L'orage vous parle

Publié le 19 Juin 2013

L'orage vous parle

Image : Thunder above Madeira waters

Roulements de tambour,

la grosse caisse est de sortie.

Je roule des cailloux

dans la colère de mes nuages

depuis des jours entiers.

Bouillonnante, la marmite de potage

déborde et n’en peux plus.

Elle me dicte ses mots.

Docile, je m’exécute.

Écoutez le bruit de mon chant,

il est force, rage brute,

il est si puissant que rien ne l’arrête,

je vous parle, écoutez-moi,

tirez les leçons de mes propos,

tremblez devant mon expression,

que vos cheveux se dressent sur vos têtes,

ainsi que les poils sur vos bras

raides comme des piquets de grève,

qu’ils tressaillent d’émoi,

que votre cœur rebondisse,

comme un trampoline dans sa cage dorée,

que votre esprit s’inquiète,

en sentant que la terre lui échappe,

que la maîtrise n’est plus entre ses mains,

tremblez sous vos couettes de plume,

frissonnez d’effroi.

Je suis le maître de la terre,

rien ne résiste au chaos

quand je décide ce choix.

Parfois de l’ordre je me dois de mettre

sur votre planète qui dévie,

les hommes-fourmis pensent bien être,

seuls à contrôler la vie,

à signer le destin d’une terre qu’on leur prêta,

leur donnant juste l’usufruit.

Alors, radio-tonnerre

s’exprime par ses ondes profondes,

qui grondent au cœur d’une ronde

faisant le tour du monde.

L’eau déversée nettoie les vallées,

lave et purifie,

ainsi renaît la vie.

La nature toujours survit

aux bouleversements du temps,

les hommes par contre doivent recommencer

à rouler leur quotidien devant eux,

comme une boule qui lorsqu’elle devient importante

leur fait prendre la grosse tête.

Et à nouveau je dois la dégonfler en vain.

Oyez ! Oyez ! Braves gens !

J’ai parlé.

Que le soleil brille et que le beau temps revienne.

Carole Radureau (19/06/2013)

PC : Quand j’ai écris ce poème ce matin en me réveillant, l’orage me dictant ses mots, je ne savais pas encore les dégâts qu’il avait provoqué. J’en ai pris connaissance au journal du midi.

Même si j’ai dicté les propos de la colère des cieux, je suis de tout cœur près de ceux qui en font les frais et leur souhaite bon courage en espérant que l’entraide s’active.

! Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article