Le sabre et le goupillon

Publié le 17 Avril 2010

 

Foutre ! Nos ancêtres Libres Penseurs avaient bien raison d’affirmer que les curetons abrutissaient le populo et que les militaires étaient là pour sabrer les pauvres s’ils désobéissaient à l’Eglise et au Capital ; mais là ne s’arrêtent pas les méfaits des ensoutanés et des traineurs de sabre.

 

A présent leur arrogance est moins grande mais leur capacité de nuisance n’est pas diminuée.

 

Après les milliers de cas de pédophilie dont le clergé catholique s’est rendu coupable ou complice, du simple curé jusqu’au pape, nous apprenons que l’un des plus hauts gradés de l’armée française vient d’être condamné pour téléchargement d’images pédopornographiques. Ce général cinq étoiles, Raymond Germanos, ancien chef du cabinet militaire des ministres de la défense Million et Richard, ancien directeur de l’Institut des hautes études de défense nationale, ancien inspecteur général des armées, était un amateur de vidéos mettant en scène des enfants de six mois (oui) à 12 ans. Il collectionnait les vidéos et les photos (3000) montrant des fillettes ligotées et des bébés pénétrés (Le Monde du 15 avril 2010). Rien qu’à l’évocation, pourtant voilée, de ces monstruosités la nausée nous prend.

 

Le sabre et le goupillon se trouvent ainsi réunis par l’actualité, dans un énorme scandale provoqué par leurs mœurs infâmes.

 

Le Père Peinard (Emile Pouget), qui dénonçait toutes les abjections, disait déjà le 18 février 1899 : « Qu’on les châtre !».

 

Ulysse

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Libre pensée et laïcité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R

Bravo à Ulysse pour son humour digne du Père Pouget (non, Peinard), et à Carole pour sa publication.


C

Mon ami Ulysse ne mâche jamais ces mots, j'aime bien son franc parlé.