Recabarren, fondateur du parti communiste chilien

Publié le 1 Janvier 2013

Je ne pouvais mieux démarrer cette année que je souhaite consacrer au Chili en fêtant l’anniversaire de la création du parti communiste chilien ! En effet le parti communiste chilien a été fondé le 2 janvier 1922, un jeune homme de 91 ans et qui je l’espère a encore de longues années devant lui.

Voici l’un des fondateurs de ce parti.

 

 

 

220px-L.E.Recabarren.jpgRecabarren, fondateur du parti communiste chilien

 

 

Luis Emilio Recabarren Serrano, né à Valparaiso le 6 juillet 1876 et mort à Santiago du Chili le 19 décembre 1924.

 

Homme politique chilien, l’un des pères du mouvement ouvrier du Chili.


Il est né dans une famille modeste d’origine basque, à 14 ans, il travaille comme typographe pour aider sa famille à vivre.

 

 

 

 

patriareca

 

Petite chronologie

 

-        1891 : Il rejoint le parti démocrate du Chili, il se consacre alors à la vie politique de Valparaiso puis devient directeur en chef  du journal El Trabajo (le travail). Ces articles critiquant la politique du gouvernement en matière de travail lui valent 8 mois de prison.


-        1905 : Il s’installe à Antofagasta (une ville minière) et y publie le journal La vanguardia


-       1906 : Il est élu député du parti démocrate. Mais comme il ne veut pas prêter serment sur la bible à cause de son agnosticisme, il ne peut exercer son mandat. Ses publications contre le gouvernement lui valent des poursuites et il doit s’exiler en Argentine. Il militera auprès du parti socialiste argentin.


-        1908 : Voyage en Europe : Espagne, France, Belgique. A son retour au Chili, 18 mois de prison l’attendent.


-        1910 : il est libéré


-        1911 : Il s’installe à Iquique (une ville minière spécialisée dans l’extraction du nitrate)


-        1912 : Il fonde le journal El despertar de los trabajadores (l’éveil des travailleurs) afin de mettre en avant ses idées socialistes.

 

 

200px-Chile_Diario_El_Despertar_de_los_Trabajadores.jpg

 

 

El Despertar de los Trabajadores, journal fondé par Luis Emilio Recabarren

 

 


 

Malgré la censure et les interdictions ce journal sera publié jusqu’en 1926. Recabarren est en désaccord avec le parti démocrate qu’il quitte.


-        Juin 1912 : Il créé avec des travailleurs du nitrate le parti ouvrier socialiste (POS), il retourne à Antofagasta et fonde le journal El socialista.


-        1915 : Candidat à la députation. Echec (fraudes électorales ?), retour à Valparaiso.


-        1916 : Tournée dans le sud du Chili jusqu’à Punta Arenas.


-        1917 : Il devient président de la fédération ouvrière du Chili (FOCH) qu’il va transformer en centrale syndicale d’envergure nationale. Il en sera président jusqu’en 1921.


-        1918 : Voyage en Argentine, il participe à la fondation du Parti communiste argentin. Retour au Chili, il participe au congrès du POS qui décide d’entamer des négociations pour adhérer à la 3e internationale.


-        1920 : Il est candidat à l’élection présidentielle mais il est arrêté et ne peut faire campagne.


-        1921 : Il est à nouveau député à Antofagasta, il s’installe à Santiago du Chili et fonde le journal La justicia.

 

 


-        150px-Partido_Comunista_de_Chile.svg.pngJanvier 1922 : Le POS tient son 4e congrès, le parti adhère à la 3e internationale et devient le parti communiste du Chili. Recabarren se rend en union soviétique pour représenter les communistes chiliens au 4e congrès du Komintern.


-        1923 : Retour au Chili


-        Le 19 décembre 1924 : il se suicide à l’âge de 48 ans.

 

 

 

 

pintura-recabarren-copie-1.jpg

 

 

 

 

La vie politique chilienne à cette période

 

Où l’on voit que déjà les ressources naturelles du pays étaient sources de convoitise des pays étrangers, où l’on voit que les ouvriers et les mineurs ont versé leur sang plus que de coutume. De quoi motiver les luttes progressistes.


 

-        1879 : Guerre du pacifique entre le Chili et la coalition Pérou-Bolivie pour la possession des zones salpêtreuses.


-        1881 : Le colonel anglais John Thomas North par le biais de spéculations économiques prend possession des salpêtrières de Tarapaca.


-        1883 : La guerre s’achève sur la victoire du Chili. Elle a coûté 25.000 morts. En même temps qu’elle met fin à la guerre, l’armée chilienne mène à son terme la « pacification » de l’Araucanie.

