Les abeilles pour les nuls, première partie

Publié le 28 Juillet 2012

1ère partie : Qui sont-elles ?

 

 

 

abeillesr.jpg

lien image

 

 

Le nom et petite définition

 

C’est un nom vernaculaire assez ambigu qui désigne certaines catégories d’insectes hyménoptères de la famille des apidés et de la superfamille des apoïdes (apoidea). L’espèce la plus connue en Europe est apis mellifera, une abeille productrice de miel ce qui n’est pas le cas de toutes les abeilles. Les abeilles sont des insectes hyménoptères, végétariens et butineurs.

Elle vit dans les pays européens, Espagne, Angleterre, France, Allemagne mais aussi sur en Afrique, Amérique, Australie et Nouvelle-Zélande.

C’est au cours du XIVe siècle qu’apparaît le mot abeille sous les formes « abueille, abele, aboille ou abeulle », un mot emprunté à l’occitan « abelha » (du latin petite abeille).

 

 

 

abeille-fleur-amandier.jpg

lien image

 

 

Classification

 

On ne connaît pas quel est l’ancêtre commun de toutes les apoïdes. Les premières abeilles apparurent certainement en même temps que les premières fleurs il y a de cela plus de 100 millions d’années.

Avant Linné, on reconnaissait comme abeille uniquement la « mouche à miel ». Il ajoutera à cette abeille domestiquée d’autres espèces d’hyménoptères qui vivent de nectar et de pollen.

 

En 1758, il les classe toutes dans un genre nomme « apis ».

 

A la fin du XIXe siècle sont reconnus comme portant le nom d’abeille «  Tous les hyménoptères dont la larve se nourrit de miel et de pollen quels que soient d’ailleurs le genre de vie et de mœurs des adultes ».

 

La superfamille des apoidea est créée en 1802 par Pierre-André latreille.

 
Toutes les sortes d’abeilles

 

 

Les abeilles sociales
 
Les apis (Apis)

 

 

 

719px-Bees-wings.web

lien image

 

 

apis mellifera

 

 

 

 

Asiatic-honey-bee

        lien image  apis cerrana

 

 

 

Les 4 espèces qui composent le genre Apis et dont fait partie Apis mellifera sont des insectes sociaux, qui vivent toujours en colonie. Elles se multiplient par essaimage et sont réparties sur toute la surface du globe. Toutes ces abeilles dansent pour expliquer à leurs congénères les lieux de récolte.

 

   Apis dorsata, Apis florea et Apis cerana ont toute trois tendance à nicher en plein air et peuplent le continent asiatique.

 

Apis dorsata est l'abeille géante de l'Inde.

Cette espèce est très agressive, et la piqûre de son aiguillon très redoutée. Elle accroche son nid sur de grosses branches. Ce nid est, en fait, un seul et même rayon de 0,75 à 1 m environ.

 

   Apis florea, ou abeille « naine », est moitié moins grande qu'Apis mellifera. Sa robe est multicolore. Son nid est, lui aussi, constitué d'un seul rayon, mais plus petit : 8 cm sur 12 cm.

 

   Apis cerana, ou abeille des Indes, est la plus proche d'Apis mellifera.

 

                                                                                                                                    

 

 

 

 

800px-ApisDorsataHive.jpg

  image Bksimonb  apis dorsata, abeilles géantes

 

 

 

 

Apis-florea.jpg

lien image

 

 

Liste des abeilles d’élevage ICI

 

Les bourdons (Bombus)
 

Insectes velus et noirs à bandes jaunes ou rouges, ils vivent pour la plupart en Europe et en Amérique du Nord. Ils se nourrissent de nectar et de pollen. À l'automne, la colonie disparaît et les femelles fécondées passent l'hiver dans une cache naturelle pendant une période qui peut durer de 6 à 8 mois

En France, on compte 25 espèces de Bombus, les plus communes étant le bourdon des prés (Bombus pratorum), le bourdon des jardins (Bombus hortorum), le bourdon des champs (Bombus agrorum), le bourdon des pierres (Bombus lapidarius) et le bourdon terrestre (Bombus terrestris). Tous ces insectes jouent un rôle important pour la pollinisation. Ils sont en outre dotés d'un dard, dont ils ne se servent qu'assez rarement.

