Le petit Ferrat illustré : Tu verras tu seras bien

Publié le 14 Février 2015

 

J'aurais bien voulu te prendre
Avec nous comme autrefois
Mais Suzy m'a fait comprendre
Qu'on est un peu à l'étroit
Il faut être raisonnable
Tu ne peux plus vivre ainsi
Seule si tu tombais malade
On se ferait trop de souci


Tu verras tu seras bien

 



On va trier tes affaires
Les photos auxquelles tu tiens
Celles de papa militaire
Des enfants et des cousins
C'est drôle qu'une vie entière
Puisse tenir dans la main
Avec d'autres pensionnaires
Vous en parlerez sans fin


Tu verras tu seras bien

 



 

 

 

Jean Ferrat (1980 Temey Sony)

source paroles

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Le petit Ferrat illustré

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Quelle chanson émouvante ! Une dilemme qui nous guette tous... quand vient la vieillesse et que la solitude devient ingérable au quotidien quand on s'affaiblit et que l'on perd de l'autonomie... maison de retraite ou pas ???????
Bon week-end Caro. Bisous
C
Bonjour Fanfan,

En effet cette chanson aborde avec délicatesse un problème de notre société. Où l'on y fabrique les offres et les demandes. Ayant travaillé un temps dans le contexte et avoir accompagné les résidents dans des animations, je sais qu'ils ne sont pas malheureux (peut-être n'est-ce pas le cas dans toutes les résidences) mais malgré tout, pour des personnes encore valides, je pense qu'il est mieux qu'elles restent chez elles le plus longtemps possible tant qu'il n'y a pas une lourde dépendance. Mon oncle qui est décédé l'an dernier avait fait le choix d'y aller, il avait réglé tous ses papiers, vendu sa maison, vidé et donné ses affaires à qui il voulait. C'était un homme encore vert et qui bricolait, conduisait, faisait son jardin, ses courses. Il a été réduit à l'état de légume si je puis dire en très peu de temps. Il se situe dans la moyenne de vie des personnes qui entrent en maison de retraite (2 ou 3 ans). Petit à petit il a arrêté de se déplacer, ses jambes ont vite suivi le pas, il est resté lymphatique devant sa télé, ses yeux ne lui permettaient plus de lire et de faire des mots croisés(lui qui était si instruit et érudit) et la dépression s'est installée. Par contre de ce que j'en ai vu avant qu'il ne décède, il n'était pas dans une maison de retraite adaptée et sérieuse mais c'était lui qui voulait y rester. Du coup, je pense qu'il est décédé à cause d'une négligence médicale (le lieu n'était pas médicalisé, c'était une RPA) et on restera avec cette énigme sur notre conscience, même s'il avait dit et répété qu'il voulait rejoindre sa femme. Quand je pense au protocole qui était le nôtre en cuisine pour préparer des aliments qui ne provoquent pas de fausse route, ça me fait enrager de songer qu'il est parti certainement comme ça. Tu vois, c'est bizarre,ça fait un an que j'ai ça sur le cœur et cela n'était pas encore sorti. Je m'excuse de te raconter ma vie ainsi....il y a des blessures qui parfois resurgissent à des moments où on ne les attend plus. En tout cas, pour moi, pour mes proches, tant qu'il n'y a pas de lourde dépendance, on essaiera de faire ce qu'il faut.

Bises

caro