Regards d'en bas et à gauche

Publié le 11 Février 2013

 

11422.jpg

 

 

Le regard d’en bas c’est celui qui voit.

Il voit mais est-il sûr de bien regarder ?

Ne voit-il pas que le dessous des choses ?

Ne voit-il pas le monde à l’envers,

à rebours de la course au temps

qui tourne à la vitesse du capital

pour noyer plus vite les tourments ?

 

J’ai chaussé mes lunettes zapatistes

et derrière mon passe-montagne

j’ai regardé avec leurs yeux d’en bas,

avec les yeux du vieil Antonio.

Regard critique qui décrypte le monde.

 

Je vois la forêt.

 

Elle est humide et froide mais elle protège.

La ramure de ses arbres toise

et embrasse l’horizon d’un voile profond,

et  ses habitants habillés de camouflage

résistent encore puisant leurs forces,

leurs munitions.

 

Je vois qu’en haut rien ne bouge.

 

Les gouvernements se succèdent,

chacun met le pied à l’étrier de la corruption.

Rien ne change, rien ne changera.

Ils ont la vue corrompue.

 

 

 

violenciacarcelaria.jpg

 

 

Je vois des barreaux de prison.

 

Ils ne tombent pas et ma vue le souhaite

pourtant

Abritant ceux qui disent non,

ceux qui regardent dans les yeux

de la mort immonde et froide,

ceux qui ne veulent pas les baisser,

ne veulent pas signer les mensonges,

et dénoncent, dénoncent ,dénoncent.

Les barreaux cachent leur vue

afin qu’ils ne sèment plus leurs vertus.

 

Je vois de petits zapatistes

défiler par millier dans les rues.

Leur silence complice éclabousse

la vue de ceux qui sont myopes,

et le monde entier alors exulte.

Ils existent, ils sont : mayas par milliers

C’est pourtant vrai !!

Les médias n’ont rien vu !

 

 

 

 

 

 

Ils n’ont pas les bonnes lunettes :

Ils sont montés par celles du capital

qui obstrue les iris et floue le principal.

 

Je vois des indigènes qui portent des noms.

 

Fleurissant les origines du monde,

leurs noms je vous les écris,

regardez-les bien, écrivez-les

sur vos cahiers jolis,

mirez leur géographie subtile,

et retenez leur sonorité :

 

Tzotzile

 

Tzeltale

 

Ch’ol

 

Tojolabal

 

 

indigenas_201012.jpg

 

 

En bas ce sont les hommes simples

qui vivent,

ceux qui se battent pour leurs terres

ne demandent que :

 

 

L’autonomie,

 

La reconnaissance

 

La dignité

 

La liberté

 

Leur regard est celui de ces mots.

 

En haut ils ne voient pas.

Ils sont aveugles et veules.

Alors parfois il est nécessaire

de montrer que l’on existe,

que l’on persiste et que l’on signe.

Sur le cahier des libertés des peuples,

les zapatistes signent de leur sang,

de leur sueur, de leurs noms puissants.

On les prend en pleine vue !

On ne peut les éviter !

Ils avancent porteurs d’un message

pour l’humanité .

 

Vous les voyez ?

 

Moi , si.

 

 

education_meetingeducationpromoters4.jpg

 

 

014n1pol-1-jose-carlo-gonzalez-tzotziles.jpg

 

 

 

 

 

Carole Radureau (11/02/2013)

 

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

 

Article lié à ce poème : Sous commandant Marcos : Eux et nous VI, les regards 1  ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
<br /> Bonsoir Caro<br /> <br /> <br /> Je crois qu'ils ont tout simplement appris à regarder avec le coeur !<br /> <br /> <br /> Merci pour ce poème laveur de rétine !<br /> <br /> <br /> Bisoux<br /> <br /> <br /> Serge<br />
C
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bonsoir Serge,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Regarder avec le coeur c'est la meilleure façon de voir les injustices.<br /> <br /> <br /> Mais pour y arriver, il y faut de l'entrainement, de la sagesse et aussi il faut connaitre la misère, la sienne mais aussi celle des autres.<br /> <br /> <br /> Et quand on à le potentiel de voir avec le coeur, on a le potentiel de trouver des réponses à nos questions, des solutions et ainsi de voir le chemin de vie d'un coup se libérer devant<br /> nous....ensuite il faut foncer <br /> <br /> <br /> Je ne crois pas que j'en suis capable , il faut encore que je m'entraine<br /> <br /> <br /> Bises et merci de ta visite<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Bravo caro, un texte simple, beau, évident!<br />
C
<br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Merci Almanitoo et bises<br /> <br /> <br /> <br />