Un coup dur pour le Paraguay et l'Amérique latine : Lugo destitué

Publié le 24 Juin 2012

 

P120624-09.jpg

 

 

Le président du Paraguay, Fernando Lugo a été chassé du pouvoir après un procès politique qui a été expédié devant le parlement en quelques heures , 39 sénateurs sur les 43 présents se prononçant pour son départ.

On l'accusait d'avoir "mal rempli ses fonctions" entre autre lors de heurts avec des paysans sans terres . Il restait encore un an de présidence à assurer à Fernando Lugo.

La victoire de Lugo en 2008 avait été considérée comme historique car jamais un président de gauche n'avait dirigé ce petit pays d'Amérique latine, le plus pauvre du cône sud. C'est Federico Franco qui le remplace haut la main, nous faisant penser étrangement au coup d'état vécu au Honduras il y a de cela 3 ans presque jour pour jour !!

 

Qui c'est ce Federico Franco ?

 

Luis Federico Franco Gomez est né en 1962, il est chirurgien de formation et membre du parti libéral radical authentique (centriste), il était élu en 2008 en tant que co-listier de Fernando Lugo.

 

Samedi matin, le nouveau président a reconnu lors d'une conférence de presse qu'il "y a des soucis qui (le) préoccupent avec la communauté internationale", mais il a immédiatement réfuté le terme de "coup d'Etat" employé par certains chefs d'Etat au lendemain de la destitution du président Fernando Lugo.


«Je me soumets à la décision du Congrès», a réagi peu après M.Lugo dans une déclaration à la Présidence, affirmant que «c'est l'histoire paraguayenne, sa démocratie, qui ont été profondément blessées». «Aujourd'hui je me retire comme président, mais pas comme citoyen paraguayen»

 

Les réactions

 

Le président Lugo, lâché par ses anciens alliés, notamment libéraux, a dénoncé jeudi une "attaque sans pitié de secteurs qui se sont toujours opposés au changement", alors que ses partisans évoquent déjà un coup d'Etat déguisé

 

 

« Nous ne reconnaissons pas le nouveau président illégal au Paraguay. Là-bas, la répression a commencé. Hugo Chavez, président du Venezuela

 

Dans le sillage de Chavez, une condamnation de l'Alba, l'alliance alternative, des pays de la gauche radicale, condamnation surtout de l'Unasur, l'organisation intergouvernementale sud-américaine.

 

Rafael  Correa président de l'Equateur qualifie cet acte de "coup d'état constitutionnel".


Cristina Kirchner, la présidente argentine dit que c'est un "coup d'état illégitime".


Evo Morales , président bolivien quand à lui dit que c'est un"coup d'état parlementaire".

 

De leur côté, Colombie, Mexique et Chili ont regretté que M. Lugo n'ait pas disposé de délais raisonnables pour préparer sa défense, alors que la Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH) a qualifié cette transition "d'atteinte à l'Etat de droit".


L'Union européenne s'est pour sa part contentée d'exprimer sa "préoccupation" et a appelé au respect de "la volonté démocratique".

 

En espérant que le funeste nom porté par ce président parachuté ne soit pas un mauvais présage

 

