Mexique : Le peuple Guarijio

Publié le 28 Décembre 2012

LES GUAJIRIO

 

sonora.jpg

 

300px-Chihuahua_Etnias_Autoctonas.png

 

Peuple autochtone de l'état du Sonora au Mexique

Leur autre nom : Makurawe

Groupe ethnique ciutlatec, nahuatl du groupe linguistique uto-nahua et de la famille Pima -cora.

Ce groupe diffère des autres groupes de l’état de Sonora par la langue.

Ils sont répartis sur les communes de Chinipas et Uruachi dans la Sierra Madre occidentale

Langue : guajirio, de la famille des langues uto-aztèques

guairijio4.jpg

guajirio2.jpg

Population : environ 2000 personnes

Langues : guarijio, espagnol

Ils possèdent des caractéristiques communes avec les Tarahumaras en ce qui concerne les traditions et le mode de vie.

Voir les tarahumaras sur cocomagnanville  ICI

 

guarijios6-copie-1.jpg

Histoire

Il y a peu de vestiges archéologiques localisé dans la région, à part quelques peintures rupestres.

Le premier contact avec la civilisation se fait comme pour toutes les autres tribus avec l’arrivée des missionnaires jésuites espagnols en 1620 qui évangélisent à tout va.

En 1632, les Guarijios se soulèvent contre la présence espagnole et le travail des missionnaires. Ce soulèvement est fortement réprimé par les autorités de la nouvelle Espagne et les Guarijios sont déplacés dans l’état de Chihuahua. Certains ont depuis retrouvé leurs terres d’origine.

Mode de vie

Culture du maïs sur les pentes des collines, haricots, courge, riz, sésame, millet, laitue, tabac à priser.

Leur maison, est rectangulaire en pisé comportant une seule pièce aux murs enduits de boue, au sol en plancher. Une réserve isolée sert de garde-manger pour mettre de côté les aliments loin des animaux.

Les groupes sont constitués de 2 ou 3 maisons près des ruisseaux ou des puits.

guarijio5.jpg

guarijio7.jpg

Artisanat

Il est fait à base de palmier, branches, fibres et constituent des paniers, des nattes, des chapeaux, de la litière de couchage ( angari).

Religion

Il s’agit d’une cosmogonie composée de série de mythes et croyances liées à la tradition Tarahumara. Leur vison du monde s’exprime de tradition orale au travers les histoires, les légendes.

Leur religion est issue d’un syncrétisme liant le christianisme aux traditions.

Fête : la Tuburada

Quelques évènements :

1973 : un groupe de guérilleros de la ligue communiste septembre 23 entre dans la zone Guarijio, l’armée fédérale la décime.

1974 : des Guarijios licenciés par leurs employeurs vont travailler dans la vallée, d’autres sont emprisonnés et subissent des tortures dans les prisons de Los Alamos en Navojoa.

1976 : création de l’ejido ( terres communes) Guajaray situé en zone Guarijio pour la reconnaissance de leurs terres ancestrales

1977/1982 : formalité en vue pour la création des droits de reconnaissance des terres.

guarijios_mr.jpg

guarijios.jpg

Caroleone

Article détaché de l'article original sur les 6 ethnies de Sonora  ICI

Les territoires des guajirio sont menacés par la réalisation d'un barrage sur le cours de la rivère Mayo :

Mexique /Sonora : Les guajirio et le barrage de Los Pilares ICI

Sources : rêve mexicain, wikipédia

GUARIJIOS

 

Traduction carolita de l'article de l'INPI

 

Autodénomination et tronc linguistique

Ils s'autodésignent guarijíos (macurawe) dans le Sonora, et guarijós (warihó) à Chihuahua. Leur langue appartient à la famille des langues uto-aztèques. Deux variantes de cette langue sont reconnues comme représentant un lien entre le Tarahumara et le Mayo.
Guarijío ou guarijó signifie "personnes" ou "les personnes qui parlent le guarijía".