 

Les mélipones et les trigones (Melipona et Trigona)
 

Ces deux derniers genres, de la famille des apidés supérieurs, sont proches parents. Mélipones et trigones vivent dans les régions tropicales, en particulier au Mexique, aux Antilles et surtout au Brésil. La plupart de ces abeilles sont plus petites qu'Apis mellifica. Plutôt grêle, leur abdomen est plus court chez certaines espèces.

 

sans-dard.jpg

lien image, mélipona, abeille sans dard

 

 

Les abeilles solitaires
 

Les abeilles des autres familles sont solitaires. Chez celles-ci, le nid construit sans l'aide d'ouvrières est composé d'une dizaine de cellules destinées à la ponte. Dans chacune d'elles, l'abeille place un peu de nourriture et pond un œuf. La future larve dispose ainsi de réserves alimentaires pour sa croissance, tandis que la femelle meurt avant que l'œuf soit éclos.

 

800px-DasypodaHirtipesFemale2.jpg

image Christian Fischer, abeille solitaire (dasypoda hirtipes)

 

 

 

 

Etudions de plus près la vie des abeilles sociales ou apis mellifera

 

 

Elles forment des colonies comme nous l’avons vu plus haut et vivent en société. Dans la colonie on trouve trois types d’abeilles

 

 

images-copie-2.jpg

 

 

 

-        La reine : c’est une femelle sexuée un peu plus grande qu’une ouvrière, avec un abdomen plus long. Elle peut vivre 4 ans et elle va pondre des œufs toute sa vie (environ 1000/jour). Ses œufs donneront naissance à des larves mâles (œufs non fécondés) ou femelles (œufs fécondés) selon sa volonté. Fécondée lors de son unique vol nuptial, elle va stocker les gamettes dans sa spermathèque pour toute sa vie, c’est donc elle qui contrôle la fécondation des œufs au moment de la ponte.

les-abeilles-1523.jpg

lien image

 

 

-       Les ouvrières : Elles sont plusieurs dizaines de milliers, des femelles non sexuées qui s’occupent de nourrir les larves, nettoient et protègent la ruche, vont récolter le nectar et le pollen des fleurs qui sont nécessaires à la survie de la colonie.

 

 

 

 

-        Les faux bourdons : Ils sont quelques dizaines, ce sont des mâles plus gros aux yeux globuleux qui sont présents uniquement au printemps et au début de l’été. Leur unique rôle est de féconder une nouvelle reine. Ils seront expulsés de la ruche ou tués par les ouvrières dès qu’ils seront devenus inutiles.

 

faux-bourdon.jpg

faux bourdon

 

 

 

La reine décide donc du sexe des larves, par contre une larve femelle selon la nourriture reçue par les nourrices deviendra soit une reine soit une ouvrière. La colonie peut durer plusieurs années si elle survit à la saison froide.

 

 

abeille_domestique.gif

 

lien image, Ne pas les confondre

 

 

 

 

 

La vie des abeilles

 

 

 

 

La ponte

 

 

1921abe02.jpg

 

lien image

 

 

 

bee-larvae-stages-of-development.jpg

 

lien image

 

 

Comme nous l’avons vu auparavant il n’y a que la reine qui pond les larves. Elles sont pondues dans des « cellules », alvéoles hexagonales qui sont construites par les ouvrières avec l’aide de la cire. La cire est une substance qui est sécrétée par des glandes situées entre les segments de leur abdomen. Les cellules refermées pour abriter les métamorphoses s’appellent « couvains operculés ». Les autres cellules servent à stocker la nourriture, le miel et le pollen. Il faut dans la ruche une température constante de 35° été comme hiver pour permettre le développement du couvain. L’énergie développée par les ouvrières permet d’obtenir de la chaleur et l’été des abeilles ventileuses font vibrer leurs ailes pour faire un courant d’air.

 

 

 

honeybee 12

lien image

 

Il faudra 3 jours avant l’éclosion de l’œuf

Puis 6 jours avant que la larve ne grandisse, son poids étant multiplié alors par 500, elle devient une nymphe.

