Wagonnable

Publié le 12 Septembre 2016

Ecoutez-moi avant de lire...important.

L’alphabet des vagabonds – W comme Wagonnable


Tu es bien aimable
Wagonnable
De m’ouvrir ainsi les bras.

J’avais le blues des wagons bleus
J’avais les larmes aux yeux
Et je t’ai rencontré.

C’était par une nuit de pleine lune
Au loin un soleil surréaliste emplissait l’horizon
Des phares au milieu du néant
Au loin j’entendais le Train whistle blues
Et au son de l’harmonica
Je tombais dans tes bras.

Oh certes ton plancher était un peu rude
Oh certes déserte était la couche
Mais la tête dans les étoiles
La porte entr’ouverte
Mes rêves pouvaient entrer en catimini.

Tu es bien aimable
Wagonnable
De n’être pas blindé.

J’avais le blues des portes de prison
J’avais un gros bleu à l’âme
Couleur de bitume
Puis je t’ai rencontré.

C’était par une nuit où dame Lune
Avait revêtu sa parure de sang
C’était par une nuit sans vent
Où la hulotte chantait lissant ses plumes
Où le hibou fêtait ses vingt ans.

Je t’ai suivi
Wagonnable
Je ne sais où
J’ai attendu que le jour se lève
Qu’au loin ni bitume ni trace de vie.

Et je me lançais
Pareil qu’un lièvre
Roulant dans l’herbe en train de vieillir.

Je te dis adieu
Wagonnable
Peut-être à une autre fois
Dans un ailleurs sans grisaille
Dans un lendemain de blues attitude
Je serre tes deux bras de wagon accueillant
Et dis merci à ta couche de planches si polies.



Carole Radureau (12/09/2016)

Wagonnable

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Ha je comprends pourquoi il fallait écouter avant! C'est génial, oh le passage sous le tunnel! Belle découverte grâce à toi. J'ai adoré aussi ton poème qui suit le rythme du train, non, de l'harmonica, complètement blues lui aussi. Un grand bravo Caro!
C
Ah! c'est une de mes chansons cultes.
Et à la maison ils n'aiment pas du tout, surtout quand le train passe sous le tunnel !!
Tu me diras, la gata a été surprise aussi dans son sommeil.
Je suis un peu juste en ce moment, j'ai triste mine comme mes crayons de couleur qui sont de la mierda.
Et faut que je tienne le coup car après le déménagement de mi hijo n° 1 nous faisons celui de mi hija à la fin de la semaine avec le camion vers Bordeaux, le chien et tutti quanti.
Je le sens mal......pourtant ça devrait être une aventure dont tu ne mesures pas du tout la teneur. A la hauteur de ces vagabondages.