Les bottes brunes

Publié le 16 Novembre 2012

 

 

 

 

bruit_de_bottes.jpg

 

Elles ne sont pas belles…Oh ! Non !

Elles ont une couleur indéfinie,

une couleur de crasse

de boue, d’excréments

de salissures récupérées

aux commissures des idées

errantes dans les couloirs sombres

de la mort qui perdure.

 

Elles ne sont pas belles…et pourtant,

Elles plaisent !

De plus elles sont portées fièrement

et claquent au son du tambour

et du clairon traitre et sournois,

celui qui sait parfaitement

sonner l’hallali au fond du bois.

Leur vilaine couleur indélébile

peut facilement se couvrir d’un rouge

vermillon décliné en multiples

taches.

Elle peut se revêtir des cacas d’oies,

des fientes de poules,

des purins de porcs lépreux

aux estomacs défoncés,

des pestilences des hommes

qui vocifèrent et éructent

chaque jour leur haine.

Haine de l’autre, haine de celui

qui ne possède pas la couleur de peau

bénie par les oui-oui,

qui a le malheur d’être trop noir

trop gris ou trop jaune

ou même trop rouge.

Haine de ceux qui ne croient pas

au paradis des haineux,

de ceux qui sont athées ou anticléricaux

sachant que la religion nourrit parfois

les pourceaux,

et qui alors s’en éloignent

en toute et bonne conscience.

Leurs bottes à la sale couleur

font du bruit.

On l’entend au loin grâce à l’écho

et sa chanson nous nuit,

sa chanson nous dit de nous battre,

sans faiblir car la bête immonde

est aux abois et veille

au grain de l’immondice qui sommeille

dans les maisons des êtres alimentés

par la pensée unique ;

celle-là même la grande prêtresse

nourrice de malfaisantes et traitresses

bestioles aux faces de haine et de mort.

 

Notre combat :

C’est elle, la bête chaussée !

Ne faiblissons pas, renouvelons

nos forces, nos solidarités, nos unions

pas un centimètre de sol de notre terre

doit tomber dans les pas des bottes.

Vigilance, surveillance, prudence

sont de mises et en permanence

afin que les bottes putrides

se dissolvent dans l’acide de nos combats

pour l’humanité, l’amour, la justice

la dignité et la sincérité.

 

Carole Radureau (15/11/2012)

 

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

 

bottes.jpg

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
<br /> Hier soir, j'ai visionné à la TV "les femmes de l'ombre" avec Sophie Marceau(entre autres)!!TRès bon film sur les femmes<br /> résistantes dans les années 42/45!!! un éloge à ces femmes qui une fois la guerre terminée sont rentrées dans leur foyer comme si elles n 'avaient rien fait d'extraordinaire!!le mérite revenant<br /> aux hommes!! BISOUS FAN<br />
C
<br /> <br /> C'est un sujet intéressant en effet, les femmes résistantes, on ne les oublie pas de notre côté, tout comme les femmes qui font les guérillas et les femmes guerrières, c'est vrai que leur rôle<br /> était toujours minimisé évidemment. mais je connais pas mal d'hommes, des progressistes qui se vouent à leur rendre hommage, ainsi que les combats des femmes dans les luttes ouvrières qui étaient<br /> abandonnées complètement à leur sort par les mecs.....et elles y sont arrivées !!<br /> <br /> <br /> De nos jours malgré tout on a pas mal d'hommes justes et qui partagent nos combats, il ne faut pas non plus les oublier.<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Le bruit des bottes ne s'est pas éteint, il est partout, et dans le monde entier, se prépare dans la clandestinité à de futurs combats sanglants.<br /> <br /> <br /> Les camps d'entrainement se multiplient près de nous, de nombreux reportages en témoignent.<br /> <br /> <br /> Merci Caro pour ce poème d'alerte si nécessaire, en effet nous ne devons jamais baisser la garde.<br />
C
<br /> <br /> Bonjour Almanitoo,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Non, le bruit ne s'est pas du tout éteint, je l'ai entendu persifler à mes oreilles ses derniers jours et tu vois, ça<br /> sort tout seul sans rien demander.<br /> <br /> <br /> C'est difficile de ne pas baisser sa garde, les évènements sur terre qu'ils soient politiques ou personnels subissent des hauts et des bas et quand on est entre deux on a toujours envie d'en<br /> profiter pour souffler et c'est toujours à ce moment que l'autre en face reprend du poil de la bête malheureusement.<br /> <br /> <br /> Bises et merci de ta visite sur ce sombre poème <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />