Obscurantisme néocolonial et acrobaties bourgeoises par Abraham Serfaty

Publié le 21 Novembre 2010

serfaty.gif
Publié 21 novembre 2010

Le 18 novembre dernier, Abraham Serfaty, le grand révolutionnaire marocain s’est étient. Voici un de ses plus beaux textes.

 

Au terme de ses importantes études sur l’impérialisme, l’économiste américain Harry Magdoff souligne cette conclusion : « L’impérialisme n’est pas une question de choix pour une société capitaliste, c’est le mode de vie de cette société ».

Cette vérité, démontrée dans le sang des peuples depuis cinq siècles, beaucoup s’efforcent de l’estomper.

 

Ainsi Anouar Sadate se dépense-t-il pour « convaincre » les Etats-Unis de renoncer à leurs entreprises impérialistes au Moyen-Orient par sionistes interposés.

Ici, au Maroc, il a fallu les massacres de décembre 1952 et le coup de force d’août 1953 pour que le peuple balaie les illusions semées par les hommes politiques de la bourgeoisie sur la possibilité de progrès par la négociation et par l’intervention de l’ONU.

Il est normal que les bourgeoisies nationales s’accrochent désespérément au mythe d’un bon capitalisme, d’un capitalisme non-impérialiste. Elles-mêmes ne souhaitent-elles pas, quant au fond, créer ou consolider une société capitaliste, même baptisée, avec la bénédiction des universitaires marxologues, non-capitaliste ou socialiste, une société en fait où les classes dirigeantes vivraient toujours du travail des ouvriers et des paysans ?

Si les peuples savent à quoi s’en tenir, ils restent cependant sensibles à de telles illusions, tant il est vrai qu’il est difficile aux hommes restés hommes de réaliser le niveau de déshumanisation auquel conduit la culture impérialiste.

 

Car il y a une culture impérialiste.

 

Bien sûr, ses tenants l’ont baptisée occidentale, humaniste, libérale, etc…

Mais elle reste la culture qui justifie, fonde, l’impérialisme.

Les entreprises des navigateurs portugais qui se lançaient à la conquête des côtes d’Afrique ou de Christophe Colomb qui obtenait les subsides d’Isabelle de Castille, étaient estimées par leurs financiers avec une approche guère différente de celle du pétrolier texan qui décide de financer un forage d’exploration au Sahara.

L’évolution technique permet cependant quelques différences dans la géographie du traitement des hommes.

 

Il y a cinq siècles, le capitalisme naissant partait à la conquête de l’or d’Afrique et d’Amérique du Sud, exterminait les Indiens d’Amérique et organisait la déportation massive des noirs d’Afrique vers le continent américain. Aujourd’hui, le capitalisme décadent cherche toujours l’élimination des populations locales, mais ne pouvant toujours réussir l’opération Palestine, utilise bien d’autres moyens, tels que la limitation des naissances, le refoulement dans la misère et dans la famine, et toujours la liquidation culturelle.

Quant à la déportation, elle continue, vers les mines et les chantiers d’Europe.

Quelle est donc cette culture qui fonde l’impérialisme ?

 

La culture raciste, la culture qui classe les hommes, les peuples, les cultures des pays soumis à l’entreprise impérialiste comme non-hommes, non-peuples, non-cultures.

Mais de même que l’impérialisme est le mode de vie du capitalisme, la culture impérialiste est le prolongement de la culture capitaliste.

 

Le capitalisme s’est lui-même développé et se renforce par la transformation en esclaves salariés des paysans libres, des artisans de son propre pays.

 

A ceux-là aussi s’applique la culture impérialiste.

 

Le Centenaire de la Commune de Paris vient nous rappeler que la culture raciste du capitalisme est, quant au fond, une culture de classe.

Un Renan, grand philosophe de l’Occident, qui insultait du haut de sa chaire du Collège de France la culture et la philosophie arabes, découvrait en la Commune « une plaie sous la plaie, un abîme au-dessous de l’abîme ».

 

Aussi bien la conformation de la culture impérialiste à la culture de classe amène à de curieux accomodements.

 

En Afrique du Sud, les hommes d’affaires japonais sont déclarés par la loi « blancs ».

Le policier parisien qui pourchasse le « bicot » s’incline devant le féodal marocain.

Il n’y a rien de nouveau.

El Haj Thami el Glaoui était déjà la coqueluche du Tout-Paris.

