Voix du Chili : Violeta Parra

Publié le 19 Février 2013

Violeta Parra

 

 

 

 

veritable-violete-parra.jpg

 

De son vrai nom Violeta del Carmen Sandoval ( San Carlos le 4 octobre 1917, Santiago du Chili le 5 février 1967)

 

Chanteuse, poétesse, compositrice, peintre chilienne

 

Une créatrice autodidacte qui a ouvert la voie à des générations d’artistes, musiciens entre autres pérennisant la culture populaire du Chili, ses luttes, ses souffrances à travers le monde.

Elle a réinventé la musique folklorique de son pays en l’exportant hors de ses frontières. Ses textes et chansons font partie du patrimoine chilien.

 

 

fig03-17.jpg

 

Violeta et Niconor Parra

 

 

 


 

Sa vie de famille

 

Elevée dans une famille pauvre, ses parents néanmoins lui transmirent le goût de la musique. Son père en effet était professeur de musique et sa mère paysanne jouait de la guitare et chantait. Elle fut selon ses dires l’héritière de la guitare pleine de chants d’oiseaux de son père.

 

Dans un reportage de la télévision chilienne TVN, son frère Lalo Parra raconte les premières prestations musicales de sa sœur : « la vie était triste. Notre père est mort très jeune. Ma maman faisait de la couture pour les voisins. Mais Violeta est intervenue. Elle nous a emmenés chanter au marché avec sa guitare. Et nous avons commencé à gagner de l’argent. Nous avons alors pu acheter des vêtements et manger quatre fois par jour. ».

 

 

 


95-web-VioletaParra-violeta-e-isabel-208x300

 

Violeta et Isabel

 


 

Elle épouse en 1938, Luis Cereceda, un cheminot avec lequel elle aura deux enfants, Isabel et Angel qui se sont orientés à l’âge adulte également vers une carrière musicale et artistique.

En 1948, Violeta se sépare de son époux et elle se remariera plus tard avec Luis Arce qui lui donnera deux filles, Carmen Luisa et Rosita Clara.

En 1954, elle est invitée en Pologne avec deux premiers enfants, elle visitera avec eux l’union soviétique et l’Europe, et puis elle s’installera pendant deux ans en France, enregistrera ses premiers disques de musique traditionnelle. C’est durant ce voyage qu’elle apprend la mort de sa fille Rosita Clara encore bébé, décédée 28 jours après son départ.

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1961, elle fait une tournée avec ses deux enfants Isabel et Angel en Finlande , URSS, Allemagne, Italie et France et elle s’installe à Paris pour trois ans, enregistre avec ses enfants toujours l’album « Un rio de sangre ».  Elle se produits avec eux au quartier latin, parfois elle passe à la radio.

Puis elle rencontre l’anthropologue et musicien suisse Gilbert Favre qui sera l’amour de sa vie et pour lequel elle écrira ses plus belles chansons d’amour, entre autre : Corazon maldito, El Gavilan.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Quand Gilbert Favre part pour la Bolivie en 1966, elle vit cette séparation comme un drame qui lui inspire l’une de ses chansons les plus connues : Run run se fue pal' norte.

 

 

 

 

 

 

VIOLETA-PARRA-ET--GILBERT-FAVRE--A-GENEVE.jpg

Violeta Parra et Gilbert Favre dans son atelier à Genève, fondation V Parra

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sa carrière

 


 

 

67.jpg

 

 

 

 

Violeta est une artiste aux multiples talents, elle compose des chansons, sculpte, peint et réalise des tapisseries avec de la récupération.

Ses tapisseries, les arpilleras représentent des scènes de la vie quotidienne, elles sont faites avec du tissu et de la broderie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’âge de 9 ans, elle commence la guitare et le chant avec ses parents.


A l’âge de 12 ans, elle compose ses premières chansons.


Elle fera des études de professeur à l’école normale de Santiago du Chili.


-        1952 : son frère Nicanor Parra lui conseille d’enregistrer ses chansons et de parcourir le Chili. Elle prend conscience alors de toute la richesse musicale de son pays. Parcourant les régions les plus reculées avec son carnet et son appareil enregistreur, elle veut recueillir un maximum de chansons populaires. Elle a ainsi sauvé de l’oubli des dizaines de chansons du folkore chilien.


-        1953 : Après un récital chez le poète chilien Pablo Neruda, Radio Chili l’engage pour une série de programmes qui la propulseront en première ligne de l’art folklorique national.


-       1954 : Elle obtient le prix Caupolican décerné au folkloriste de l’année.


-        1956 : Elle crée et dirige le musée d’art populaire de la ville de Concepcion


-        1961 : elle est en tournée en Europe avec ses enfants, elle va à Bueno Aires, donne des récitals pour l’unesco et au théâtre des nations


-        1964 : Elle expose ses tapisseries au pavillon de Marsan en France et expose ses œuvres au musée du Louvre. Elle sera la première artiste sud-américaine à exposer des œuvres individuelles dans ce musée.