 

 

 

1921abe03.jpg

 

lien image

 

 

cycleabeilles.jpg

lien image

 

La nourriture est fournie par les ouvrières/nourrices qui transforment le pollen avec leurs glandes salivaires qui jouent alors un rôle identique aux mamelles des mammifères. Les larves alimentées avec de la gelée royale deviendront des reines et celles nourries par du miel et du pollen deviendront des ouvrières.

 

 

images-copie-1.jpg

lien image

 

 

Petite abeille au boulot !!

 

 

-        Abeille nettoyeuse âgée de 1 à 10 jours : sa tâche consiste à nettoyer et préserver le couvain du froid en restant dessus

 

 

Abeille-nettoyeuse.JPG

lien image, abeille nettoyeuse

 

 

-       Abeille nourrice âgée de 10 à 20 jours : ses glandes sont à présent matures et lui permettent de nourrir les larves

 

 

abeille-apis-mellifera-nourrice-larve-cellule.jpg

lien image, abeille nourrice

 

 

 

-        Abeille bâtisseuse : ses glandes cirières lui permettent ensuite de bâtir les alvéoles

 

 

 

Construction-cadre-cire

lien image, abeilles bâtisseuses

 

 

 

-        Abeille ventileuse : selon l’époque, elle peut être utile pour ventiler la ruche avec ses ailes

 

1921abe13.jpg

lien image

 

-        Abeille gardienne : elle monte la garde devant le trou d’envol et aide à décharger le nectar apporté par les pourvoyeuses

 

 

Abeilles-gardiennes

lien image, abeilles gardiennes

 

 

 

-        Abeille butineuse à partir du 20 e jour jusqu’à la fin de sa vie : elle part à la recherche de nectar ou d’eau pour la ruche

 

butineuse.jpg

 abeille butineuse

 

 

 

 

Durée de vie d’une abeille

 

Elle est variable en fonction de la période de l’année où elle a vue le jour. Une abeille née au printemps va s’user très vite car confrontée aux diverses tâches de la ruche et sa vie durera entre 40 à 60 jours.

Une abeille née en automne vivra plus longtemps car il n’y a plus de récolte à faire, donc elle pourra vivre entre 6 à 7 mois. Seule l’usure est cause de la fin, l’influence de la météorologie (une abeille à le sang froid et meure sous une température  inférieure à 8°), le climat, la flore et les conditions imposées par l’apiculteur sont importants.

 

La morphologie d’une abeille

 

iwktq2ob.jpg

lien image

 

 

 

 

L’abeille est un invertébré au squelette rigide mais articulé. Le corps de l’abeille est une sorte d’atelier en miniature très perfectionné.

 

-        Les organes

 

Ils baignent dans un liquide incolore, l’hémolymphe qui fait office de sang, se déplace à l’intérieur du corps grâce à un appareil comparable à un cœur, le vaisseau dorsal. Ce vaisseau dorsal donne une impulsion à l’hémolymphe qui circule librement.

 

-        L’appareil digestif : c’est un long tube allant de la bouche à l’anus

 

-       Le pharynx : il se situe au niveau de la tête

 

-       L’œsophage : il se situe au niveau du thorax

 

-        Le jabot : il se situe au niveau de l’abdomen

 

-        Le proventricule : c’est une sorte de valvule qui permet à l’abeille de se nourrir en faisant passer les aliments du jabot dans le ventricule sans que le contraire ne soit possible

 

-       Poche rectale : au bout de l’abdomen permet grâce à sa grande capacité d’accumuler les excréments tout l’hiver

 

abeille_tete.png

lien image

 

 

 

Les sens de l’abeille

 

Ils sont très développés mais c’est celui de la vision qui est le plus performant. L’abeille possède 5 yeux et 3 ocelles( des yeux simples disposés en triangle au-dessus de la tête)le champ visuel avoisine 360° mais l’acuité visuelle n’est égale qu’à 80% de celle de l’homme, bien que supérieure à celle d’autres insectes. L’enchaînement des images se fait à 300 images/seconde (24 images /seconde chez l’homme). Elles ne sont pas sensibles aux mêmes teintes que l’homme. Leurs couleurs favorites sont le jaune-orangé, le bleu-vert, le bleu et l’ultraviolet qui est invisible par l’homme.

 

 

 

 

 

 

Le goût

 

Il est très aiguisé chez les abeilles qui distinguent le sucré, l’acide, l’amer et le salé. Le goût oral est localisé dans la cavité buccale, le goût tarsal dans les tarses à l’extrémité des pattes et le goût antennaire dans les 8 articulations de l’antenne.

