Le nombre de personnes pauvres en Amérique latine pourrait augmenter de 35 millions en raison du coronavirus COVID-19

Publié le 25 Mars 2020

La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes prévoit que l'économie de la région sera touchée sur plusieurs fronts : exportations, tourisme, approvisionnement, prix des produits et investissements. Cela entraînera une augmentation du chômage pouvant aller jusqu'à 10 %. La pauvreté dans la région pourrait toucher 220 millions de personnes.

Onu Noticias, 22 mars 2020 - Le secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes déclare que la pandémie de coronavirus menace un bien public mondial essentiel, la santé humaine, et aura un impact sur une économie mondiale déjà affaiblie, affectant à la fois l'offre et la demande, soit par la perturbation des chaînes de production, soit par la perte de revenus et de rentabilité due à l'augmentation du chômage et à de plus grandes difficultés à faire face aux obligations de remboursement de la dette.

Le coronavirus aura des effets dévastateurs sur l'économie mondiale, bien qu'ils soient susceptibles d'être plus intenses et différents de ceux qu'a connus la crise financière de 2008-2009, et il affectera négativement l'Amérique latine et les Caraïbes par divers canaux, a expliqué Alicia Bárcena par téléconférence lors de la réunion du dialogue interaméricain sur le coronavirus et ses conséquences pour les économies d'Amérique latine et des Caraïbes, qui s'est tenue à Washington, D.C.

L'activité touristique des Caraïbes peut se contracter jusqu'à 25%. 
Après avoir rappelé que la croissance régionale en 2019 était de 0,1 % et que ses prévisions pour cette année étaient une croissance modeste de 1,3 %, elle a expliqué qu'à l'heure actuelle, la Commission Economique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) estime qu'il pourrait y avoir une contraction du produit intérieur brut (PIB) régional de -1,8 % qui pourrait entraîner une augmentation du taux de chômage allant jusqu'à 10 %.

Ces chiffres pourraient faire passer le nombre de pauvres dans la région de 185 millions actuellement à environ 220 millions, sur un total de 620 millions d'habitants. Le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté passerait de 67,4 millions à 90 millions.

Bárcena a expliqué les cinq façons dont, selon elle, le coronavirus affectera la région :

1. réduction des exportations


La crise actuelle devrait réduire l'activité économique avec plusieurs des principaux partenaires commerciaux de la région, notamment en ce qui concerne les exportations de biens vers ces pays.

Ce pays asiatique est une importante destination d'exportation pour plusieurs économies d'Amérique latine et le principal partenaire commercial du Chili, du Pérou et du Brésil. La valeur des exportations de la région vers cette destination pourrait chuter jusqu'à 10,7 %.

2. la chute du tourisme


On s'attend également à une baisse de la demande de services touristiques, ce qui affecterait plus intensément les pays des Caraïbes. Si l'interdiction de voyager causée par le virus dure un, deux ou trois mois, l'activité touristique des Caraïbes se contracterait de 8 %, 17 % ou 25 %, respectivement, d'ici 2020.

3. suspension des chaînes d'approvisionnement


Un autre effet du coronavirus est la perturbation des chaînes de production mondiales. Cela concernerait principalement le Mexique et le Brésil, qui importent des pièces et des biens intermédiaires de Chine pour leurs secteurs manufacturiers (en particulier les pièces automobiles, les appareils électroménagers et l'électronique pharmaceutique).

4. Effondrement des prix des produits de base


Quatrièmement, la crise pourrait affecter la région avec une baisse des prix des matières premières, en particulier pour les pays d'Amérique du Sud qui exportent des matières premières.

5. Peur de l'investissement


Enfin, il se peut que les investisseurs éprouvent une "aversion au risque" accrue et que les conditions financières mondiales se détériorent.

"Une partie de ces effets se reflète dans la baisse des indices boursiers dans la région", a déclaré M. Bárcena.

Le rôle des gouvernements


La secrétaire exécutive de la CEPALC a indiqué que les gouvernements prennent des mesures sanitaires pour réduire la contagion et l'endiguement social en faveur des groupes les plus vulnérables pour tenter de contrer les effets économiques négatifs de la pandémie.

"Ils prennent également des mesures économiques, fiscales et monétaires qui impliquent, entre autres, l'augmentation des dépenses sociales, la baisse des taux d'intérêt, l'intervention sur les marchés des changes, la suspension du recouvrement des crédits bancaires, l'octroi de lignes de crédit pour le paiement des salaires des entreprises, le gel de la surtaxe pour non-paiement des factures d'eau des ménages et des actions visant à prévenir l'épuisement des stocks de produits de base", a-t-elle déclaré.

Protéger les groupes les plus vulnérables


Dans le même temps, Mme. Bárcena a souligné l'importance de protéger de la crise les groupes les plus vulnérables tels que les personnes âgées, les secteurs à faible revenu de la population et les pauvres. "Plus un pays est inégalitaire, plus les groupes vulnérables supporteront le poids de l'impact économique de la pandémie et auront moins de ressources pour la combattre. Une attention particulière doit être accordée aux femmes en raison de leur double rôle de travailleuses et de dispensatrices de soins", a-t-elle déclaré.

Appel au multilatéralisme et à une nouvelle économie


La secrétaire exécutive a terminé son discours en appelant à une coordination et à une coopération mondiales et régionales en ce qui concerne le COVID-19.

"Aucun pays ne sera en mesure de lutter contre cette pandémie sans une coopération mondiale et régionale. En fin de compte, ce que nous devons vraiment considérer, c'est ce qu'il adviendra du multilatéralisme. Une plus grande intégration est nécessaire. Nous devons certainement aller vers une plus grande coordination, et la priorité politique doit être de savoir comment faire face à la crise sociale et sanitaire actuelle", a-t-il souligné.

"Nous devons tout repenser, toute l'économie. Nous avons besoin d'une nouvelle vision pour nous concentrer sur la manière de faire face à ce scénario très difficile qui nous attend", a souligné M. Bárcena.

source Onu Noticias: https://news.un.org/es/story/2020/03/1471522?

traduction carolita d'un article paru sur Servindi.org le 22/03/2020

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Pauvreté, #Santé, #Coronavirus

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article