit propice à la réflexion sur les mots et à la guérison des maux qu'ils peuvent engendrer.
Bon WE, bises Caro.

caroleone 29/06/2013 15:10

Bonjour Michèle,

Oui, j'ai eu de l'inspiration c'est vrai.
Je m'étais recouchée puis, ça doit faire balancier chaque fois dans ma cervelle, hop, les premiers mots arrivent et ils sont impatients. Alors, je me relève.
Je suis pas mal contente de moi pour une fois , et je sais que ce texte va diffuser son miel de lavande et apporter sa douceur. C'est bien là son but.
Tu as vu, on repart à l'assaut des tours de Merle, j'avais prévu ça pour le mois de juillet car je vais changer de bannière chaque mois, comme ça on voyagera un peu.

J'ai réussi à ne pas trop écraser la photo, elle me parait bien.

Oui, en effet, lieu propice à la méditation.
Dans les lieux comme celui-ci, tu ressens des sentiments atemporels un peu comme lorsque tu te trouves devant un tableau de la renaissance italienne ou une statue de cette époque. Ces endroits et ces choses ont gardé en eux une mémoire du passé qu'ils diffusent mais je pense uniquement aux initiés.

Bises et bonne fin de journée

caro

fanfanchatblanc.over-blog.com 29/06/2013 10:36

Peut-être que s'il n'y avait pas des mots ravageurs, il n'y aurait plus de controverse et l'ennui très vite ramollirait nos esprits.. qui sait ? c'est un peu comme la douleur, il faut qu'elle s'exprime car elle nous rappelle que nous sommes vivants...
Certains mots percutants choquent ceux qui ne pensent pas comme nous.. ça anime le débat et peut parfois faire avancer car les mots aussi peuvent convaincre après avoir titillé...
Les contrastes sont nécessaires me semble-t-il.
Ceci dit ton analyse des mots, de leurs effets et de leur pouvoir est tout à fait intéressante et juste. Tu sais si bien les manier.
Je t'embrasse en te souhaitant un bon week-end

caroleone 29/06/2013 11:48

Bonjour Fanfan,

merci de venir t'exprimer ici.
C'est vrai, tu n'as pas tort le débat contradictoire est une richesse, mais seulement parfois les mots échappent à certains et se marient d'une si hargneuse façon qu'ils en détruisent tout sur leur passage. Et ça me fait mal de penser à ceux que je lis en ce moment à propos de mes amis.
Mais, les mots bien entendus ne sont pas responsables, ils ne sont que les outils des êtres qui se laissent dominer par leurs sentiments mauvais et ce détournement de nos mots est ce qui m'a fait écrire ce texte. Il est baume au cœur et douce mélopée et j'espère qu'en plus des musiques qui viennent des profondeurs sous-marines il pourra apporter un rayon de soleil iodé.

Bisous, bon samedi

caro

Brigitte 29/06/2013 09:22

Les mots ,les maux ...ces mots là qui peuvent mettent du baume ,chanter la vie ou devenir poison et la détruire .Encore une fois tu sais trouver les mots qu'il faut Carole .
Bon week-end et bises

caroleone 29/06/2013 10:30

Bonjour Brigitte,

C'est un texte baume au cœur....et j'espère qu'il vivra bien son devenir.
Tu as très bien cerné mon propos Brigitte.
Je suis contente quand j'arrive à écrire en prose comme ceci car je l'avais perdu depuis quelque temps.
Bon week-end et de grosses bises

caro