Suicides à France Télécom : La justice s’empare du dossier

Publié le 13 Avril 2010

953_manifestation-de-salaries-de-france-telecom-le-7-octobr.jpg

 

 

 

Dans plusieurs articles depuis plusieurs mois, nous dénonçons la situation faite aux salariés de France Télécom avec un management par la peur et le harcèlement.

A ce jour depuis 2008 le nombre de suicides chez l’opérateur historique de télécommunication se chiffre à 45…C’est intolérable.

 

Il aura fallu des mois, des années pour que la question des suicides et de l’organisation du travail arrivent sur la place publique et maintenant sur le terrain de la justice avec le Parquet de Paris qui vient d’ouvrir une information judiciaire contre X suite à la plainte déposée par le syndicat SUD-PTT.

De son côté, la CGC et l’UNSA viennent d’annoncer qu’ils se constituaient partie civile.

 

Depuis longtemps, voir nos précédents articles, nous posions la question de la nécessité d’un engagement syndical à ce sujet.

Pour nous il s’agit d’une mise en danger de la vie d’autrui due à une organisation du travail portant atteinte à l’intégrité physique et morale des salariés.

 

De nombreux médecins du travail dénonçaient cette situation et certains d’entre eux ont même démissionné estimant ne pouvoir pas accomplir leur mission dans des conditions normales face à l’autisme de la direction de l’entreprise.

L’ inspection du travail relèvent que ces suicides ne doivent rien à la fatalité.

 

En effet comment de pas porter atteinte à la santé des travailleurs quand la pression individuelle, le management par le stress et la peur, la brimade, les déplacements, les mises au placard des fonctionnaires résistants sont devenus monnaie courante ?….

 

Dans son rapport, l’inspection du travail démontre que FT est parfaitement consciente des risques que ses méthodes font peser sur les salariés.

 

Combien de CHSCT, combien de délégués syndicaux, de médecins du travail, d’inspecteurs, de CRAM ont dénoncés à maintes reprises ces comportements, mises en garde auxquelles la direction est restée sourde !!…

 

Aujourd’hui trois personnes sont particulièrement exposées. Il s’agit des trois dirigeants du groupe de l’époque : Didier Lombard, le PDG pour lequel, les suicides étaient « une mode », Louis-Pierre Wenes et Olivier Barberot le DRH….Mais combien de chef aillons zélés, mordant dans la carotte, avides de promotion et cupide à l’extrême ont appliqué ces méthodes destructrices ?….Quant à l’actuel PDG, Stéphane Richard, ami de « Nicoléon », nous avons fait son portrait dans un précédent article.

 

Aujourd’hui une chose est claire : la justice s’empare du dossier et le droit sera dit.

 

Pour nous communistes, tous ces suicides doivent entraîner des sanctions pénales contre l’employeur et des réparations en direction des familles en deuil.

Nombreux d’entre eux ont été reconnus comme liés au travail entraînant pour l’employeur la faute inexcusable.

Nous sommes auprès des salariés, de leurs organisations syndicales, des familles qui ont perdu un proche.

 

L’avocate de France Télécom se dit « ne rien avoir a redouter dans cette affaire.. » Quand à la direction façon fier à bras elle vient de cyniquement déclarer : « Le groupe n’a pas de politique de harcèlement qui pourrait générer des suicides… » Il fallait oser le faire, mais les connaissant plus rien ne m’étonne.

Que cette information judiciaire serve au moins de première pour faire en sorte qu’à France Télécom, mais aussi dans de nombreuses entreprises cela ne se reproduise pas.

 

L’homme n’est pas une variable d’ajustement comptable et un « joystick » avec le quel on joue sur un parcours anxiogène et dangereux pour l’individu.

Au contraire, il doit être au centre de l’activité sociale et économiques et non pas au service d’une pratique managériale ancrée uniquement sur la recherche de profits, quitte à générer des conditions de travail pathogènes venant aggraver les risques professionnels.

 

Dans cette démarche constructive pour un autre avenir social, économique et professionnel, les CHSCT, et les institutions représentatives de personnels doivent avoir des droit accrus, y compris dans les entreprises de petites ou de moyennes tailles.

 

Pour la cellule PCF Cuers Jacques Duclos.

Jean-Marie Bernardi cadre FT en CFC.

 

 

Les liens ci-dessous vous renverrons à nos précédents articles relatifs à France Télécom.

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-france-telecom-l-esperluette-a-perdu-la-tete--38678816.html

 

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-36896324.html

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-36782420.html

 

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-36104880.html

 

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-35017163.html

 

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-32993855.html

 

 

http://pcfcuers.over-blog.com/article-28736667.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #PolitiqueS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

Dire que les syndiclaistes des CHSCT sont des collabos où que ces instances sont muselées, c'est mal connaître le droit des CHSCT et notamment ceux des salariés élus qui y siègent. Je ne sais pas
si Ava a une quelconque formation en matière de doits syndicaux relatifs aux élus des CHSCT...Pour sa gouverne, il faut savoir que l'employeur à des obligations de résultats en matière de
conditions d'hygiène,de sécutié et de conditions de travail, qu'un médecin du travail est présent lors des travaux du CHSCT, ainsi que le corps social de la santé publique...Dans le cas contraire
les employeurs n'appliquent pas la loi....En cas de non respect des normes de sécurité dans le travail, un élu du CHSCT peut demander un expertise immédiat sur le chantier, faire arrêter le travail
tant que le CHSCT extraordinaire ne s'est pas réuni pour résoudre le pb....Les salariès ont également le pouvoir de faire valoir leur droit de retrait en cas de mise en danger...En tant qu'ex
secrétaire CGT d'un grand CHSCT, je ne puex pas laisser dire des généralités qui montrent du doigt des syndiclaiste qui je le rappelle doivent travailler avec leur base pour faire avancer les
pbs...Ceci se nommme " prtique de la démocratie syndicale et ouvrière...Si Ava veut d'autres renseignement pour sa formation c'est possible et c'est mieux que les phrases toutes faites .Jean-Marie.


A

Les syndicalistes au sein des CHSCT sont muselés ou "collaborent". La situation est encore plus grave qu'il n'y paraît : les consignes des différentes instances syndicales étaient claires jusqu'à
présent, pas de mise en cause des dirigeants en vertu du "sacro saint pouvoir d'organisation de l'entreprise". Je crois que nous sommes à un tournant dans l'histoire du travail : saurons-nous bien
le "négocier" ?