Pierre de sang : Figés pour l’éternité

Publié le 19 Juillet 2013

Pierre de sang : Figés pour l’éternité

photo : High Contrast

De la pierre,

en veux-tu, en voilà !

C’est à Pompéi qu’il faut se rendre

pour plonger son regard dans le minéral,

voir à perte d’horizon

l’étendue froide et sombre.

Là où la lave passa,

tout n’est que pierre et désert,

là où la lave passa,

l’histoire se scella.

Pierre de sang : Figés pour l’éternité

Ici un passage piéton surélevé :

pierres posées en bloc,

les chars devaient sursauter.

Pierre de sang : Figés pour l’éternité

Ici une arène et ses gradins :

il n’y manque que les cris

des habitants attirés par la curée prochaine.

Pierre de sang : Figés pour l’éternité

Ici le patio et sa fontaine de pierre,

ici les murs des maisons

pris sur le vif du moment,

peu ébranlés

par la colère du géant.

A Pompéi on se perd.

La ville étend ses quartiers

comme une pieuvre allonge ses bras,

seul le volcan pouvait la détruire,

seul le volcan pouvait bâtir

son lit sur l’ordonnance des hommes.

Pierre de sang : Figés pour l’éternité

A Pompéi deux visions

choquèrent mon âme adolescente :

un homme couché, surpris dans son sommeil.

Je me demandais

s’il eut le temps de dire OUF,

de se rendre compte que le drap

sur sa peau était de lave,

si la caresse n’était pas plus brûlante

que de coutume.

Je me souviens de son pied,

de la sandale figée,

et de l’os à vif pris sur le vif.

Pierre de sang : Figés pour l’éternité

Je vis aussi un chien.

Il essayait de fuir.

Je l’imaginais tirant sur sa laisse,

la braise se rapprochant irrémédiablement.

Et lui, tirant, tirant, tirant…..

…..Trop tard !

Il est statue de pierre pour la nuit des temps,

une célébrité achetée

dans l’atrocité d’une minute ultime.

Je revois ce jour des images,

et je retrouve leurs traces :

images figées de mon passé,

images figées de la mort,

la pierre a gravé votre sort

dans l’éternité de son remord.

Carole Radureau (16/07/2013)

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
c'est tout à fait ça ! beaucoup d'émotion en visitant ces ruines, mais j'ai été davantage émue par Herculanum, plus petite et figée dans la boue volcanique..
C
Je ne suis pas allée à Herculanum, c'est dommage car je pense que pour un groupe d'ados, ça aurait été plus sympa. Mais ça remonte à loin maintenant.Et nous ne sommes retournés qu'une fois en Italie après être mariés, sur le lac Majeur.

Amitiés

caro