Langue

Le groupe linguistique des Guarijío appartient à la famille des langues Uto-Aztèques ; sur le plan génétique, le Guarijío est très proche du Tarahumara. Le guarijío est parlé dans les Etats de Chihuahua et Sonora. Lors du dernier recensement, effectué par l'INEGI, en 2010, 2 201 locuteurs ont été enregistrés, répartis en deux variantes :

  • guarijío du nord/ warihó
  • garijío du sud/ makurawe

Il est important de mentionner que les deux variantes sont classées comme des variantes à risque moyen.

Localisation et zone écologique

Ils habitent une région accidentée au pied de la Sierra Madre Occidentale, aux frontières des États de Chihuahua et de Sonora. On estime que le territoire où vivent les guarijíos est le même que celui qu'ils occupaient à l'arrivée des espagnols ; il comprend les municipalités d'Alamos, Quiriego et Rosario dans l'État de Sonora, et Uruachi, Chínipas et Moris à Chihuahua.
Le terrain est accidenté et comporte peu de plaines ; les sols sont pour la plupart de faible qualité pour les travaux agricoles, à l'exception des terres situées sur les rives des rivières. Le climat varie de semi-sec à semi-humide et de chaud à semi-chaud, avec des températures allant de 12 à 44 °C. La végétation des parties basses, des pentes et des coteaux du territoire correspond à une forêt basse de feuillus, composée d'arbres et d'arbustes tels que palo dulce, guamúchil, palo chino, palo colorado, amapa, tempisque, tepehual, cazahuate, colorín, pochote et guayacán, entre autres, avec l'intersection de petites zones avec des mezquites, palo fierro, palo verde et papaches. Dans les parties supérieures, la végétation correspond à des forêts de pins et de chênes qui sont mélangées à d'autres éléments floristiques, comme le frêne, l'ocotillo et le peuplier.

Histoire

Ils sont les descendants des bandes qui sont venues du sud-ouest de ce qui est aujourd'hui les États-Unis et se sont installées au nord-ouest du Mexique dans la région connue sous le nom de Baja Tarahumara, dans l'actuel État de Chihuahua, où elles vivaient de la chasse et de la cueillette.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles, avec l'arrivée des colonisateurs espagnols, la vie traditionnelle des guarijíos a connu plusieurs changements qui ont conduit à des rébellions comme celles de 1616 et 1632, que les colonisateurs mêmes ont réprimées en imposant les missions pueblo et en se convertissant au christianisme. C'est alors que le groupe se divise en deux noyaux : les guarijíos de Chihuahua, influencés par les Tarahumara, et ceux de Sonora, influencés par les Mayos.

Organisation sociale

Leur organisation est basée sur la ranchería, formée par une famille élargie. Les différents membres de chaque noyau familial partagent les tâches quotidiennes entre eux dans le but de se procurer de la nourriture et de construire ou d'entretenir un logement. Il n'y a pas de règle stricte à ce sujet, mais il est plus courant que les jeunes couples mariés y vivent à leur convenance, en tenant compte de leurs besoins en matière de travail, de la disponibilité de terrains pour planter ou construire la maison et de l'accès aux sources d'eau.
Dans le noyau familial, le rôle des aînés est de s'occuper des petits-enfants, d'aider aux travaux de la maison et de transmettre les connaissances qu'ils ont sur les mythes, les histoires et les coutumes du groupe, ainsi que sur la médecine traditionnelle.
Pour le peuple guarijío de Chihuahua, le compadrazgo est une institution qui permet de renforcer les relations sociales. Le korima, un système de réciprocité et d'échange, est reproduit dans chaque groupe social local.

