Un drame qui en révèle un autre : celui de l'Éducation Nationale

Publié le 14 Octobre 2011

379223burningbook.jpg

Avec le décès de Lise Bonnafous
c'est tout le corps enseignant
du Languedoc qui est en deuil

 

 

CHE 4 EVER

 


 

L'enseignante du lycée Jean-Moulin de Béziers est décédée vendredi des suites de ses blessures après s'être immolée par le feu la veille dans la cour de l'établissement, où ses collègues depuis le drame exprimaient leur désarroi et aussi leur difficulté à mener à bien leur mission.

Brûlée sur 95% du corps

Selon une source médicale, l'enseignante de 44 ans, professeur de mathématiques, "était brûlée au 3e degré sur 95% du corps". "Le corps a besoin de la peau pour respirer et avec ces brûlures, elle n'aurait pas pu survivre en raison des infections", a ajouté cette source.

A la mi-journée, les collègues de l'enseignante avaient lu, devant les grilles du lycée, un message de "solidarité pour Lise", brandissant de petites pancartes blanches intitulées "Plus jamais ça", "On veut des actes". "Hier, une enseignante a choisi de s'immoler dans la cour du lycée à l'heure de la récréation. Cet acte symbolique nous bouleverse et nous interroge tous", avaient déclaré les 280 professeurs du lycée dans ce communiqué.

"Son geste appelle à la solidarité de l'ensemble des personnels et témoigne de notre difficulté à accomplir notre mission. Nous attendons donc l'engagement responsable de nos autorités", ajoutaient-ils.

Interrogé par l'AFP à la nouvelle du décès, l'un d'eux, Christophe Quittet, a annoncé la tenue d'une "marche blanche" lundi à 14 h au départ de l'établissement. Selon lui, les cours ne reprendront pas lundi matin, en vertu d'un droit de retrait éventuellement reconductible.

Cellule de soutien psychologique

Vendredi, l'établissement avait rouvert ses portes pour accueillir les élèves et enseignants qui souhaitaient être entendus par la cellule de soutien psychologique, qui avait déjà pris en charge jeudi après-midi plusieurs dizaines d'élèves très choqués et qui devait encore fonctionner plusieurs jours.

Une action est par ailleurs prévue mercredi 19 octobre à 17 heures à Montpellier, dont le point d'arrivée sera l'inspection d'académie, selon M. Quittet. La victime donnait des cours depuis 10 ans dans ce grand lycée de 3 000 élèves, deuxième cité scolaire du Languedoc-Roussillon.

Elle avait annulé son cours de 9h 

Selon plusieurs témoins, elle avait annulé le cours qu'elle devait donner entre 9 h et 10 h jeudi. Puis, peu avant la récréation, elle s'est placée sous le préau et s'aspergée d'essence très calmement avant d'y mettre le feu et d'avancer dans la cour sous les yeux des élèves, terrifiés, dont certains lui sont venus en aide.

Décrite comme très fragile psychologiquement, notamment suite au décès de son neveu, l'enseignante "bénéficiait d'un accompagnement pédagogique et médical", avait indiqué jeudi le ministre de l'Education nationale Luc Chatel, venu sur les lieux, refusant à ce stade de confirmer le lien, avancé par le parquet, entre ce geste de désespoir et son activité professionnelle.


Si ses collègues se veulent prudents sur les raisons de cet acte, l'un d'entre eux estimait jeudi soir, sous couvert de l'anonymat, que la "pression ambiante était peut-être trop forte" et qu'"une écoute aurait peut-être évité ce passage à l'acte".

"Au cours des années, on a vu le métier évoluer, le public changer, les réformes arriver, des réformes nécessaires mais bien souvent menées à l'emporte-pièce, sans discernement, dans l'urgence, et à un moment donné il peut arriver ce genre de geste", confiait-il.