Les antennes servent à la fois d’oreilles et de nez à l’abeille.

 

Peigne et brosse à pollen

 

 

patte-post-Abeille-MEB.jpg

lien image

 

 

 

 

Ces petits outils sont situés sur les pattes arrière au niveau de la troisième articulation. Ce sont des chefs d’œuvre d’ingéniosité servant à la récolte de la précieuse poudre.

Le pollen est entassé sur un axe situé au fond de la corbeille, le peigne aux poils rigides au niveau de l’articulation et la brosse aux poils souples sur la face interne, ils retiennent le pollen et le tassent en pelote.

 

La trompe : organe de 6.5 mm qui est comme une sorte de cuillère effilée que l’abeille fait pénétrer au fond de la fleur et y aspire le nectar.

 

 

 

Comment font-elles pour butiner ?

 

 

Comment font les ouvrières pour récolter le nectar des fleurs ?
 

 

L'abeille plonge sa trompe à l'intérieur du pistil de la fleur et aspire le nectar. Elle le stocke ensuite dans son jabot (c'est une petite poche qui se trouve dans son estomac) pouvant contenir jusqu'à 75 mg de la précieuse substance. Pour remplir ce sac, une abeille qui récolte, par exemple, le nectar du trèfle doit visiter entre 1 000 et 1 500 fleurs

 

Le nectar qui a été récolté est ramené à la ruche où il est ruminé par d'autres abeilles.

Ainsi, il se mélange avec la salive et se transforme en miel.


Ce miel est ensuite déposé dans les alvéoles de la ruche. Il servira à nourrir les larves.

 

Au cours du butinage, les pattes de l'abeille se chargent du pollen produit par les étamines de la fleurs. Cela s'appelle faire des "pelotes".

 

800px-PollenApis mellifera Western honey beeDetail

lien image Lamiot

 

 

Une partie du pollen reste collé sur les pattes de l'abeille et il se dépose sur le pistil des autres fleurs qu'elle butine. Cela permet de féconder les fleurs, c'est la pollinisation.

 

Un litre de nectar représente un nombre de voyages qui peut varier de 20 000 à 100 000.

 

 

p6_4.jpg 
lien image
 

 

 

Le reste du pollen servira à nourrir les jeunes abeilles. Les apiculteurs en récupèrent sur des cadres installés à l'intérieur des ruches.

abeille-transporte-boule-de-pollen.jpg              lien image,  Une abeille transporte une boule de pollen vers la ruche

 

Liste des plantes mellifères en Europe  ICI

 

 

La danse des abeilles

 

De retour à la ruche, la butineuse est capable d’indiquer avec précision à ses collègues où se trouvent les fleurs les plus riches en nectar. Elle utilise le langage de la danse.

 

La danse en rond («  cherchez aux alentours de la ruche »)

 

L’abeille effectue des petites rondes dans tous les sens sur les rayons au milieu des autres butineuses, les autres la suivent en gardant leurs antennes sur la danseuse pour identifier le parfum des fleurs qu’elle a rapporté sur elle.

 

 

 

 

 

 

La danse frétillante «  l’endroit est situé plus loin de la ruche »

 

Elle se trémousse l’abdomen sur un trajet rectiligne bien précis, puis demi-tour, ligne droite en frétillant, demi-tour à gauche….

 

La fréquence du frétillement indique la distance, elle diminue eu fur et à mesure que la distance est grande :

 

-        9 à 10 fois en 15 secondes : 500 mètres

-        6 fois en 15 secondes : 1000 mètres

 

danse8an.gif

 

 

 

 

Sources : wikipédia, encyclopédie larousse, tout sur les abeille.free, nature initiative.fr

 

Caroleone

 

abeille-sur-fleur-daster.jpg

 

Merci à Michèle de m'avoir inspirée ce matin une suite et même deux sont prévues, ne les ratez pas !!

 

 

  Ne manquez pas la suite des abeilles pour les nuls :

 

 - Deuxième partie : La pollinisation par les abeilles  ICI

 

- Troisième partie : Des abeilles et des hommes  ICI

 

- Dernière partie : Abeilles contre multinationales  ICI