CHIAPAS: Libres 9 prisonnier-e-s des organisations La voix de l’Amate et Solidaires de la voix de l’Amate !

Publié le 8 Juillet 2013

CHIAPAS: Libres 9 prisonnier-e-s des organisations La voix de l’Amate et Solidaires de la voix de l’Amate !

Je vais me coucher la joie au cœur : 9 comp@s libérés !.....mon aigle de la liberté en bat ses ailes somptueuses. Est-ce que les multiples campagnes de libération permettent cela ?

Je le crois.

Continuons d'écrire des poèmes, des paroles de soutien, continuons de lutter pour les autres prisonniers car tant qu'un prisonnier politique sera incarcéré, le monde ne pourra pas tourner en bonne conscience.

Caroleone

Rosario Díaz Méndez de l’organisation de la Voix de l’Amate ; Rosa López Díaz, Pedro López Jiménez, Alfredo López Jiménez, Juan Collazo Jiménez, Enrique Gómez Hernández, Juan López Gonzalez, Benjamin López Aguilar et Juan Díaz López de l’organisation des Solidaires de la Voix de l’Amate ont été libéré-e-s le 4 juillet dernier.

Rosario Díaz Méndez et Alberto Pathistan Gómez font partie de la Voix de l’Amate organisation de prisonniers appartenant à la Sexta, qui dénoncent le fonctionnement arbitraire du système judiciaire mexicain, la torture physique et psychologique que les matons leur font subir, ainsi que la corruption qui sévit dans les prisons de l’État du Chiapas.

L’organisation "Les Solidaires de la Voix de l’Amate" regroupe des jeunes exposé-e-s aux mêmes injustices et manifestant un engagement équivalent dans la lutte des prisonnier-e-s, et qui ont été arrêté-e-s sans fondement parce qu’ils et elles sont pauvres, indigènes ou pour des motifs politiques. Comme Díaz Méndez et Patishtán, ils et elles sont devenu-e-s une référence organisationnelle au sein du surpeuplé Centre de Réinsertion Sociale des Condamnés n°5, dans la zone rurale de San Cristóbal de Las Casas.

Ils et elles tracent depuis de nombreuses années une radiographie du système carcéral où devient évident le mépris total de la dignité humaine. Ils et elles l’ont fait en défiant les menaces des autorités de la prison, en mettant leurs noms et leurs corps en danger.

Nous sommes heureux d’apprendre cette nouvelle, c’est grâce à la solidarité que les compagnons et compagnes peuvent embrasser leurs familles, leurs amies, qu’ils peuvent marcher dans leurs villages, saluer leurs compagnon-e-s, leurs voisin-e-s….finalement ils peuvent dormir, se réveiller à côté de leurs enfants et de leurs familles… la lutte continue pour tou-te-s ceux et celles qui sont encore enfermé-e-s : Alberto Patishtán Gómez, Alejandro Díaz Santiz, Antonio Estrada Estrada, Miguel Demeza Jiménez, Alvaro Sebastián Ramírez, Agustín Luna Valencia,Eleuterio Hernández García, Fortino Enríquez Hernández, Justino Hernández José, Abraham García Ramírez, Zacarías Pascual García López, Máximo Mojica Delgado, María De los Ángeles Hernández Flores, Santiago Nazario Lezma et notre compagnon anarchiste Braulio Durán.

À bas les murs de toutes les prisons !
Liberté à tou-te-s les prisonnier-e-s !
La lutte continue !

Les trois passants

Voir les vidéos :

Rédigé par caroleone

Publié dans #prisonniers politiques

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article