-        1965 : Voyage en Suisse, puis retour au Chili où elle installe un chapiteau qu’elle nomme « Le chapiteau de la reine » dans les faubourgs de Santiago pour y faire un centre d’arts (des artistes la soutienne tels Patricio Manns, Rolando Alarcon et Victor Jara) . Mais ce projet ne rencontre pas de popularité.


-        1966 : Voyage en Bolivie, concerts au Chili, elle enregistre son dernier disque dans lequel figure sa chanson la plus connue : Gracias a la vida.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-       5 février 1967 : elle met fin à ses jours après plusieurs tentatives ratées.

 

 

C’était une femme passionnée, obstinée et toujours libre.

 



« Le travail c’est ce qui rend le plus heureux dans la vie. Le reste, ce ne sont que des papillons et euphories passagères » disait-elle.

 

 

2723.jpg

 

 

 

 

 

Le film

 

Le chilien Andres Wood a réalisé un film sur la vie de Violeta Parra « Violeta Se fue a los cielos «  d’après le roman éponyme de son fils Angel Parra. Ce film était sur nos écrans fin 2012.

 

 


 

 

 

 

 

 


 

La fondation Violeta Parra 

 

En juillet 1981, une fondation lui est dédiée qui est dirigée actuellement par sa fille Isabel Parra. Cette fondation a pour but de réunir et organiser l’œuvre de Violeta Parra.

 

Discographie succincte

 

 

  • El caleuche, Judas
  • El buen consejo, Entrégame la cabulla
  • Que rica cena, La cueca del payaso
  • A mi casa llega un gato, Ciento cincuenta pesos
  • Es imposible, Luis ingrato
  • Qué pena siente el alma, Verso por el fin del mundo
  • Casamiento de negros, Verso por padecimiento
  • Verso por matrimonio, La Juana Rosa
  • El palomo, Verso por ponderación
  • Verso por despedida a Gabriela, Verso por el padecimiento de Gabriela
  • El joven Sergio, Canto a lo divino, Anticueca Nº 1, Anticueca Nº 2, Tres palabras, Travesuras
  • Ven acá, regalo mío, En los altos de Colombia
  • Camanchaca, El moscardón, Tocata y fuga, Galambito Temucano
  • Aquí se acaba esta cueca, Ausencia, Miren como corre el agua, Versos por el Apocalipsis, Parabienes de novios, Casamiento de negros, Dicen que el ají maúro
  • La refalosa, Paimiti, El palomo, Viva Dios, Viva la virgen, Cantos a lo divino, Meriana
  • Violeta Parra Vol. I
  • Violeta Parra Vol. II
  • cantos de Chile
  • Violeta ausente
  • Viola Chilensis
  • la jardinera
  • cantos campesions
  • el hombre con su razón
  • décimas y centecimas
  • cantos campesinos
  • las últimas composiciones de Violeta Parra
  • las alturas
  • 20 grandes exitos
  • folklore de Chile Vol. 3
  • folklore de Chile Vol. 4
  • folklore de Chile Vol. 5
  • el folklore y la pasión
  • canto y guitarra
  • un río de sangre

 

 Petit Bonus ++++

 

 

 

 

 


 

 

Discographie plus étoffée ICI

 

 

Le site qui lui est dédié ICI

 

 

 

Violetaparra.jpg

 


 

Caroleone

 

Sources : wikipédia, RFI

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #Chili, #Des femmes pas comme les autres, #Chanson du monde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F

Une artiste aux talents multiples que je découvre ... les vidéos sont anciennes et ne donnent pas la mesure de sa voix et mon espagnol est trop mauvais et ancien pour que je comprenne totalement
ses textes. Par contre je suis touchée d'apprendre que cette femme qui a écrit et chanté "Gracias la vida" se soit suicidée... quelle douleur pour ses enfants.. mais comme tu l'écris resta libre.


Bisous
C


 


 


Bonsoir Fanfan,


 


Hébé, pour une fois que je peux te surprendre avec des musiciens !!


Cette Violeta, elle est de la trempe de Victor Jara et de ces artistes engagés pour le socialisme et les traditions du Chili.


Tu sais son fils est connu en France apparemment, Angel Parra, on trouve des vidéos de lui sur YT.


Je n'ai pas trouvé les raisons de ses tentatives de suicide répétées et fatale, je pense qu'elle avait des valises bien chargées, la mort de sa petite fille, la séparation avec son amour, tout
ceci à dû fragiliser une carapace trop fine.


J'ai appris que les blessures de l'enfance non refermées sont celles que l'on paie toute notre vie.


Depuis que j'ai réglé mes comptes avec mon enfance et la Caro de 8 ans, envolées les idées très sombres, ça fait du bien quand j'y pense.


 


Bises et merci de ta visite


 


caro



A

Grande artiste et grande dame !


Très intéressant et complet, merci Caro
C


 


C'était prévu, tu te rappelles, je n'allais pas laisser cette grande artiste chilienne sur le bord de la route de mon année du Chili.


Et comme je bloque complètement sur le prochain thème indigène que j'ai choisi, il faut que je passe à autre chose, sinon, c'est mort.


Bises


 


caro