La campagne électorale: Coup de gueule de Serge des bois

Publié le 2 Février 2012

La campagne est lancée, et ça et là sur la toile, chacun y va de son analyse.

Tant qu’il s’agit d’expliquer pourquoi on votera pour tel ou tel, je ne trouve rien à redire. Mais quand on utilise des mensonges pour détruire, sans rien proposer de concret à la place, ça me gonfle !

La qualité première d’un militant révolutionnaire est d’être capable d’analyser la situation présente et de ne pas prendre ses désirs pour la réalité.

En 1968, ceux qu’on dénommait « les gauchistes » préconisaient « la révolution » et qualifiaient de traître le PCF qui n’appelait pas à descendre dans la rue prendre les armes. Depuis, les déclarations des responsables au pouvoir à l’époque ont montré qu’ils étaient prêts à noyer dans le sang, à l’aide de l’armée de Massu, toute velléité de prise du pouvoir par les masses populaires.  De plus, le résultat des élections de juin 1968 a montré que l’idée de la révolution était loin d’être majoritaire dans notre pays.  Si le PCF s’était rallié à cette idée, le courant révolutionnaire aurait été laminé !

Aujourd’hui, qu’en est-il de la situation ?

Parce qu’en 1981, le PCF a décidé de participer au gouvernement, il a perdu une grande partie de la confiance que les travailleurs avaient en lui. La « rebelote » avec le gouvernement Jospin a fini de décourager le dernier carré de fidèles. Résultat : 70 % d’abstention  chez les travailleurs, ce qui a conduit   à l’arrivée au pouvoir du monarque et, proportionnellement,  à la montée du FN.   Moins il y a de votants, plus le vote FN parait important !!!

Qu’avons-nous aujourd’hui comme moyen pour changer les choses ?

L’abstention et le vote blanc ou nul  n’ont AUCUNE IMPORTANCE.  Ce qui compte, c’est d’être élu, ne serait-ce que par 10 % du corps électoral.

Peut-on changer les choses par un autre moyen que le vote ?  Oui, s’il y a une vraie mobilisation populaire.

Est-ce le cas ? NON !    Que tous les tenants de la révolution m’expliquent comment la faire quand une journée d’action pour la défense de l’école publique, mise en pièce par l’équipe actuelle, ne parvient pas à faire descendre dans la rue 100 000 personnes !   Quand « la gauche » s’est attaquée à l’école privée, c’est plus d’un million qui se sont retrouvés sur le pavé parisien !!!  C’est une réalité qui me glace, mais dont je suis bien obligé de tenir compte.

Toutes les explications fournies sur la responsabilité des syndicats quant à la forme, n’empêchent pas cette réalité : nous n’arrivons pas à mobiliser.   Car, même avec des syndicats « à la remorque », si la nécessité de se battre était ancrée dans les têtes, rien n’empêcherait la mobilisation de se développer.
En 1968, il n’y a jamais eu d’appel à la grève générale d’aucun syndicat.  Dans mon usine Alcatel à Arcueil, le lundi matin à la reprise du travail, sans aucun appel des syndicats, les travailleurs sont restés dans la cour et n’ont pas rejoint leur poste de travail : la grève était partie pour 4 semaines !
Si, comme d’aucuns le prétendent, les travailleurs étaient l’arme au pied et n’attendaient qu’un ordre pour déclencher une grève générale, voire insurrectionnelle, pourquoi ne le font-ils pas ?
Tous les exemples actuels nous démontrent le contraire : l’action menée par les personnels de contrôle des aéroports où, malgré les tentatives, il n’a pas été possible d’obtenir la mobilisation des autres secteurs. C’est ça la réalité, elle est loin de me plaire, mais je dois faire avec.

C’est sur cette analyse que je regarde quels sont les moyens à notre portée pour faire évoluer les choses face à la grande souffrance subie par les plus fragiles.   L’élection présidentielle à venir offre une petite perspective si nous sommes capables de la saisir.

On peut  refuser d’y participer et, comme Coluche, déclarer « tous pourris ». Ca change quoi ? RIEN !

On peut tirer à boulets rouges sur ce qu’il reste de « la gauche » en trouvant toutes les raisons du monde (parfois justifiées) de détruire la seule espérance qu’il reste à certains.

