La culture à Villepreux : on s'en fout...

Publié le 4 Juillet 2010

C'est curieux, c'est scandaleux, mais, en ces temps de disette générale, j'ai comme l'impression que dans notre pays la culture va prendre pas mal de coups et, par ce fait, l'ensemble du personnel et des artistes salariés. Il y a peu le problème de l'intermittence fit beaucoup de bruit. Aujourd'hui on aboutit à un résultat assez proche : par la suppression de structures et de budgets, le statut se trouve irès directement reposé. C'est dire à quel point les détenteurs actuels du pouvoir se moquent éperdument de ce secteur par nature dépensier.

Quelque part aussi, au travers ce non financement de la culture, c'est un pan très indirect, mais réel, de la laïcité qui est remis en cause. Qui plus est, cela se passe dans les Yvelines, à Villepreux. Remercions le Canard enchaîné de nous en tenir informé (édition du 23 juin 2010) :

 

 

 

 

Villepreux.jpg

 

« Elu en 2008 à 26 voix près, Stéphane Mirambeau, le nouveau maire apparenté UMP de Villepreux (Yvelines), 10.000 habitants, est un croisé de l'art dramatique, et même un preux... Sans coup férir, il a décidé unilatéralement de fermer, le 30 juin, le théâtre municipal de sa ville, bâti en 1971, qui a programmé une quinzaine de spectacles cette année et qui est soutenu par le conseil général, le conseil régional et la Drac. De le fermer simplement ? Non, de le raser ! Pour faire place nette de cette verrue culturelle et vendre les terrains au profit d'un projet immobilier...

«On a une offre culturelle extraordinaire dans les autres villes ; on n'a pas besoin dans chaque commune d'avoir une structure comme celle-ci », a-t-il tranché sur France 3 Régions.

 

 

Même si une pétition réunit aujourd'hui quelque 4 000 signatures... Lors de la saison 2008-2009, le théâtre affichait une fréquentation de quelque 11 500 spectateurs et un taux de remplissage de 80 % de sa salle de 430 places. Mais, depuis la campagne municipale, l'impétueux Mirambeau martèle qu'il faut « diversifier la programmation, qui ne convient pas aux Villepreusiens ». Et critique le coût de la saison pour la ville, de près de 150 000 euros par an. A peine élu, il a d'ailleurs divisé la subvention par deux, tout en faisant réaliser des travaux de mise aux normes de sécurité de 60 000 euros. Curieux, pour un bâtiment promis à la démolition ! Dans un tract de campagne de 2008, il promettait : « Le théâtre deviendra le cœur culturel de Villepreux au travers d'un centre multiactivité. » Promesse de Gascon. Entre-temps, l'édile, faute de s'être accordé avec les communes voisines, a décidé de fermer le théâtre en refilant une ultime subvention de 50 000 euros en 2010. Seule paille : le raseur a négligé d'informer la Commission de désaffection des salles du ministère de la Culture, qui doit être obligatoirement consultée en vertu d'une ordonnance de 1945... sous peine pour le maire de devoir rebâtir les lieux à l'identique ! Finalement saisie fin mai par le Syndicat national des scènes publiques et le directeur du théâtre Richard Leteurtre, cette commission doit tenir, en urgence, une réunion de médiation avec le maire au ministère de la Culture ce 24 juin.

C'est elle qui dira si le maire pourra ou non raser gratis. D. F. »

 

 

 

 

 

 

http://alpy78.over-blog.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Libre pensée et laïcité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> c'est vrai et ce genre d'info heureusement que nos blogs sont là pour les relayer.<br /> <br /> <br />
T
<br /> Le Canard enchaîné qui n'est pas un canard boiteux nous révèle toujours des choses qui sont cachées au peuple parce qu'elles ne sont pas reluisantes.<br /> <br /> <br />