 

Simplement les hommes et les femmes du monde élégant et civilisé, des milieux diplomatiques, des belles-lettres, de la haute finance internationale, ont des possibilités plus nombreuses de connaître ces frissons d’exotisme indispensables à leur décadence.

Jamais à la plus belle époque du Protectorat, il ne s’est dépensé autant d’argent dans les restaurants fins, les clubs et les boutiques élégantes de Casablanca.

Rares sont les soirées de Rabat qui ne comptent pas un cocktail diplomatique forcément brillant ou un gala, réussi bien sûr, au Rabat-Hilton.

L’Hôtel Mamounia de Marrakech connaît maintenant de dignes concurrents et c es messieurs-dames pensent aussi s’encanailler dans les Clubs Méditerranée du Sud et du Nord du Maroc.

 

Leurs « chers amis » de notre classe dirigeante ne sont pas en reste et connaissent par coeur la géographie des Champs-Elysées.

Mais n’ayez pas le mauvais goût de leur demander s’il y a des bidonvilles à Rabat.

L’accès des compradores de la grande bourgeoisie marocaine et de la nouvelle classe de féodaux à ces cercles distingués n’en a que légèrement modifié les sujets de plaisanterie.

Si nos compradores, Monsieur et Madame, se voient maintenant attribuer des certificats de bon goût et de distinction, les fautes de français du baccalauréat marocain alimentent chaque année les éclats de rire de cette société.

 

En bref, la culture de nos compradores est la culture impérialiste.

 

Il n’y a rien de nouveau en effet dans la solidarité des exploiteurs et dans leur haine et leur mépris des exploités.

 

Ce n’est pas par hasard que la philosophie grecque est considérée comme la mère de la philosophie occidentale.

 

C’était, c’est encore, la philosophie qui considère comme dégradant le travail manuel, qui place les travailleurs au rang d’esclaves, de sous-hommes.

Cette philosophie, cette culture, sont le fondement de la doctrine impérialiste en matière d’éducation.

Au-dessus, une classe capable de recevoir l’éducation.

 

Au-dessous, des sous-hommes qui n’ont que faire d’éducation, qui n’en sont pas dignes.

Par là même, cette éducation ne peut venir du travail, ni lui être liée.

D’une part, donc, pour les enfants des classes dirigeantes, des écoles où l’on enseigne une culture désincarnée, de Ronsard à Claudel, de Paris à Rabat.

 

Le mépris du travail manuel conduira vite au mépris des travailleurs. D’autre part, pour les enfants des travailleurs, l’atelier, le troupeau à garder, et la rue.

Le développement de la base industrielle du capitalisme amena celui-ci à accorder plus d’attention à la formation des ouvriers.

 

D’où l’enseignement primaire obligatoire dans les pays capitalistes, mais organisé de telle façon que les fils d’ouvriers et de paysans pouvaient, au mieux, poursuivre leurs études dans l’enseignement technique pour devenir ouvrier qualifié et agent de maîtrise.

Les lycées restaient réservés à la bourgeoisie.

 

Aux colonies, même pas question d’enseignement technique.

Les ouvriers des métropoles suffisaient.

 

Mais voilà que, depuis vingt ans, tout craque.

 

Les brèches ouvertes par les révolutions socialistes, les luttes des peuples réduits en esclavage, les luttes du prolétariat des pays capitalistes, et en premier les fils des esclaves importés d’Afrique, tout craque, y compris dans ce système scolaire si bien monté.

Alors les classes dirigeantes s’indignent: « Au temps des vieilles disciplines, les hiérarchies naturelles étaient consenties et comprises, sinon toujours aimées, et c’est ce qui les faisait douces, humaines.

 

Aujourd’hui tous les amours-propres sont en armes, les égoïsmes sur leurs ergots.

D’où l’âpreté des revendications populaires.

 

La jeunesse marocaine s’est mise à notre remorque.

 

Des écoles, des écoles ! réclame-t-on de Damas à Marrakech.

Nous en voyons aujourd’hui certains effets.

 

L’enseignement était, hier, une discipline, c’est aujourd’hui une évasion. Les instincts, que rien ne contient plus, règnent en maîtres.

 

Science n’est plus sagesse. Religion, tradition fondent à ses feux.

Le bachot fait tant de ravages.

 

Aussi quelle idée saugrenue de vouloir faire au Maroc tant de bacheliers ! »

Ces lignes, très actuelles, étaient écrites en avril 1953 dans un numéro de la revue « Ecrits de Paris », consacré au Maroc sous des signatures dont certaines n’ont guère perdu de leur poids.

