Goutte d'océan

Publié le 27 Juillet 2013

La vague repart dans un bruit de pas,

enroulée dans la cape d’écume

qui de ses bras de mousse blanche

l’enserre tel un diamant.

Frissonnantes,

des milliers de gouttelettes

se tressent en une algue de petites dents d’argent.

Les fruits cristallins de la grenade de mer

s’entrechoquent

au cœur d’un verre d’eau aux bulles tendrement iodées,

les fleurs de pétunia marin

tressautent en recevant

la caresse de l’eau chaude azurée.

Dans les abysses aux ténébreuses ombres,

dort bien enfoui

le coquillage nacré.

Il balbutie de sa valve entrouverte

un message qui se fige

dans une bouteille

que les lames enverront sur des plages sauvegardées.

L’océan puissant,

sous les strates endormies

à forgé sur l’enclume de la vie

la pierre au nom marin,

portant ses couleurs en un étendard de nymphes ravies.

Il a martelé dans un bouquet de corail carminé

des éclats luisants telles des étoiles filantes

aux queues de poissons vêtus d’écailles argentées.

Il a incrusté dans sa matière précieuse

des mots d’amour aux lettres de nacre,

ponctués de varech aux verts propos.

L’écrin de la pierre endormie

au Brésil git dans sa cachette de Terre-mère embellie,

la pierre fine aux initiés

seulement dévoile sa face polie,

sa couleur d’embruns rafraîchis,

son message aux hommes initiés

au langage des ondes.

Un jour,

quand tu colleras sur ma bouche impatiente

ton oreille attentive,

je te dirais tout bas

le nom de ce trésor

que l’océan me confia.

Goutte d'océan
Carole Radureau (26/07/2013)

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article