Mexique : Les huicholes ou Wixárica

Publié le 20 Avril 2013

LES HUICHOLES

 

 

 

 

jalisco-nayarit.png

image

 

 

 

 

 

huichol2b.jpg

 

Ces indiens qui descendent directement des Aztèques vivaient à l'origine sur le haut plateau désertique de San Luis Potosi qu'ils ont été obligés de quitter vers l'an 1200 pour trouver refuge dans la sierra madre. Ils se dénomment WIXARICA qui signifie dans leur langue uto-aztèque " les "gens".
ils vivent actuellement dans la Sierra madre septentrionale de Jalisco et dans la Sierra madre occidentale de Nayarit. Ils sont environ 19.000 répartis dans 3 communautés  sur une superficie d'environ 4200 m2 :

Santa Catarina, San Andrès et San Sebastian




huichol0.jpg
image



Ils vivent en harmonie au sein de ces communautés qui pourraient servir de modèles à notre civilisation moderne. Leur vie communautaire est issue d'une profonde spiritualité reflétée dans leurs habits colorés, leurs différentes formes d'art, les pratiques chamaniques ancestrales et les cérémonies mystiques.
Ils se sont adaptés à un environnement hostile et établi un mode de vie avec un système de valeurs, des relations avec la nature qui ont permis aux Huichols de maintenir leur culture traditionnelle. L'isolement dû au territoire inhospitalier qu'ils habitent  a contribué à maintenir ses traditions vivantes.


huichol1.jpg
image



RITE

Cette partie concernant les rites religieux de cette tribu est écrite en parfaite neutralité et respect par une libre penseuse athée.


Les indiens Huichols se considèrent comme "le miroir des dieux" et tentent de refléter cette vision sacrée du monde par le recueillement et des actions de haute discipline représentée par des divinités comme le feu qui est le père du soleil et de l'aigle WIRRARIKA.
Les techniques chamaniques fonctionnent depuis des siècles donnant à l'homme médecine la connaissance nécessaire pour maintenir le fragile équilibre entre santé et maladie, abondance, pénurie, vie et mort.
La religion guide la vie des Huichols, elle est organisée autour d'une trilogie sacrée :

cerf (VENADO)
maïs ( TATE)
peyotl (HIKULI en langue sacrée)

qui signifie :

chasse ( nourriture de l'homme sédentaire), agriculture ( culture de l'homme sédentaire), cueillette ( nourriture de l'esprit utilisée à des fins curatives ou rituelles)

Ces 3 éléments déterminent leur cycle de vie annuel célébré autour de cérémonies en juillet, août, septembre et octobre.




309684.jpg
image


Le peyotl


250px-Lophophora_williamsii_ies.jpg

image Frank Vincentz​


Ce cactus qui ne possède pas d'épines fait partie du rituel chamanique qui permet d'entrer en contact avec les esprits. La sommité des fleurs du cactus renferme les alcaloïdes dont la mescaline qui possède des effets hallucinogènes permettant le "passage" dans le monde des ancêtres. Les lieux de culte sont tenus secrets et ils parcourent quelquefois 500 km pour se rendre sur les lieux de récolte. Le peyotl pris à petite dose donne de l'énergie, ôte la soif et la faim et diminue l'énergie sexuelle. A plus fortes doses, il ouvre les portes de la conscience.
Toute la famille consomme le peyotl, même les enfants.

Le cerf

C'est un animal sacré pour les indiens Huichols, ils disent que ce dernier voit à 180 ° et très loin, il est le symbole d'une nourriture toujours abondante car il se sacrifie pour les hommes.

Autres caractéristiques rituelles:

- l'indien a une conscience très développée de l'univers qui l'entoure: lorsque l'enfant est en âge de marcher, les parents l'emmène dans la montagne en lui bandant les yeux. Il marche ainsi sans rien voir ce qui lui permettra de développer sa conscience afin qu'elle devienne accrue. Ils peuvent se déplacer dans la nuit en étant attentif comme l'animal.
- Ils parlent avec les éléments avec lesquels ils sont en connexion permanente
- le feu (TATEWARI) est très important pour prendre une décision, faire des offrandes, des cérémonies, on lui parle, on le respecte, on le remercie
- Ils représentent en permanence ce qu'ils croient, ce qu'ils vivent, ce qu'ils demandent aux dieux
- les élans et les loups parlent aux hommes
- les pumas sont les messagers des dieux
- les flèches transportent des prières
- les serpents amènent la pluie et transmettent les connaissances

Une culture artistique très riche et colorée

Les Huichols sont dépourvus de culture écrite. C'est leur art qui transcrit leurs connaissances spirituelles, à travers lui, ils expriment leurs sentiments religieux, leurs croyances acquises au travers des rites et cérémonies.


jaguar-huichol.jpg
image

 

Peintures sacrées

Elles sont le reflet de la culture huichole à travers les traditions chamaniques. Comme les icônes, ce sont de véritables témoignages historiques. Cette peinture à débuté il y a environ une trentaine d'année au sein de communautés parties s'intaller en ville et elle a atteint sa maturité actuellement.
Le support appelé le NIERIKA est une offrande magique et sacrée. C'est une petite tablette ronde ou carrée percée en son milieu. Elle est enduite sur les 2 faces d'un mélange de cire d'abeille et de résine de pin sur laquelle sont collés des fils colorés. On les trouve dans les lieux sacrés ( temples, fontaines).
Les NIERIKAS représentent un visage, celui du soleil, de la terre, d'un élan, du vent, du peyotl. Ils facilitent l'accès au monde spirituel, l'orifice central est souvent assorti d'un petit miroir considéré comme un oeil magique par lequel l'homme et les dieux peuvent se voir.

 


t1.jpg

image

 

 

t7.jpg                         
image


Les BOLES PERLES ( RAKURE)



branly16_430.jpg



Le travail des perles trouve son origine avant la conquête espagnole. Les indiens utilisaient alors l'argile, les os du corail, du jade, de la pyrite, des coquillages, de la turquoise et des graines à la place des billes de verre actuelles. Les colorants provenaient d'insectes ou de teintures végétales. Les billes permettent de représenter des visages au fond des bols utilisés comme offrandes aux dieux. Les Huichols considèrent que lorsque l'on boit dans ces bols, les dieux boivent en même temps la requête du croyant et assimilent mieux la prière. La couleur est en fonction du dieu sollicité : le bleu signifie RARAWIYEME ( rapa, l'arbre de la pluie), le rouge indique WIRIKUTA ( lieu d'apparition du peyotl), le noir, l'océan pacifique, lieu du grand serpent de la pluie.
Avec les billes synthétiques plus fines et diverses, le travail est de plus en plus fin et recherché.


huichol3.jpg
image


D'autres objets sont réalisés également tels que bracelets, sacs, ceintures, bijoux  qui reprennent les motifs similaires aux peintures sacrées.

Cet article est évolutif, si vous souhaitez y apporter des compléments, n'hésitez pas à m'écrire un commentaire sur le blog.

caroleone



huichol foundation

 

 

Mise à jour du 16/06/2011

 

Voici un site très riche ( en espagnol) sur les Huichols : http://webpages.ull.es/users/fradive/practica/huich/p4a.html

 

 

 

  Mise à jour du 17/04/2012

 

Des articles intéressants et riches pour compléter cette page :

 

Que reste t-il des huichols ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #indigènes et indiens, #ABYA YALA, #Mexique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :