Les salariés de Madrange sont en colère !

Publié le 28 Avril 2011

 

 

 

 

 

 

humanite2010_logo.gifDepuis plusieurs mois, les salariés de Madrange vivent avec la menace permanente de voir disparaître leurs entreprises et leurs emplois.
En effet, la gestion calamiteuse par la famille Madrangeas du groupe qui a abandonné la marque nationale Madrange au profit des MDD, privilégié la quantité au détriment de la qualité, et n’a quasi plus investi dans l’outil de production, menace aujourd’hui l’avenir de l’entreprise.
Les préconisations que la CGT a suggérées depuis des années ont été ignorées. Ainsi, la famille Madrangeas avec la grande distribution ont méthodiquement dépecé l’un des plus beaux fleurons de l’industrie charcutière et agroalimentaire française. Les salariés n’oublient pas que grâce à leur savoir-faire, l’entreprise était l’une des plus performantes d’Europe dans le milieu des années 1980.
C’est la soif de profits immédiats qui a conduit à une stratégie entièrement tournée vers les volumes. La grande distribution qui a imposé ses choix stratégiques et le patron qui les a acceptés, portent la lourde responsabilité. L’entreprise est endettée, a perdu des marchés et a été déférencée par plusieurs enseignes, pourtant elles aussi responsables de la situation.
Le Ministre de l’Agriculture que nous avons alerté depuis des mois laisse la situation s’enliser. En effet, le syndicat CGT Madrange, les structures locales et nationales de la CGT ont depuis longtemps saisi les pouvoirs publics locaux et le ministère de l’Agriculture. La presse a fait état d’une cession avortée. L’employeur et le ministère portent l’entière responsabilité de ce fiasco. L’exigence de Madrange d’une cession de l’activité sans vente des murs et des terrains était d’avance vouée à l’échec.
La famille Mandrangeas se comporte comme des seigneurs d’un autre temps. En exigeant une rente foncière et immobilière, elle met gravement en péril le potentiel agro-industriel de toute une région. Les effets induits seront graves en amont et en aval de la filière ainsi que dans d’autres régions où Madrange a des sociétés filiales. Les effets en cascade auront des conséquences sur au moins 5 000 emplois.
La CGT, dont une délégation a été reçue au ministère, ne se contentera pas des belles paroles du ministère et va continuer à mener la lutte pour la défense de l’emploi et la sauvegarde de notre industrie agroalimentaire et agricole.
L’Etat doit prendre ses responsabilités pour que Madrange vive. Il doit, s’il le faut, prendre une participation dans l’entreprise. Il doit imposer, en tant que créancier de Madrange, que l’entreprise puisse se développer sans la famille Madrangeas puisque celle-ci ne veut plus investir dans la modernisation de l’outil industriel qui est pourtant la seule solution aux problèmes actuels.

 

Communiqué de la FNAF-CGT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Travailleurs en lutte

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article