 

Affolées, ces classes dirigeantes s’efforcent, par tous les moyens, de réparer les brèches.

La brèche ouverte par la poussée populaire à l’indépendance qui a fait éclater les blocages interdisant l’enseignement aux enfants du peuple, il leur faut absolument la barrer.

Aussi, penser que les problèmes actuels de l’enseignement sont dus à des difficultés techniques, à l’incompétence, au manque de moyens matériels ou d’enseignants, est tomber dans le même style d’illusions et de non compréhension de la nature anti-humaine de la culture impérialiste que celles qui menèrent aux massacres de décembre 1952 à Casablanca ou de septembre 1970 à Amman.

 

Si l’impérialisme est le mode de vie du capitalisme, l’obscurantisme en est l’un des piliers.

Il n’est pas sérieux d’espérer obtenir de l’exploitant de l’édifice qu’il remplace ses piliers de béton par des colonnes de fleurs.

 

Telle est pourtant la démarche de notre bourgeoisie nationale.

Il faut dire qu’elle est dans une triste situation.

 

Ne sachant « que profiter d’un développement inégalitaire fait sous la direction de l’impérialisme », mais rêvant tel Icare de prendre un impossible envol, n’ayant connu quelque autorité que comme avocat des masses populaires, elle en est réduite à mendier des amendements.

 

Lorsque la lutte des masses a obligé l’impérialisme à reculer, celui-ci a su habilement négocier à Aix-les-Bains avec la bourgeoisie nationale l’enrobage des piliers de béton de l’édifice colonial par les fleurs artificielles du néo-colonialisme.

Mais même la gestion de l’édifice lui échappe.

 

Aujourd’hui où de plus en plus le peuple s’en prend à l’édifice même, que voulez-vous qu’obtienne la bourgeoisie nationale : quelques tiges fanées l’an dernier à Ifrane qui se transformèrent rapidement en verger.

 

Il est vrai que dans le domaine de l’enseignement, les contradictions de la bourgeoisie nationale sont particulièrement aiguës.

 

Ses porte-parole traditionnels sont les intellectuels petits-bourgeois qui fondent toute leur supériorité sur le savoir acquis à l’université bourgeoise, qui l’entretiennent soigneusement grâce au système d’auto-congratulation de l’Internationale des mandarins.

Les voilà mis en cause dans les fondements mêmes de ce savoir et de ce système !

Et par des adolescents, fils d’ouvriers et de paysans illettrés ! Ceci explique que, à Ifrane comme dans bien des Conseils d’enseignants, la plupart des Professeurs d’Université, par ailleurs se présentant comme militants progressistes, soient incapables d’admettre ce qui est une remise en cause de l’essence même de leur soi-disant supériorité.

 

Ce n’est pas le seul manque de courage qui a fait au Colloque d’Ifrane se disqualifier le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur.

Mais que les politiciens bourgeois et leurs mandarins ne s’étonnent pas de ne recevoir, en récompense, que mépris et rebuffades du pouvoir même avec lequel ils ont pensé, sur le dos des lycéens et du peuple, trouver un terrain de conciliation.

 

A l’intention d’une catégorie similaire de politiciens bourgeois de la Russie tsariste de 1905, Lénine écrivait : « Vous avez mérité ce mépris, car vous ne combattez pas aux côtés du peuple ; vous ne cherchez qu’à utiliser le peuple révolutionnaire pour vous faufiler au pouvoir ».

 

Le seul des dirigeants politiques de l’indépendance issu des intellectuels petits-bourgeois qui sut remettre en cause sa classe écrivait à l’intention de celle-ci : « Il est évident que lorsqu’on se cantonne dans la pure tactique, sans aucune ouverture stratégique, ou bien on se fait voler sa propre politique, ou bien on apparaît sous un jour opportuniste ».

Mais si nos politiciens bourgeois se révèlent décidément incapables de tirer les leçons, de dégager une stratégie, le peuple, et avec lui l’ensemble des militants décidés à en finir avec l’obscurantisme et le néo-colonialisme, d’année en année, accentue l’ébranlement de l’édifice.

 

 
 
 
 
 
 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Devoir de mémoire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Les marxistes ne sont pas très nombreux alors rendons leur hommage !!<br /> <br /> <br />
P
<br /> hommage à notre camarade, un "gens de biens"<br /> <br /> <br />