Caroleone

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Paraguay

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> Bonsoir Caro,<br /> <br /> <br /> Henri m'a fait parvenir le communiqué du PCF au sujet de ce coup d'état que je t'adresse ci-dessous pour info:<br /> <br /> <br /> Le PCF condamne le coup d'État déguisé au Paraguay, dirigé contre Fernando Lugo, Président de la République « l'évêque des<br /> pauvres » et élu contre une droite revancharde et réactionnaire qui s'est enrichie pendant la période de la dictature.<br /> <br /> <br /> Cette oligarchie de la bourgeoisie, qui ne s'est jamais inquiétée des violations des droits de l'homme et qui a tout fait pour empêcher la mise<br /> en place des réformes voulues par Fernando Lugo, en particulier la réforme agraire, s'empare d'un événement dramatique pour tenter de légitimer son coup de force.<br /> <br /> <br /> La droite paraguayenne s'est en effet saisi de l'affrontement qui a fait 17 morts, 11 paysans et 6 policiers à Curuguaty, dans le Nordeste du<br /> pays pour demander la destitution du Président Fernando Lugo. La majorité de droite a laissé 24 heures au président pour préparer sa défense et il ne disposera que de deux heures pour s'exprimer<br /> devant le Sénat ce vendredi 22 juin 2012.<br /> <br /> <br /> Le PCF affirme sa solidarité avec les partis de la gauche paraguayenne et avec le peuple du Paraguay.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Amitiés et bises<br /> <br /> <br /> Diablo qui gaze bien<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br />
C
<br /> <br /> Bonjour Diablo,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Merci pour le communiqué du parti, ce soutien me réjouit le coeur et je sens bien qu'apparement, Lugo est en train de constituer un gouvernement parallèle, fort de tous les soutiens progressistes<br /> qui lui arrivent de son continent et certainement du monde entier.<br /> <br /> <br /> Alors Diablo, aère toi bien, profites de l'air iodé pour revenir plein d'énergie !<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Je pense qu'il faut creuser les racines de ce "coup d'état parlementaire", je n'ai pas encore recoupé mes sources (et ne peut plusme permettre beaucoup de recherches si je veux garder du crédit<br /> internet) mais à l'origine une tuerie... paysans menacésd'expulsions et policiers, les paysans auraient tiré les premiers...mais il semblerait que lespaysans étaient désarmé et que les premier<br /> tirs soient venus de francs-tireurs extérieurs... dansle contexte d'une nouvelleoffensive déclanchée contre  l'Amérique Latine, cela semble tout à fait plausible. Voir aussi offensive<br /> médiatique déclanchée contre l'Argentine<br /> <br /> <br /> L’Argentine de va-t-elle connaître,<br /> comme le Chili<br /> <br /> <br /> d’Allende, son « 11 septembre 1973 » ?<br /> par Jean LEVY<br /> <br /> <br /> Je crois qu'il faut se montrer plus vigilant(e)s que jamais et traquer les indices qui dénoncent le déclanchement des hostilités... voir comment créer et activer des résaux de solidarité un peu<br /> plus efficaces pour faire obstacle à la désinfo qui va très certainement proliférer au cours des prochaines semaines... je traduis pour le moment un texte de Petras dans lequel ils démonte<br /> ladésinfo des grands journeaus US consernant la Colombie et le Honduras... ont retrouvent des éléments communs avec ce qui se dit de l'Argentine dans le monde qui se fonde dans cette même vérité<br /> du marché: un pays sûr est un pays sûr pour les investisseurs, mêmesi pour garantir cette sécurité il fat faire appelaux escadrons de la mort, parmilitaires et autres milices....<br /> <br /> <br /> "Ils ont mis des chaînes aux racines de nos têtes" disait Nazim Hikmet...<br /> <br /> <br /> Il est temps de les ôter<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> <br /> Anne<br /> <br /> <br /> U<br /> <br /> <br />  <br />
C
<br /> <br /> Bonjour Anne,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> J'ai vu en effet le titre de cet article sur le blog de Jean, mais je n'ai pas eu le temps de le lire encore. Et là, je pars bientôt à Paris à mon RV zapatiste. Il caille, c'est gris, c'est<br /> triste, vraiment ça engage pas !<br /> <br /> <br /> Le géant ricain reprend du poil de la bête, tu as raison, il faut être vigilants, déjà, on est quelques  blogueurs sur le fil, s'il y a besoin de rassembler, j'espère que nous pourrons le<br /> faire, réunir les luttes, seule chose possible pour se faire.<br /> <br /> <br /> Bises Anne et bonne journée<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> L'Union européenne qui émet de simples préoccupations et le ministre des affaires étrangères français qui ne dit mot. Evidemment, il ne faut pas blesser les USA en sous-main dans ce coup détat.<br />
C
<br /> <br /> Bonjour Roger,<br /> <br /> <br /> On est sur la même longueur d 'ondes et tu vois les craintes que nous avons en ce moment devant la situation au Honduras et en Colombie avec les répressions qui s'accentuent, (et je ne parle pas<br /> du Mexique) après ce coup de maitre qui destitue un pays d'un gouvernant de gauche, cela ne peut que nous conforter dans notre idée d'accélélation du processus yankee contre révolutionnaire en<br /> Amérique du sud.<br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br /> <br />