Maxime Gremetz : le dernier et le seul député de la classe ouvrière à l'assemblée nationale

Publié le 2 Mai 2011

Le geste de Gremetz + couloir par postprod2007

 

 

Altercation avec M. Seguin : Maxime Gremetz relaxé

Par Gontran GIRAUDEAU

Le député de la Somme était poursuivi pour violence sur Gilles Seguin. Il a été relaxé vendredi au bénéfice du doute.

L'ex-conseiller régional Gilles Seguin (PS) avait porté plainte contre M. Gremetz, également membre du conseil régional, en l'accusant de l'avoir "violemment jeté à terre" lors d'une séance du conseil régional, le 28 avril 2008 à Amiens.

 

M. Seguin, qui souffre d'insuffisance respiratoire, avait perdu l'équilibre et était tombé à terre sur le dos.

Sur une vidéo prise par le collaborateur d'un élu, on peut voir M. Gremetz donner un coup de coude en direction de M. Seguin, mais il est impossible de dire si ce geste visait délibérément à faire chuter l'élu socialiste.

 

"Je n'ai exercé aucune violence", s'est défendu le député devant le tribunal, en reconnaissant avoir eu un échange verbal assez agressif avec M. Seguin et d'autres élus avant l'incident.

 

Selon plusieurs élus témoins, il est "évident que le coup a provoqué la chute". "Je n'ai pas vu partir le coup et je me suis retrouvé par terre", a déclaré lors de l'audience M. Seguin, selon lequel "Maxime Gremetz est toujours dans la gesticulation et la provocation". Et s'il ne peut dire que M. Gremetz ait eu "l'intention de (le) faire tomber", il n'y a en revanche pour lui aucun doute, sa chute est "absolument" due au coup reçu.

 

"Il y a une cause à la chute de M. Seguin, cette cause c'est M. Gremetz", a fait valoir l'avocat du plaignant, Me Bertrand Savreux, pour lequel "il y a des limites à ne pas franchir, en particulier quand on a des responsabilités politiques".

 

"Je parle avec les mains, sans doute l'ai-je touché avec les mains, mais un coup de coude, non c'est impossible, je ne l'ai pas volontairement agressé", a déclaré M. Gremetz. "Maxime Gremetz n'a jamais été poursuivi dans le cadre de violences volontaires, ne l'installons pas dans le rôle d'agresseur", a plaidé son avocat, Me Patrick Maisonneuve, en insistant sur "le doute" quant à la réalité des coups.

 

Le parquet avait requis une peine de un à deux mois d'emprisonnement avec sursis et une amende de principe.

 

En mai 2010, le président PS du conseil régional de Picardie avait été condamné pour diffamation pour avoir brocardé, dans la presse, le comportement de M. Gremetz lors de l'incident.

 

M. Gremetz, 70 ans, coutumier des coups de sang, a récemment été exclu du groupe communiste et exclu temporairement de l'Assemblée nationale après un esclandre dans l'enceinte du Palais-Bourbon.

 

Mais le bouillant député a saisi la justice contre cette sanction exceptionnelle au Parlement. L'audience est prévue le 6 juillet.

Source picardie.france3.fr

 

 

 
  
  
  
  
 
 
 
 
 
 

Rédigé par caroleone

Publié dans #PolitiqueS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Mon cher papy, tu prêches une convaincue, mes camarades cocos, surtout de la tendance à Maxime qui est la mienne, je ne les oublie pas et je suis très contente contrairement à d'autres de vos
soutiens qui me redonnent "foi" en l'avenir.


Bises communistes de Caroleone



P

Well Done Caroleone !

Maxime a besoin d'un MAXIMum de soutien car il est le seul à représenter le peuple "d'en bas" parmi tous ces dépités.

Bisous,
Le Papy