Goutte de sève

Publié le 7 Juillet 2013

Goutte de sève

Au cœur d’un pays vert

tu puises ta couleur,

la sœur Cordillère, écrin

au luxe éphémère,

cache ta substance de rêve

au plus profond de la strate.

En ton cœur,

réunis,

en une unique alchimie,

une écriture végétale

pour un tableau minéral :

la racine écrasée qui exprime

la sève toute chlorophyllée

des passiflores aux outils passionnés,

des couleurs d’étoiles

à l’encre d’épiphytes qui peuplent la forêt :

cattleya à la langue pourpre,

oncidium aux ailes de papillon verdâtre,

brillant de la sève resplendissante

des bambous aux lances interminables,

ombre verte

des palmes qui inclinent leurs têtes

sur les malocas des hommes.

Ton essence est si pure qu’au monde

il n’en existe aucune autre.

Alors,

autour de toi c’est l’omerta,

on barricade tes frontières,

on arme les mains des hommes

pour protéger ton somptueux trésor,

on n’hésite pas à tuer pour ton or vert,

on n’hésite pas à faire couler

le rouge sang qui irrigue

les sillons de pierre.

Bien avant le colon, pourtant

tu fis la joie des peuples

originaires.

Les incas te vénérèrent ;

mal leur a pris

car dans la tombe ils emportèrent

le secret de ta lumière.

Aujourd’hui on te sculpte,

on te découpe, te polit

de mille façons,

pour le plaisir des nantis.

Moi je trouve

que bien plus belle tu es

sous la cordillère,

dans ta cachette de pierre

enfouie au cœur de la matière.

Goutte de sève
Carole Radureau (03/07/2013)

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Le poème fait référence à la mine d’émeraudes de Muzo dans le département de Boyaca en Colombie (à 100 km environ de Bogota)

Cette mine fut exploitée par les conquistadors depuis l’an 1594 mais les indiens l’exploitait depuis au moins 5 siècles avant leur arrivée. Cette mine est sensée produire les émeraudes les plus pures au monde ainsi que des pierres de taille importante.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hobo-Lullaby 07/07/2013 21:30

Bonsoir Caro

Le plus grand des joailliers n'arriverai pas à donner autant d'éclat à une émeraude. Tu décris sa beauté naturelle avec tant de justesse et de sensibilité que l'on se prend à rêver d'un monde dont les yeux brillent d'émerveillement et non de cupidité.
Merci pour ces mots

Bisoux
Serge

caroleone 08/07/2013 17:23

Bonjour Brigitte,

Tu es comme moi, on préfère la simplicité de la nature et des plantes au bling bling des salons de pacotille et des faires paraitre.
Mais les pierres précieuses sont des dons de la nature aussi, alors, il faut les traiter telles quelles, ce que je vais essayer de faire.
C'est vrai que les mots coulent tout seuls, le hic c'est toujours la confiance même si j'en ai drôlement gagné mais j'ai l'impression de travailler sans filet et parfois je me dis que tout est nul comme c'est mon problème habituel en toutes choses.
Je te remercie de ta confiance et de ton amitié, ça me fait beaucoup de bien.
J'ai retrouvé une amie-chat qui avait disparu de la toile, elle m'a annoncé qu'elle venait de s'offrir un nouveau norvégien, on dirait Béliai.
Bisous et merci de ta visite

caro

Brigitte 08/07/2013 16:23

Ne t'inquiète pas j'avais bien compris le message et je trouve belles les pierres à l'état naturel .
Ce morceau d'émeraude est tout simplement beau .
J'irai lire tes feuillets de pierre bien évidemment . Et ne soit pas confuse, tu écris si bien que j'ai parfois l'impression que pour toi ça coule de source ...Et puis je m'aperçois que en fait pas toujours !!!
Je t'embrasse chaleureusement

caroleone 08/07/2013 11:53

Bonjour Serge,


Je suis confuse, je ne pensais pas avoir eu ce talent que tu me prêtes.
Mais c'est bien, tant mieux si je suis capable de faire ça : il faut dire, tout ce qui touche à la chlorophylle et à la Colombie en général, ça m'inspire.
J'espère que je saurais écrire les prochaines gouttes minérales avec autant d'émerveillement.
Mais, je suis restée une enfant dans mon approche des choses, j'ai su, je ne sais comment garder ça en moi, tout m'épate et je suis toujours devant les merveilles de la nature comme devant un spectacle. Il faut que je m'inspire pour écrire sur un bel oiseau que j'ai découvert encore et qui m'a épatée.

Bises et bonne journée

caro

Brigitte 07/07/2013 14:43

C'est tellement joli que cela peut faire envie mais au nom de l'argent, forcément, on l'extrait n'importe comment ...Et le pire le sang coule pour une pierre !!!
Les hommes sont devenus fous ...

caroleone 07/07/2013 17:16

Bonjour Brigitte,

Si je parle des pierres précieuses, c'est à leur état naturel et en référence aux hommes et à la planète car c'est dans mon programme perso sur la minéralité.
J'ai encore plein de projets sur les pierres, je suis hyper-motivée, ça me porte et j'ai besoin de ça pour avancer.
Si tu veux, j'ai classé mes poèmes sur les pierres dans une catégorie qui s'appelle
feuillets de pierre:

http://cocomagnanville.over-blog.com/feuillets-de-pierre

J'ai écris un joli texte sur l'ambre : goutte de miel, tu peux aller le voir. Pour une fois que je suis contente de moi.
Des fois je balancerais tout d'un coup rageur comme tout à l'heure mon couteau de boucher qui a fini planté dans le massif parce que plus je le raffutais moins il coupait : je lui ai dit : va voir la terre et les pierres, t'en prendras de la graine. Mais mon mari n'a pas trouvé ça drôle.

Voilà parfois comment je réagis dans ma petite vie.

Bises et bon dimanche

caro