 Ca ne change rien non plus , au contraire, cela renforce le poids de la droite et de l’extrême droite.
 Ou bien, on peut essayer de se servir cette élection pour  redonner de l’espoir. Les résultats de Montebourg ont montré qu’un courant réputé « plus à gauche » réalisant un bon score (et je ne me fais pas d’illusion sur cette réalité) vient troubler un mécanisme bien huilé et  fait surgir des revendications laissées de côté jusqu’alors.
La montée du FdG dans les sondages a déjà obligé Hollande à affirmer que la finance était son adversaire (là encore, aucune illusion), mais aujourd’hui, le monarque se sent aussi obligé d’y aller de son couplet sur la « nocivité des banques » (ce qui est un comble).

Croyez-vous que si le FdG était resté à 2 %, ils se seraient crus obligés d’aborder le sujet ?

Alors, saisissons-nous de cette opportunité pour faire monter dans le pays la réalité du besoin de vrai changement.  Pour cela, arrêtons d’abord de distiller la haine entre les membres de la même « famille » politique. Ensuite, expliquons et expliquons encore, dans le respect de chacun, que sans une vraie politique de progrès social, rien ne bougera. Pour y arriver, les choix mettant à mal le pouvoir du capital sont incontournables. Prenons appui sur le programme du FdG qui, loin d’être parfait, offre quand même une vraie perspective.  Démontrons que, pour qu’il puisse aller dans le bon sens, il doit s’engager plus loin et plus à fond dans les réformes.
Que les mots « nationalisation, réquisition, production nationale … » ne sont pas des gros mots et qu’il faut les faire revenir dans les discours politiques.
Qu’une politique de progrès social est irréalisable dans le cadre de la concurrence libre et non faussée de l’UE.  
Que le président élu sera tributaire du résultat des législatives et que si aucun parti (PS) n’a la majorité absolue, un groupe même réduit, de députés prêts à faire avancer les choses, peut mettre en échec ce qu’on voudrait nous faire croire comme inéluctable.

Je suis convaincu qu’un résultat à 2 chiffres du FdG permettrait de créer l’étincelle qui ferait renaître la flamme de l’espoir. Si ce n’est pas sûr, ça ne coûte rien d’essayer, nous n’avons strictement rien à y perdre, au contraire.

Que l’on m’explique, à part  une satisfaction découlant souvent de rancoeurs personnelles, en quoi l’abstention ou le vote blanc feront bouger les choses, alors que depuis des années, ces votes-là n’ont rien fait progresser ?

Et enfin, si le courant révolutionnaire était si fort, pourquoi ne présente-t-il  pas un candidat ? Pourquoi les divers groupuscules issus du PCF sont-ils incapables de créer cette nouvelle organisation communiste que tous appellent de leurs vœux ???


Je terminerai sur cette note d’humour qui circule en ce moment sur la toile :

Pour ne pas que SARKOMMENCE, ne croyons pas HOLLANDEMAINS qui chantent !    

Continuons le combat !

 

