Les musiques de Caroleone : Gato Barbieri

Publié le 29 Avril 2011

 

 

Suite à une suggestion de Dany, ça y est, je vais vous livrer mes sources musicales: et quelles sources, elles sont très pures émanant d'une fine oreille et surtout très hétérogènes comme vous avez certainement dû vous en rendre compte avec l'écoute de certains morceaux sur ce blog !!

Alors, comme la culture sous toutes ses formes et surtout musicale fait partie intégrante de ma vie, vous n'y couperez pas, je partage tout avec vous, ici, c'est le domaine d'une communiste, tout est à vous, c'est le partage total comme chez moi d'ailleurs.....

 

Bonne visite et bonnes découvertes

 

caroleone

 

 

 

 

GATO  BARBIERI

 

 

 

Dans la famille " SAXO JAZZ ", je voudrais GATO BARBIERI, l'argentin :

 

5 Bons point pour lui :

 

- son prénom de chat ( on ne se refait pas , la marque féline ça imprègne!)-

 

- son instrument qui est l'un de mes préférés (le préféré ?)

 

- son origine , l'Argentine, bon il n'y est pour rien, c'est clair mais c'est celle du CHE, alors ça c'est un sacré bon point pour lui

 

- son style bien à lui qui crée l'évènement : sa façon de jouer, de faire "grincer "son saxo lui confère cette originalité que je n'ai pas entendue chez d'autres.

 

- je rajoute un bon point pour le fun : c'est un bel homme!!

 

 

 

Pour la suite, je vous laisse avec wikipédia qui fait ça mieux que moi.

 

Caroleone

 

 

 

 

 

 

 

 

Gato Barbieri

 

 

200px-Gato_Barbieri.jpg

 

 

Nom Leandro Barbieri
Naissance 28 novembre 1934
Rosario
 Argentine
Genre musical Jazz
Instruments

saxophone ténor

 

 

 

 

gato-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Leandro "Gato" Barbieri, né à Rosario en Argentine le 28 novembre 1934, est un saxophoniste ténor argentin.

Fils d'un charpentier, violoniste amateur, il découvre le ténor auprès d'un oncle saxophoniste puis le jazz en écoutant Charlie Parker en 1944. Il débute sur le requinto (petite clarinette). Cinq ans de cours particuliers de clarinette à Buenos Aires, mais il aborde également le saxophone alto et la composition.

 

II joue dans l'orchestre de Lalo Schifrin en 1953 et choisit le ténor en 1955. En 1962, après quelques mois au Brésil, il s'installe à Rome et se fait vite connaître comme sideman (avec Jim Hall, Ted Curson). II rencontre à Paris, en 1965, Don Cherry et le suit à New York pour enregistrer chez Blue Note « Complete communion » (1965) et « Symphony for improvisers » (1966).

 

Entre-temps, à Milan, il participe aux Nuovi Sentimenti de Giorgio Gaslini. En 1967, il enregistre ses deux premiers disques sous son nom (In search of the mystery et Obsession). II participe à la suite « A genuine Tong Funeral » écrite pour Gary Burton par Carla Bley et collabore avec celle-ci: « Escalator over the hill », « Tropic appetites », et avec le Liberation Orchestra de Charlie Haden.

 

Ses duos avec Dollar Brand (1968) impriment à sa musique un tournant décisif en direction de ses origines sud-américaines et, plus largement, des musiques d'autres continents. Associé à Lonnie Liston Smith jusqu'en 1973, il dirige de nombreuses formations pour Flying Dutchman, où défilent Roswell Rudd, Joe Beck, John Abercrombie, Stanley Clarke, Jean-François Jenny-Clark, Ron Carter, Chuck Rainey, Beaver Harris, Lenny White, Roy Haynes, Pretty Purdie, Naná Vasconcelos, Airto Moreira, James Mtume.

Alors que son triomphe au Festival de Montreux ("El pampero") et sa contribution à la bande-son du film « Le Dernier Tango à Paris » (Bernardo Bertolucci) sous la direction d' Oliver Nelson le rendent de plus en plus populaire, il accentue, à partir de 1973, la référence à ses racines en s'entourant de musiciens sud-américains, notamment dans la série « Chapter one » à « Chapter four » pour Impulse. Puis sa production pour A & M notamment, s'est faite selon des options de plus en plus commerciales au sein d'importantes formations de studio, mais loin du jazz et au profit d'un public beaucoup plus large. Aujourd'hui, il poursuit une carrière dans le smooth jazz.

 

Simultanément marqué par l'univers coltranien et sa fructueuse collaboration avec le trompettiste d'Ornette Coleman, Don Cherry, Gato Barbieri se situe au cœur de la problématique soulevée par l'évolution du free jazz au cours des années 1960. Tout à la fois styliste du timbre, qu'il malmène à outrance, et lyrique tenté par l'expressivité du cri et l'authenticité de la mélodie, hésitant entre la véhémence et le plaisir, l'illisibilité et la limpidité, il a su fonder son propre équilibre sur un enracinement dans une tradition populaire. Tout comme Dollar Brand ou Chris McGregor, il a montré l'histoire de la musique noire nord-américaine en exemple aux musiques populaires sud-américaines.

 

 

 

 

 gatobarbieri02bergamo2005.jpg

Éléments de discographie

  • « Complete communion » - Don Cherry - (1965)
  • « In search of the mystery » - (1967)
  • « Confluence » - en duo avec Dollar Brand - (1968)
  • « The Jazz Composer's Orchestra » - Michael Mantler - (1968)
  • « Escalator over the hill » - Carla Bley - (1969)
  • « The Third World » - (1970)
  • « El pampero » - (1971)
  • « Fenix » - (1971)
  • « Last Tango in Paris » - Bande originale du film de Bernardo Bertolucci - (1972)
  • « Under fire » - (1973)
  • « Bolivia » - (1973)
  • « Chapter one: Latin America » - (1973)
  • « Chapter two: Hasta siempre » - (1973)
  • « Tropic Appetites » - Carla Bley - (1974)
  • « Yesterdays » - (1974)
  • « Chapter three: Emiliano Zapata » - (1975)
  • « Chapter four: Alive in New York » - (1975)
  • « Caliente ! » - (1976)
  • « Ruby, Ruby » - (1976)
  • « Tropico » - (1978)...
  • « Apasionado » - (1981)...
  • « Qué pasa » - (1997)
  • « Ché, corazon! » - (1999)

Liens externes

 

 



Rédigé par caroleone

Publié dans #Chanson du monde

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

BAH! Dany, quand on aime, y a pas d'âge !!
Bises
caroleone


D

Che pas un peu vieux pour nous (le monsieur ) !Musicalement c'est bien !
Bises