La réponse du gouvernement espagnol face aux manifestations populaires : la répression

Publié le 21 Février 2012

 

 

 

Les_Francos.jpg

Ça passe et ça casse !

 

 

 

 

202783esp010.jpg

 

Face aux nombreuses manifestations qui se déroulent en Espagne depuis dimanche le gouvernement de Mariano Rajoy envoie ses matraques.

 

 

 

 

Plusieurs centaines de jeunes, répondant à des appels lancés sur des réseaux sociaux, s'étaient rassemblés devant l'institut Lluis Vives, un collège de la ville, pour protester contre les problèmes de liquidités qui ont privé de chauffage ces dernières semaines plusieurs écoles de la région, le gouvernement régional n'ayant pas réglé les factures auprès des fournisseurs.

 

 

 

 

Les premiers incidents ont éclaté dans l'après-midi entre les manifestants et les policiers qui protégeaient les lieux. Puis les heurts se sont propagés aux rues alentour, les policiers faisant usage de leurs matraques, certains manifestants étant plaqués ou traînés au sol. Selon le quotidien El Pais, la police a fait usage de balles en caoutchouc. Les heurts se sont poursuivis une partie de la soirée dans les rues du centre de Valence, où étaient positionnées des dizaines de fourgons de police planqués en embuscade.

 

 

 

Jeunes et moins jeunes, étudiants, retraités et même une toubib, personne n'échappe à la sauvagerie de la répression.

 

 

291257esp007.jpg

 

 

Le chef de la police régionale, Antonio Moreno, a affirmé que la police avait eu recours à une "force physique proportionnée". "Une agressivité accrue exige une réponse proportionnée", a-t-il ajouté à la radio nationale. Un porte-parole de la police a expliqué que les forces de l'ordre étaient intervenues parce que des manifestants "ont eu une attitude agressive". "Il y a eu des arrestations, nous ne savons pas encore combien", a-t-il ajouté tandis que les médias chiffraient le nombre de personnes arrêtées entre 14 et 21.

 

 

765680esp009.jpg

 

De fréquentes manifestations sont organisées depuis quelques semaines à Valence, la région la plus endettée d'Espagne, où les autorités ont annoncé début janvier un plan de rigueur incluant des augmentations d'impôts et des coupes dans les dépenses de santé et dans le secteur de l'éducation pour un montant de plus d'un milliard d'euros. Des incidents ont déjà opposé policiers et jeunes manifestants la semaine dernière dans la ville.

 

443431esp011.jpg

 

Des scènes de violence qui ne sont pas sans nous rappeler les récents évènements qui se sont déroulés en Grèce pour des raisons identiques. Après la Grèce, l'Espagne, très prochainement le Portugal puis suivront l'Italie et bien d'autres États européens, par quel miracle la France échappera-t-elle à son sinistre destin ?  

 

 

 

 

711903esp005.jpg

 

 

498964esp006.jpg

787495esp001.jpg

 

 

973237esp002-copie-1.jpg

 

 

781396esp003.jpg

 

312515esp004.jpg

 

 

 

503224esp012

 

 

Sources : LeMonde.fr, ElPais.com

 

 

Che4ever

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #La voix des camarades

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

Bonjour Caro,


"Le peuple uni ne sera jamais vaincu", c'est bien le problème chez nous ...


Quand déjà à gauche, quel que soit le bien fondé de nos divergences, nous sommes incapables de mettre toutes nos forces en commun pour repousser clairement l'ennemi de droite et d'extrême droite,
nous lui laissons toute la place et il ne faut pas s'étonner de glisser peu à peu en régime fascisant.


Tout cela est très inquiétant et, à force de tergiverser,  j'ai peur qu'on se réveille un peu tard.


Bises
C


Bonjour Michèle,

C'est clair que l'ennemi on le connait et à nous de faire ce qu'il faut pour le combattre. La disparition des forces communistes ouvre toutes grandes les portes au fascisme, c'est historique, je
n'invente rien. Si les citoyens veulent barrer la route au fascisme aussi bien par le biais de l'extrême droite que de l'UMP qui l'alimente considérablement, il convient de voter aux prochaines
élections pour un candidat qui revendique clairement ses positions antifascistes. Je sais, y'en a pas beaucoup, mais néanmoins, on a encore du choix , on pourrait fort bien n'avoir à choisir
qu'entre l'UMP et le PS.
A chacun d'être responsable dans ses actes, la peste brune refait surface, battons-nous contre elle dès à présent, tuons le poussin dans l'oeuf une bonne fois pour toutes.

Merci de ton commentaire ma petite Michèle et à plus tard.

Bises

caro



P

Bonjour camarades,


 


Ce que dit Roger est juste mais n'oublions pas que Garzon est un des principaux persécuteurs de nos amis, cousins et frères Basques ! C'est lui qui est à l'origine de centaines de mandats d'arrêt
européen sous couvert que derrière chaque Basque se cache un membre de l'ETA.


Notre camarade Xarlo pourra confirmer ou infirmer ce que je dis, il est bien mieux qualifié que moi pour nous parler de Garzon.


Ce juge narcissique avait lui aussi ses  propres ambitions politiques lorsqu'il était dans le giron d'Aznar et a vouloir jouer avec le feu pour glorifier sa propre personne il
s'est brûlé les ailes (son âme est déjà en enfer) avec le dossier des enfants volés pendant le franquisme.


Voilà qui est vraiment Garzon. Ce n'est pas le défenseur de la veuve et de l'orphelin, ce n'est un simple pion de l'échiquer politique espagnol qui vient d'être bouffé à son tour. Justice est
faite et tant mieux si ça tombe sur ce juge !


Je déplore malgré tout que l'instruction sur les bébés volés ait été classée sans suite, alors pourquoi Garzon n'a pas saisi la Cour européenne pour défendre les intérêts des victimes ?


 


 


Fraternellement,
Le Papy 
C


Bonjour papy,


 


Tu es providentiel c'est certain, je cherche depuis plusieurs jours ce que l'on avait à reprocher à ce juge, ça remonte trop loin pour ma mémoire sélective et je savais bien que c'était lié au
pays basque ayant toujours soutenu Xarlo et ses camarades, par contre, j'avais occulté les bébés volés.


Je te remercie d'apporter ses renseignements, j'attends un peu de source de qui de droit, histoire de mettre tout ceci clairement en avant , j'espère qu'elle arrivera à bon terme !!


Bises


 


caroleone


 



R

Oui, c'est l'Europe du capitalisme libre à toutes les injustices. Pendant ce temps, le juge Garzon, qui enquêtait sur les crimes franquistes et l'ultalibéralisme espagnol, est démis de ses
fonctions de magistrat.


El peuplo unido jamàs serà vencido!
C


Bonjour Roger,


 


ça fait froid dans le dos, ces jeunes espagnols me sont chers comme le sont les jeunes chiliens en lutte également. Quand on sait de quoi se relèvent difficilement leurs pays , on ne peut qu'être
solidaires.


Pour Garzon, je ne connais pas bien l'affaire et je reste réservée sur son cas , j'aimerais bien d'ailleurs avoir de quoi écrire quelque chose un de ces jours, il faut que je remonte à la source.


Tu me remets ça en tête, tu vois !


 


Bonne journée


 


caroleone