Le requin et la mouette de René Char

Publié le 31 Décembre 2010

 

 

Je vois enfin la mer dans sa triple harmonie, la mer qui tranche de son croissant la dynastie des douleurs absurdes, la grande volière sauvage, la mer crédule comme un liseron.

Quand je dis : "j'ai levé la loi, j'ai franchi la morale, j'ai maillé le coeur", ce n'est pas pour me donner raison devant ce pèse-néant dont la rumeur étend sa palme au-delà de ma persuasion.

Mais rien de ce qui m'a vu vivre et agir jusqu'ici n'est témoin alentour. Mon épaule peut bien sommeiller, ma jeunesse accourir. C'est de cela seul qu'il faut tirer richesse immédiate et opérante.

Ainsi, il y a un jour de pur dans l'année, un jour qui creuse sa galerie merveilleuse dans l'écume de la mer, un jour qui monte aux yeux pour couronner midi.

Hier la noblesse était déserte, le rameau était distant de ses bourgeons.

Le requin et la mouette ne communiquaient pas.

O vous, arc-en-ciel de ce rivage polisseur, approchez le navire de son espérance. Faites que toute fin supposée soit une neuve innocence, un fiévreux en-avant pour ceux qui trébuchent dans la matinale lourdeur.

 

 

Le poème pulvérisé ( Fureur et mystère)

 

René Char

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

philipee Weishaupt 21/07/2014 14:03

merci

caroleone 21/07/2014 18:07

De rien