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #La voix des camarades

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> Caroleone, ta réponse me satisfait tout à fait. c'est amusant de te lire citer EDT par rapport à u choix du candidat pour les présidentielles:J'avais, dans cette période, interpelé Emmanuel (tu<br /> pourras lire cette intervention sur le site "faire vivre le pcf") en lui soulignant que le maintien de sa candidature affaiblissait le mouvement communiste que nous essayions de renforcer dans le<br /> pcf, et en constatant que cette attitude sentant mauvais le sectarisme. Il me semble que l'attitde du PRCF et de la m'mep, en présentant une candidature à Hénin lietard, est du même tonneau. nous<br /> n'avons rien à gagner dans la division, mais dans la dispersion non plus:<br /> <br /> <br />   Le réseau "faire vivre le pcf", que nous avons créé à Malakoff en mars 2009,(le manifeste de ce réseau peut être consulté sur le site dont j'ai parlé) organisait à la dernière fête de<br /> l'Huma une rencontre de tous les camarades qui le souhaitaient  au stand du pas de calais, et j'y étais intervenu pour appeler à se retrouver dans le pcf pour préparer le congrès dans les<br /> meilleures conditions. il y a avait là des camarades de Rouge vif, de la coordination communiste, des cercles communistes du Nord... effarant, toutes ces forces dispersées!<br /> <br /> <br />     J'avoue que pour ma part, adhérent au parti depuis 1964 (promotion maurice thorez!!!) et membre des JC depuis 1960, je l'aurais peut-être quitté si je ne m'étais pas trouvé<br /> dans une section, à Béziers,  qui etait (qui est toujours) restée communiste, ayant conservé les structures révolutionnaires abandonnées au congrès de Martigues, c'est à dire la cellule, les<br /> écoles de formation, la culture de la lutte des classes et les références au marxisme. <br /> <br /> <br />     A ce sujet, je vous indique un rassemblement, une rencontre qui est prévue à Marseille les 6 7 et 8 Juillet, organisée par rouge vif du midi. Je peux vous apporter plus d'infos<br /> si cela vous intéresse.<br /> <br /> <br />  <br />
C
<br /> <br /> Oui Armand, envoie les infos, on est preneurs, je pense que nous sommes ici sur ce blog tout à fait dans le même état d'esprit que le tien.<br /> <br /> <br /> J'apprécie les rouges vifs et je diffuse bien souvent des infos du PCF Béziers dont je me sens proche politiquement et  par le biais de mon camarade papy Mouzeot qui est un sudiste<br /> également.<br /> <br /> <br /> Je vois passer aussi les actualités du réseau "Faire vivre et renforcer le PCF" même si je suis moins active pour diffuser parce que je me concentre beaucoup plus sur la défense des peuples<br /> indigènes et des infos latino-américaines depuis que j'ai la chance d'être au repos !!<br /> <br /> <br /> L'année 1964 de ton adhésion au PCF est mon année de naissance !!<br /> <br /> <br /> J'attends donc de tes nouvelles.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br />            Tout à fait d'accord avec l'intervention "lénine aurait-il voté mélanchon" Ce qui m'interroge sur l'attitude de certains camarades (Il<br /> y en a dans et hors du parti, d'ailleurs nous aurons tous besoin de toutes nos forces pour affronter le congrès dautomne...) qui présentent une candidature à Hénin liétard contre Le pen, ce qui<br /> consiste à affaiblir les forces révolutionnaires face à ce poison.<br />
C
<br /> <br /> Bonjour Armand,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> En effet, tu as raison de citer ce cas de figure qui dans la division donne des forces à l'ennemi en place. D'ailleurs les camarades cocos dans le sud n'ont pas tergiversé pour la plupart et ont<br /> rejoint de suite le FdG parce que justement ils ne souhaitaient pas de divisions et en cela, j'ai toujours respecté leur position.<br /> <br /> <br /> Tu sais, nous avons eu également ce cas de figure pour la candidature pour les présidentielles, je ne crois pas que malgré tout cela ait changé grand chose à la validation de Mélenchon et ce<br /> rassemblement qu'il réalise sur le terrain nous fait mentir mais au moins, nous avons le mérite d'avouer notre erreur. Donc, la candidature de Dang Tran qui certes était utile parce que des<br /> camarades voulaient y voir une option représentative de la lutte de classe, a néanmoins affaiblit les chances du communiste Chassaigne et André Gerin a eu une attitude digne à ce moment-là en se<br /> retirant ce que n'a pas fait Emmanuel. Ce qui est représentatif quand j'y pense à une espèce d'egocentrisme et d'égoïsme dans la lutte puisque, soyons francs, ce qui compte c'est le rassemblement<br /> pour le peuple et pour changer de politique non ?