Au niveau national, le SNES, premier syndicat du secondaire, a réclamé un débat sur le métier d'enseignant après cette tragédie. Il souhaite notamment "interpeller le ministre sur l'importance de la mise en place d'une véritable médecine du travail dans l'Education nationale" et l'amélioration des "conditions générales de travail des enseignants, dont la pénibilité s'est considérablement accrue ces dernières années".

 

J'adresse toutes mes pensées à sa famille et ses proches.

 

 

 

Source : Midi Libre

 

 

 

 


 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #La voix des camarades

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> Bonsoir Zorro,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Merci de nous apporter tes propositions qui sont honorables et méritent en effet que l'on se batte pour les obtenir.<br /> <br /> <br /> Je ne suis pas enseignante mais je partage le combat de ces derniers en tant que parent délégué et j'ai toujours mis en avant le combat mutuel élève/enseignant, car il est lié<br /> <br /> <br /> Les deux parties doivent avoir les moyens nécessaires pour leur épanouissement en revendiquant d'excellentes conditions de travail.<br /> <br /> <br /> Ce qui est le dernier des soucis du gouvernement comme nous pouvons le constater avec toutes les récessions subies ces  dernières années.<br /> <br /> <br /> J'aimerais que chacun se sente encore le courage de revendiquer haut et fort une école juste qui ne soit pas un lieu de souffrance pour ceux qui la vivent.....<br /> <br /> <br /> Je n'ai jamais hésité à soutenir les enseignants comme les élèves dans la rue ou lors des occupations de bahut : on en parle plus trop en ce moment, il serait temps de reprendre un peu le<br /> flambeau des luttes.<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br /> <br />
Z
<br /> <br /> Vous êtes trop braves , comme votre collègue Lise.<br /> Cette tragédie doit marquer durablement l'opinion publique et le gouvernement sur les problèmes de l'enseignement, de l'éducation . Il faut agir aussi longtemps qu 'il n'y a pas<br /> de mesures efficaces, telle que:<br /> - l 'accroissement du personnel enseignant en zone difficile<br /> - le rétablissemnt de l'instruction CIVIQUE sans laquelle les élèves se croient tout permis et ne changeront pas leur comportement , dès l' âge de raison( 7<br /> ans)<br /> - Instaurer une véritable discipline  pédagoqique en rendant  les cours vivants et animés dès les classes primaires. (vidéos, jeux, animations )<br /> <br /> Bon courage à tous avec mes sincères condoléances à  tout le corps enseignant .<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> <br /> Bonsoir papy,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> C'est normal que je relaie, passé un premier mouvement de recul habituel chez moi face aux drames de ce genre.....je réagis !<br /> <br /> <br /> Je crois que nous avons eu la même pensée avec la comptabilisation morbide des victimes professionnelles du règne de sarko : à sa place je n'en dormirais plus !!<br /> <br /> <br /> Parce que nous n'avons pas à être complexés en lui faisant porter le chapeau, il a voulu nous les enfoncer toutes profond ces réformes, à la hussarde, alors qu'il assume.<br /> <br /> <br /> ça me fait penser à un de mes chefs qui me disait  : "Avec toi c'est toujours de la faute à sarko! "......<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> <br /> Bonsoir Carolita,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> C'est une bonne chose que de manifester le dramatique exemple de Lise Bonnafous.<br /> <br /> <br /> Soyons honnêtes et réalistes...<br /> <br /> <br /> Jamais autant de suicides du au travail ne se sont produits que depuis que le monarque gouverne notre pays.<br /> <br /> <br /> Je sais bien qu'il est très facile de le rendre responsable de tous les maux que nous vivons depuis 2007. Mais merde à la fin, il faut quand même dire la vérité, les "chiffres" parlent<br /> d'eux-mêmes ! Je n'ai jamais perdu autant de proches que depuis l'avènement de ce despote.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Amitiés fraternelles,<br /> Le Papy <br /> <br /> <br /> <br />