Les communistes allemands empêchent la démolition symbolique du mémorial Ernst Thalmann par la droite revancharde

Publié le 1 Juillet 2013

Les communistes allemands empêchent la démolition symbolique du mémorial Ernst Thalmann par la droite revancharde

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Le révisionnisme historique continue son œuvre de destruction de la mémoire anti-fasciste en Europe de l'Est. Réhabilitation des collaborateurs dans les pays baltes ou en Ukraine, effacement des noms de rue ou destruction des monuments en Hongrie ou en Allemagne.

Ce 15 juin, l'initiative convoquée par les Jeunesses du Parti libéral (FDP) était un symbole fort : un dynamitage fictif du mémorial Ernst Thalmann, érigé dans le parc éponyme, dans un quartier ouvrier de Berlin-Est.

La réponse du Parti communiste allemand (DKP), en coordination avec d'autres organisations et associations locales, a été ferme : près de 200 militants ont mis en échec la tentative des jeunes « libéraux » anti-communistes.

La tentative de déboulonner « un héros de la RDA », selon les termes des dirigeants libéraux, a tourné court. Le nom d'Ernst Thalmann reste associé à celui d'une des grandes figures de la résistance anti-nazie.

Président du Parti communiste allemand de 1924 à 1933, maintenu en cellule d'isolement pendant onze ans, transféré en camp de concentration à Buchenwald, il y est abattu sur ordre d'Hitler en août 1944.

En 1986, le gouvernement d'Allemagne de l'Est décide d'ériger, pour le centième anniversaire de sa naissance, un monument en son honneur, réalisé par le célèbre sculpteur soviétique Lev Kerbel.

Ce que les libéraux du FDP, partie-prenante de la coalition gouvernementale avec la CDU d'Angela Merkel, tentent de déboulonner : c'est la mémoire anti-fasciste et révolutionnaire. Les libéraux proposent d'effacer tous les noms et symboles liés aux dirigeants révolutionnaires en ex-RDA.

Une tentative d'autant plus choquante que nous savons désormais que des partis comme le FDP ont servi de machine à recycler les dignitaires nazis après la guerre, sous la bannière de l'anti-communisme de combat, devenu raison d'être de la RFA à partir de 1949.

Nous ne pouvons pas non plus oublier que les efforts pour rayer la carte le monument Thalmann au cœur de Berlin s'inscrit aussi dans les opérations de spéculation immobilière qui transforment Berlin en une ville de plus en plus chère et réservée aux classes aisées.

Selon le Morgen Post, les investisseurs lorgnent sur le « parc Thalmann », dans un quartier en plein embourgeoisement. Les premiers menacés sont les locataires du grand parc HLM construit dans les années 1980 par la RDA. Leur crime, bénéficier de trois pièces pour 400 € au cœur de Berlin.

En Allemagne comme ailleurs en Europe, le fascisme idéologique ne passera pas : la lutte héroïque des Thalmann ou Dimitrov doit avoir une perspective, l'organisation de la résistance à la politique de casse sociale qui crée les bases de recrutement du mouvement fasciste !

Rédigé par caroleone

Publié dans #Devoir de mémoire

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Serge des bois 01/07/2013 10:19

Bonjour Caro,
Il est important de soutenir ceux qui, dans les pays de l'ex "bloc soviétique" ou en RFA, s'opposent à ceux qui s'attaquent à tous les symboles de ce que fut la lutte anti-fasciste.
Les volontaires allemands des brigades internationales combattaient dans le bataillon Thalmann en hommage à celui qui croupissait dans les prisons nazies en attendant d'être transféré en camp d'extermination. (Il me revient en mémoire "le chant du bataillon Thalmann" appris aux "Vaillants").
En ces périodes où la bête immonde retrouve un second souffle, il faut rester extrêmement vigilant et dénoncer sans cesse ceux qui, ici et ailleurs, tentent d'assimiler communisme et fascisme.
N'oublions pas qu'il existe deux propositions de loi à l'assemblée nationale, visant à créer en France une journée en mémoire des victimes du nazisme ET DU COMMUNISME, reprenant en cela une proposition du parlement européen soutenue, entre autres par Cohn-Bendit et Vincent Peillon.
Si cette démarche a été jusqu'alors tenue en échec, on voit bien qu'elle progresse dans les ex pays socialistes. Ceux-ci intégrant l'UE, il y aura bientôt une majorité favorable, le but ultime étant
l'interdiction de la théorie communiste (jugée par essence criminogène comme le nazisme) puis l'interdiction pure et simple des partis et organisations communistes ou de tout ce qui s'y réfère.
Il est urgent de faire prendre conscience du danger qui menace.
Bises.

caroleone 01/07/2013 13:02

Bonjour Serge,

Merci pour toutes ses précisions.
Tu as bien raison, il faut se battre pour empêcher ces tentatives de criminalisation du communisme quand on voit comment la bête immonde resurgit partout au grand jour et comment elle est banalisée, ça me mets dans une colère.
Comme plein d'autres choses d'ailleurs, révoltantes de notre quotidien qui nous font réaliser comme nous sommes minoritaires à défendre nos idéaux et parmi ceux qui se réclament des idées de gauche, il est est qui se trompent de cible et ça, et bien ça me met aussi en colère.
Bises et merci encore pour ton commentaire

caro