Les toits ont une histoire

Publié le 28 Juin 2013

Les toits ont une histoire

Couvertures ondulées

aux habits de région,

cache-intimité,

gardiens secrets

des hommes jaloux

de leur cocon.

Dans le grenier la poussière

habille les revers d’une matière,

qui sans cesse brave les lendemains.

Les toits ont une histoire

Couvercles nobles ou gueux

couchés sur des boîtes hermétiques,

rien ne sort, le mystère entier

dans cette demeure veille.

Les toits ont une histoire

Parfois une tuile cassée, un rai se répand.

Parfois une graine germée

et l’on voit bizarrement,

une plante incongrue,

importune invitée

qui tape l’incruste, semble bien aimer

ce promontoire rêvé.

Les toits ont une histoire

Boulevards de zinc qui paressent au soleil,

rendez-vous des chats de gouttière,

rendez-vous amoureux des félines maraudes,

rendez-vous du hussard

qui le choléra fuit ,

passage obligé des brigands qui s’enfuient,

rendez-vous des ramoneurs,

suie sur le visage,

fleur à la main,

hérisson déboucheur,

rêvant de rencontrer le monde interdit,

rendez-vous des couvreurs,

qui de leurs mots découvrent

l'ardoise-parchemin,

la muse de la tuile,

qui de son orange caresse

absorbe les orages,

rend au centuple

les rayons du soleil,

réverbères-pierres de rêves

qui inspirent,

qui expriment

dans les songes des images sublimes.

Les toits ont une histoire

Toits qui surplombent

les villages endormis,

les vallées rafraichies,

la mer qui au loin

luit de son bain d’huile,

la rivière qui ondule

au creux d’un lit de pierre,

la ville aux cheminées

et leurs messages-vapeur.

Toits qui impriment

sur les livres millénaires,

des histoires secrètes

gardées dans les grimoires.

Toits, utiles simples ou nobles,

continuez de cacher

nos bonheurs nos malheurs,

nos amours et nos deuils,

nos rires et nos chants,

l’avenir le présent,

nos espoirs nos combats,

nos passions et nos cris.

Murmurez et craquez dans le soir immobile.

Nous nous rappellerons

votre amicale présence.

Les toits ont une histoire

Carole Radureau (28/06/2013)

Avec une pensée à mon ami Serge-Hobo

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

1. Ardèche : les toits de Balazuc

2. Corrèze : Les tours de Merle

3. Var : les toits de Cotignac

4. Haute -Savoie : Annecy-le-vieux

5. Alpes-Maritimes : les toits d'Eze

6. Cantal : Un toit à Salers

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hobo-Lullaby 28/06/2013 22:11

Bonsoir Caro

Merci pour cette délicate attention. Je ne travaille pas sur les nobles toits de lauze, mais plutôt sur les toits plats, un chalumeau à la main et les pieds dans le bitume.
La vue que l'on a de certains toits est fabuleuse, on a l'impression de glisser sur les toits des vents comme disait Eluard.

Bisouxx
Serge

caroleone 29/06/2013 04:40

Bonjour Serge,

J'avais envie de prendre un peu de hauteur, parait-il ça fait du bien pour contempler le monde comme il va. Puis, je sais que mes nonos aiment regarder du haut du toit les charmants volatiles qui leur font délicatement tricoter leurs moustaches comme s'ils se délectaient à l'avance.
Je me doute bien que ton travail est loin d'être de la poésie, que la lauze ne demande pas d'entretien comparé aux matériaux modernes qui à mon avis ne passeront pas la barrière du temps, aussi, pour un moment j'embrassais l'horizon en compagnie des habitués des toits.
Les toits des vents d'Eluard ? Je ne connais pas, ça doit être très joliment dit certainement. Merci de ta visite.

Bisous du samedi et bonne nuit

caro