Lozen et Dahteste, guerrières apaches

Publié le 29 Octobre 2012

 

Des femmes apaches se sont distinguées auprès des guerriers dans le combat mené contre l'occupant.

Elles ont gagné leurs lettres de noblesse et restent à jamais dans la mémoire apache.

Quelques petites données succinctes sur deux d'entre elles, les plus connues.

 

 

LOZEN

 

 

origine_lozen4.jpg

 

 

 

 

(1840 – environ1887)


Elle est la sœur de Victorio, le chef de guerre apache chihenne-chiricahua.

Femme guerrière expérimentée ainsi que chamane elle accompagna de prestigieux guerriers apaches tels Victorio, Géronimo, Manga Colorados, Cochise et Nana dans leurs nombreux raids. Elle est le bras droit de Victorio qui disait d’elle :


Lozen est ma main droite… forte comme un homme, plus brave que la plupart d’entre eux, un vrai stratège et une protection pour notre peuple »

 

Selon la légende, elle pouvait utiliser ses pouvoirs (diya) durant la bataille pour connaître le mouvement des ennemis. Elle a combattu dans de nombreuse campagnes contre les mexicains et les américains.

 

20056935145_Lozen_3.jpg

 

 

 

 

Lozen est vénérée même de nos jours par les apaches, son courage extraordinaire, son endurance et son habileté étaient uniques. Elle possédait la force d’un homme et elle se faisait bouclier pour défendre son peuple.

C’était la seule femme non mariée qui avait le droit de combattre auprès des guerriers grâce à ses dons de voyance.

En 1877 lors de la fuite de la réserve de San Carlos avec Victorio et ses hommes, elle se distingue par sa sagesse et son influence lors du passage du Rio Grande en crue pour convaincre les femmes et les enfants apeurés de les suivre.

Puis elle quitte le groupe pour accompagner dans un long périple une maman qui vient d’accoucher de son bébé afin qu’elle trouve refuge dans la réserve des apaches mesacaleros.

Elle fera tout son possible au mépris de sa vie pour mener à bon terme cette maman et son petit.

Pendant ce temps, Victorio et les siens avaient été piégés par les forces mexicaines alliées aux indiens tarahumaras et après avoir livré bataille, Victorio se tua avec son propre couteau préférant cette mort qu’à celle donnée par un mexicain.

Lozen rejoint ensuite le groupe de survivants mené par le patriarche Nana âgé de 74 ans et pendant deux mois ils mèneront des raids de représailles. Elle combat également aux cotés de Géronimo marquant ses heures de gloire, illuminant de sa prestance les guerriers.

Elle est faite prisonnière au Mont Vernon après la reddition de Géronimo et meurt de tuberculose en 1887.


 

 

DAHTESTE

 

 

 

dah2.jpg

 

C’était aussi une guerrière apache chiricahua née vers 1860.

Elle chevauche pendant son enfance avec sa famille aux côtés de Cochise et en conservera des souvenirs sa vie durant.

Elle combat aux côtés de Géronimo et jouera un rôle clé dans les négociations qui auront lieu avec la cavalerie yankee pour la reddition de ce dernier et ses hommes.

Après huit ans passés dans une prison de Floride, elle est envoyée dans une prison militaire à Fort Sill en Oklahoma et elle y restera 19 ans.

A sa libération elle part vivre dans une réserve avec les apaches mescaleros et mourra à un âge avancé.

Comme Lozen son amie elle était une guerrière à laquelle on l’a comparait et pour laquelle la seule différence était le fait que Dahteste était mariée avec Ahnandia, un guerrier de Géronimo dont elle avait des enfants. Lozen est restée célibataire et n’a pas eu d’enfants.

 

 

dahteste-e1333818059629.jpg

 

 

 

 

 

 

200751672318_1geronimogp2.jpg

 

Set-ott 1886: Dahteste e Ahnandia a Fort Sam Houston








 

  Les apaches sur cocomagnanville

 

 

Caroleone

 

 

 

 

 

Source : wikipédia

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #indigènes et indiens, #Des femmes pas comme les autres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

Bravo pour cet article passionant. J'ai lu pas mal de bouquins sur l'ethnologie, et je n'ai effectivement trouvé de mentions de femmes guerrières que chez les Apaches.


Géronimo n'en parle pas dans ses Mémoires. Par contre l'historienne Angie Debo les mentionne.
C


Bonjour,


 


Ces guerrières se sont trouvées sur mon chemin pendant que je cherchais des sources sur Géronimo et Cochise, alors j'ai sauté dessus car évidemment ces femmes ont suscité mon intérêt et c'est
vrai que je ne me souviens pas avoir vu d'autres femmes guerrières dans les autres peuples amérindiens du nord que j'ai étudié.


Il y a des guerrières dans les peuples d'Amérique latine, je pense à Bartolina Sisa en Bolivie et à une héroïne de l'indépendance en Colombie qui se
nomme Policarpa Salavarietta ICI .


 


Ce sont des femmes d'exception que j'aime.


 


Merci de votre visite, amitiés


 


caroleone



L

magnifique article ! Merci Caro
C


Tout le plaisir est pour moi les cafards.


 


Amitiés


 


caroleone



A

Ouf...dis moi, d'après la première photo, il ne devait pas faire bon rencontrer Lozen, au coin d'un bois. Quelle expression farouche et déterminée!


Mais c'est ce que tu disais sur l'article précédent, quand ils ne mouraient pas sous les tirs de l'ennemi, c'étaient leurs microbes qui venaient à bout de ces populations.
C


Je crois que les guerriers apaches ont été les plus déterminés et les plus durs à battre par les yankees et les mexicains. Et pourtant ils étaient aidés par des scouts apaches et des indigènes
d'autres tribus du Mexique.


Ils les ont vaincu quand même mais je pense en effet qu'il ne devait pas faire bon se retrouver face à ses femmes guerrières surtout Lozen car elle cumulait les forces d'un homme, leur dextérité
et les pouvoirs de chamane. Datheste elle , c'était une petite bonne femme féminine, il y a des écrits qui ne font que comparer les deux par rapport à leur féminité disant que Lozen n'en avait
que faire de cette dernière et qu'on l'a prenait pour un homme. J'ai occulté cette partie dans mon texte car cela ne sert qu'à nourrir encore les tendances actuelles qui rendent celèbres les
améridiens du nord sur la toile ( et ça m'énerve).


Bises


 


caro