Autorités

La plus haute autorité politique des Guarijío est le Conseil suprême Guarijío, qui, poussé par les politiques fédérales indigènes il y a environ 50 ans, a parmi ses fonctions de nommer les gouverneurs du peuple et les secrétaires généraux des localités. Les décisions politiques les plus importantes sont prises lors des sessions du Conseil. Ses membres sont des intermédiaires entre les communautés et les gouvernements des États, tandis que les gouverneurs représentent les communautés devant le Conseil. Parmi les autres fonctions figurent l'administration des ressources monétaires destinées à la production et la réglementation des relations entre les ejidatarios et les comuneros, ou entre ceux-ci et les institutions gouvernementales.

Religion et cosmovision

Leur cosmovision est constituée d'un ensemble de mythes et de légendes, et à différentes époques, ils organisent des cérémonies.
Leur mythologie aborde des thèmes sur leur origine, la nature, la terre, l'eau, Dieu, la Vierge et la Croix. Ainsi, différentes histoires sont enregistrées, telles que la création des guarijíos à partir de la boue, l'existence du diable en tant que frère aîné de Dieu, les yoris (hommes blancs) en tant qu'enfants du diable, l'existence d'un serpent géant qui vit dans la rivière Mayo, capable de mener les gens à la mort, et des vipères invisibles appelées paisori, protectrices des eaux et des ruisseaux. Certains de ces récits ont pour fonction de réguler les comportements vis-à-vis du milieu naturel, de guider le déroulement de certaines cérémonies ou d'expliquer l'ordre des choses.

Activités productives

L'agriculture est l'activité la plus importante pour les guarijíos, malgré le fait que leurs terres soient de mauvaise qualité parce qu'elles se trouvent sur les pentes des collines et qu'elles dépendent des précipitations. Pour cette raison, la technique de plantation qu'ils utilisent est la culture sur brûlis. La production agricole est principalement destinée à l'autoconsommation. Certains plantent des oignons, de l'ail, des tomates et récemment du sésame, du riz et du millet à des fins commerciales. Leur alimentation est complétée par des produits issus de la chasse, de la pêche et de la récolte.
Certains s'adonnent également à l'élevage, qui comprend l'élevage de bovins, de chèvres, de porcs et de poulets.
Certaines personnes migrent pour travailler comme cow-boys ou ouvriers dans les ranchs et les scieries de la région. L'artisanat est un autre moyen de compléter leurs revenus.
Peu d'hommes et de femmes de ce peuple indigène ont réussi à faire des études supérieures, car leur niveau de scolarité est encore très bas.

Fêtes

Dans les cours familiales ou communautaires, ils pratiquent deux types de cérémonies, la tuburada et la cava-pisca. La première est principalement une cérémonie d'appréciation à l'occasion de la naissance d'un membre du groupe, tandis que la seconde a lieu chaque année dans la communauté, entre les mois d'octobre et de novembre, à la fin de la récolte du maïs.
Les deux fêtes sont dirigées par un chanteur ou un chef de prière, appelé maynate, qui s'assoit devant la Santa Cruz, tandis que d'autres hommes dansent "la pascola" et des femmes "la tuburada". Dans la "cava-pisca", les danses et les sons de la pascola sont exécutés avec le violon et la harpe, tandis que dans la "tuburada", les danseuses sont des femmes accompagnées de chanteurs de tuguri et de musique de hochet. Une autre des différences est que la cérémonie de la cava-pisca est surtout liée à l'action de grâces de la récolte et qu'elle commence et se termine par une procession où les saints sont portés.
Les autres cérémonies habituelles sont la Semaine Sainte, la fête de la Sainte-Croix, le 3 mai, ainsi que les festivités offertes à San Isidro Labrador et San Juan.

Gastronomie

Leur régime alimentaire comprend des tortillas de maïs, des haricots, du café, ainsi que des fruits tels que la pitahaya, le guamúchil (pithecellobium dulce) et la papaye. Dans les communautés proches de la rivière Mayo ou du ruisseau Guajaray, ils consomment généralement du poisson.
Pendant les festivités, ils mangent du pozole, de la viande de cerf, des tamales, ainsi que du tesgüino, une boisson préparée à partir de maïs fermenté, du tepache et du mezcal, connu localement sous le nom de batari, qui est un mezcal d'agave.