      

-       1890 : Les anglais contrôlent tout le nord du Chili, plus de 25 compagnies exploitent 40 fabriques de salpêtre. Dans le nord du Chili se déclenchent les grandes grèves des mineurs. A Washington est créée l’union internationale des républiques américaines dont le bureau commercial est dirigé par les USA : c’est de là que va partir la doctrine « panaméricaniste »


-        1891 : le gouvernement de Manuel Balmaceda qui s’installe en 1886 avec un programme destiné à promouvoir le développement économique du pays, en établissant un contrôle d’état sur les richesses minières et salpêtrières doit faire face au boycott du congrès dont les groupes conservateurs assurent le contrôle et qu’appuie l’impérialisme anglais : cet affrontement débouche sur une guerre civile sanglante. L’armée qui soutient Balmaceda est battue à Placilla.


-        1904 : Le président des USA, Théodore Roosevelt proclame à l’endroit de l’Amérique latine la politique du « big stick » corollaire de la « doctrine Monroe ».


-       1905 : Naissance du mouvement ouvrier Semaine rouge. La police écrase la première manifestation : plus de 200 ouvriers sont tués.


-        1907 : Sous le gouvernement Montt, l’armée tire sur les ouvriers et leurs familles lors d’une manifestation pacifique dans l’école Sainte Marie d’Iquique : 3600 personnes sont tuées.


-        1909 : Fondation de la fédération ouvrière au Chili qui essaie de regrouper les divers syndicats.


-        1914 : Avec l’installation au Chili de la « Andes cooper co » les entreprises nord-américaines finissent d’acquérir toutes les mines de cuivre du Chili ; en 1914 ils ont acquis celle de El Teniente, en 1911, celle de Chuquimata la mine à ciel ouvert la plus grande du monde.


-        1920 : Pendant un festival la police met le feu à la fédération ouvrière de Magallanes il en résulte un vrai massacre. Aux élections présidentielles Arturo Alessandri triomphe.


-       1921 : Grève des mineurs dans le nord, massacre d’ouvriers à San Gregorio.


-        1922 : Fondation du parti communiste chilien


-        1924 : Un coup d’état militaire (le 11 septembre) renverse Alessandri qui reprend le pouvoir l’année suivante.


-        1925 : Grève de mineurs dans le nord. L’armée encercle et mitraille les ouvriers de la Coruña qui occupaient cette fabrique de salpêtre.


-       1932 : Le coup d’état de Marmaduque Grove permet l’instauration fugace d’une république socialiste (du 14 au 16 juin) Depuis 1931 les gouvernements militaires se succèdent ; finalement Arturo Alessandri est élu président.

 

 

luis-e.recabarren.jpg

 

 

 

 

Père du Chili

 

 

Recabarren, fils du Chili,

père du Chili, notre père,

dans ta construction, dans ta ligne

forgée par terres et souffrances,

naît la force des jours futurs

qui marqueront notre victoire.

 

Tu es la patrie : la pampa, le peuple,

le sable, l’argile, l’école, la maison,

la résurrection, le poing, l’offensive,

l’ordre, le défilé, l’assaut, le blé,

la lutte, la grandeur, la résistance.

 

Recabarren, sous ton regard

nous jurons de nettoyer les blessures

de notre patrie mutilée.

 

Nous jurons que la liberté

et sa fleur nue se dresseront

sur le sable déshonoré.

Nous jurons de suivre ta route

jusqu’à la victoire du peuple.

 

PabloNeruda Pablo Neruda ( Les libérateurs, le chant général)

 

 

 

 

 

 

 

 

Caroleone

 

 

Source : wikipédia, revue Europe d’octobre 1976

 

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #Chili, #Devoir de mémoire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

Bonjour Caro,


Recabarren était un de ces hommes qui se sont forgés une conscience de classe puis s'en sont servis pour éduquer leurs camarades exploités, et faire de cette prise de conscience collective une
force dont le parti communiste fut l'outil, cet outil au service de ceux qui souffrent et ne peuvent que survivre des fruits de leur travail.
Aujourd'hui encore, nous avons besoin d'un tel outil. A nous de le reforger et de le réaffûter pour qu'il redevienne capable de trancher la chaîne de l'exploitation de l'homme par l'homme
... 


Amitiés
C


 


 


Bonjour Serge,


Avec son talent de typographe qu'il a mis au service des luttes, des mineurs entre autre, il a essaimé ses journaux dans tout le Chili, tout en essaimant ses espoirs d'une lutte progressiste.
Quand on lit le résumé des évènements se passant au Chili à peu près à la période de sa vie, on se rend compte de la force de répression qu'il existait déjà dans ce pays pour arrêter net les
luttes ( et je suis contente d'avoir trouvé ces dates dans ma revue Europe, qui m'est très précieuse)


Il nous manque un leader de cette trempe, c'est évident, chaque lutte socialiste dans n'importe quel pays à été portée par un leader et même si on l'a déjà dit, l'homme providentiel n'existe pas,
on se rend bien compte en lisant les états de service de tous ces héros, que leur volonté très forte à fédéré les masses, bougé les lignes des partis, et suscité l'espoir.


Merci de ta visite Serge


 


bises


 


caro