Résister se conjugue au présent

Publié le 2 Mai 2013

Résister se conjugue au présent

Je me suis souvent demandé comment je me serais comportée en tant de guerre.

Si j’aurais eu le courage d’entrer en résistance, faire acte de bravoure, sacrifier mon confort familial voire mes enfants pour entreprendre une action dangereuse pour le bien de la masse populaire et pour résister à l’envahisseur.

Mais, j’ai toujours eu la réponse, je sais que j’aurais foncé tête baissée et j’aurais alimenté de mon sang les tags qui signèrent les lettres de noblesse des combattants pour la liberté les murs des fusillés. Sans pour autant être noble ni brave pour ma part, par sens du devoir et esprit de sacrifice tout simplement.

Ceci pour avancer un énième poème sur la résistance !

Car résister de nos jours est devenu un combat de chaque jour pour ceux qui souhaitent changer le cours des choses, même si nous ne sommes plus en temps de guerre. C’est pour eux que j’écris ces quelques mots toujours sans prétention que ceux qui me connaissent savent bien déchiffrer.

Pour résister esprit rebelle et critique,

dans une tête, cervelle bien pleine

s’indigne devant l’occupation,

se lève pour contrer la déraison.

Pour résister courage et cran,

portent le flambeau révolutionnaire,

portent haut le cœur qui fléchit

devant le moment présent.

Pour résister conscience féconde,

justice en ligne de mire,

le chemin tout tracé

demande son tribut :

le sang qu’il faut verser

pour remplir la coupe de la liberté.

Certains êtres plus nobles que de coutume

savent faire un sacrifice,

certains êtres plus droits que la coutume,

peuvent ériger les plus hautes lignes.

Quand il est demandé

une signature indélébile,

le bas de la page d’un coup de fusil,

ponctue le message,

dans la postérité il rendra son hommage,

gravé dans la pierre il sera honoré,

chacun de ceux qui savent,

passeront devant la stèle,

le chapeau soulevé.

Pour résister ligne de conduite,

jamais ne doit dévier,

les idées sont si belles,

il faut qu’elles triomphent,

là est le devoir de la résistance.

Résister c’est un combat de chaque jour,

chacun y met son talent,

chaque gouttelette de combat

à la fin réunies,

dans un torrent de lutte,

tombe du haut de la chute :

sa force est unique,

car il a distillé,

tout au long de son cours

les débris parasites ;

quand il jaillit alors,

dans un ultime saut,

son action est si pure,

que l’histoire fait un bond

et signe de sa marque

les générations.

Résistons fièrement :

les ennemis sont divers,

parfois dans nos rangs

ils prennent leurs éthers.

Seul un ciment sincère

peut unir les luttes.

Unité résistance, en toi

je peux dire ceci :

tu as gagné ton pari :

La résistance en partance

N’est jamais en vacances

Elle vit et mène la danse

Dans un CNR d’abondance

La résistance en partance

Suivons-la en confiance

Elle est toi, elle est moi, elle est nous

Chaque jour elle nous met à genoux

Carole Radureau (02/05/2013)

! Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Merci Marie,

Je me sens mieux, je vais aller faire une sieste.

Bisous qui résistent

caro
M
Bonjour Caro


Que dire ? magnifique papier !!!!


Merci

Je t'embrasse

Marie