Vêtements traditionnels

La tenue traditionnelle des hommes consistait en une zapeta (pagne) de drap et, au lieu de chemises, ils utilisaient un tissu de la toile obtenue à partir des sacs de farine de blé. Les vêtements des femmes consistaient en une jupe sans chemisier, et elles marchaient presque toujours pieds nus. Cependant, ces vêtements sont tombés en désuétude. Les femmes et les hommes complétaient leurs vêtements avec un chapeau de palmier, qui est encore aujourd'hui un symbole d'identité.

Activité artisanale

Ils font de l'artisanat avec des matériaux de leur environnement, tels que le palmier, l'argile, les branches et les fibres, avec lesquels ils fabriquent des paniers, des petates (nattes), des chapeaux, des angarias ou des angarillas (paniers faits de trois anneaux de branches tressées et d'un filet en fibres naturelles, qui servent à porter des objets sur le dos).
À San Bernardo, Sonora, ils fabriquent des masques de pascola et quelques personnages liés à la fête de la pêche au cava ; ils fabriquent également des oiseaux et autres animaux sauvages avec des combinaisons de couleurs, sculptés en bois de tortue. Ils fabriquent des instruments à cordes comme les harpes, les violons et les guitares, entre autres. La production artisanale est orientée vers la famille et incombe aux femmes. Ces objets sont destinés à un usage domestique ou à la vente dans les magasins de la région.
De même, avec la vache, la chèvre ou le porc, on fabrique des tehuas (chaussures), des chaparreras et des sacs, ainsi que des selles et des caronas (sorte de couverture épaisse remplie de fibre de sotol utilisée sous la selle) pour les chevaux ou les mules.

ART

 

Musique ou danse

Des sones natifs sont joués accompagnés de danses comme la tugurada et la pascola, et des représentations théâtrales typiques de ce peuple sont mises en scène, parmi lesquelles le coyote est poursuivi par un chasseur pour le tuer et ainsi l'empêcher d'endommager ses cultures.

Médecine traditionnelle

La peur est la cause principale des maladies, car lorsque la personne est effrayée, son âme se détache de son corps et c'est le moment où les vipères ou les paisori peuvent entrer pour provoquer des troubles chez la personne. Pour son traitement, il existe des médecins traditionnels, parmi lesquels des herboristes, des sobadores et des sages-femmes, principalement.

PHOTOGRAPHIES

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Peuples originaires, #Guarijio

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

C'est marrant, tes articles sur les populations de Sonora, les problèmes de barrages aussi, illustrent et complètent la littérature que j'affectionne, Jim Harrisson notamment. Double intéret pour
moi, vraiment intéressant


Merci pour tout ce boulot avec les cartes en plus qui permettent de bien situer les problèmes.


Bises
C


 


 


Bonsoir Almanitoo,


 


C'est bien que tu trouves à faire le parallèle et si Harrison décrit les peuples et les régions dans ses écrits c'est encore mieux.


En attendant, moi je suis toujours contente quand je vois un peu d'intérêt pour ces peuples, surtout ceux du Mexique qui sont si mal référencés. Et je vais, une fois n'est pas coutume, vous
donner le palmarès des peuples les plus vus de l'année sur ce blog......ce ne sont pas ceux-là comme tu t'en doutes et comme j'aimerais que tous les peuples du Mexique en 2013 fassent un bon en
avant dans le référencement sur la toile ( c'est un voeu tiens )


Les cartes en effet sont les premières images que je mets à chaque article depuis le début, c'est important de savoir dans quelle région on voyage avant de lire un article , et tu sais que
parfois je mets beaucoup de temps pour trouver la carte qui me convient ( d'ailleurs bien souvent, je ne la trouve pas, il faudrait que le sache les modifier mais c'est pas encore un truc que je
maitrise)


Bises et bonne soirée


 


caro