<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Merci de ta visite camarade<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Amitiés<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Notre ami Alain conteste mon affirmation sur un appel à la grève générale, pourtant je persiste et je signe :  Le 1er mai,  il n'y a pas eu d'appel à la grève générale, mais une manif à<br /> l'appel de la CGT soutenue par le PCF et le PSU.<br /> <br /> <br /> Le 13 mai, appel à UNE JOURNEE de grève générale (ce qui n'est pas LA grève générale avec occupation d'usines) par la CGT, la CFDT et la FEN à laquelle<br /> se sont associées FO et la CGC.<br /> <br /> <br /> Le 15 mai, occupation de Renault Cléon.<br /> <br /> <br /> Le 16 mai, occupation de Renault Flins et Billancourt<br /> <br /> <br /> Le 20 mai, appel du SGEN CFDT pour une grève illimitée<br /> <br /> <br /> Le 22  mai, la FEN appelle a cesser le travail <br /> <br /> <br /> Voila un extrait de la chronologie des évènements,  relevé sur le site de la CGT www.mai-68.fr et je n'y vois aucun appel à une grève générale illimitée de sa part.   Seul, le<br /> SGEN CFDT l'a fait pour les enseignants le 20 mai.<br /> <br /> <br /> En fait, et c'est ce que j'entendais, il ne s'agissait pas d'une grève enclenchée suite à "un ordre syndical" mais, suite à la journée d'action des confédés, dans chaque usine à<br /> l'initiative de la base, des grèves avec occupation ont été décidées (grâce à l'action syndicale menée depuis des années).<br /> <br /> <br /> Il n'y a pas eu d'appel à une grève générale illimitée, pas plus qu'il n'y a eu d'appel à la reprise du travail, celle-ci ayant été décidée au coup par coup dans chaque usine.<br /> <br /> <br /> Fraternellement<br /> <br /> <br />  <br />
C
<br /> <br /> Merci Serge pour ces précisions qui ont leur importance. J'étais bien incapable de le faire, j'ai fait mai 68 dans la rue aves des pavés en mousse, j'essayais de les ranger pour faire un puzzle<br /> !!<br /> <br /> <br /> Bonne soirée<br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br />   Bonsoir a tous , je ne<br /> peu laisser dire et transformé l’histoire , de par l’éditorial de notre camarade  serge des<br /> bois                         <br /> <br /> <br />  lecture : <br /> (En 1968, il n’y a jamais eu d’appel à la grève générale d’aucun syndicat. )<br /> <br /> <br />  Je m’insurge contre une telle désinformation ! Il y eu<br /> bien un appel a la grève générale lancée le 1 mai 1968…Vouloir laisser dire le contraire et un mensonge, ou un oubli volontaire<br /> <br /> <br /> Non a Mélenchon ! Oui au PCF , votons utile pour ne pas<br /> revivre un 21 avril 2002...Mélanchon se vendra des le 22 avril au soir...Le pcf a fait une erreur en fesant confiance a ce tribun de foire<br /> <br /> <br /> Bise a toi caroléonne<br /> <br /> <br /> Fraternellement a tous <br />
S
<br /> Aucune ambiguïté, je suis d'accord. Alors parlons clairement : si l'on affirme "tout sauf Sarko", cela veut bien dire : il faut voter pour quelqu'un d'autre ...<br /> <br /> <br /> Mais, ne pas voter ce n'est pas "tout sauf Sarko", c'est, entre autre,  "je ne choisis pas entre la peste et le choléra".  Donc, cela implique un choix par défaut, certes, mais un<br /> choix.<br /> <br /> <br /> Alors, pourquoi ne pas dire clairement LEQUEL et POURQUOI !<br /> <br /> <br /> Envoyer une lettre à Mélenchon, bien, pourquoi pas ? Mais dans quel but ? Est-ce le contenu de sa réponse qui déterminera un appel en sa faveur ?              <br />       Je considérerais cela comme une manoeuvre dilatoire.<br /> <br /> <br /> En effet, nous connaissons parfaitement la position de Mélenchon sur la question que Diablo répercute.<br /> <br /> <br /> Mélenchon considère, il l'a dit et redit, que la France a les moyens d'imposer une révision des traités européens qui seront nécessairement un obstacle à sa politique. La France étant le 2ème<br /> contributeur au budget européen, cela lui donne incontestablement un poids dont ont refusé de se servir les divers gouvernements, tant de droite que de gauche, qui se sont systématiquement pliés<br /> au desiderata de Bruxelles.<br /> <br /> <br /> Si, et c'est mon cas, on considère qu'il se trompe, disons-le clairement et attendons que les faits nous donnent raison (pour cela, bien sûr, il faut que Mélenchon soit élu !!!), cela donnera de<br /> la crédibilité à nos analyses.<br /> <br /> <br /> Mais, pour y arriver, il faut peser de tout notre poids pour que Mélenchon obtienne le plus de voix possible. C'est la position que je défends. <br /> <br /> <br /> <br /> Ce n'est pas Mélenchon qui m'importe. C'est, encore une fois, que le courant qu'il représente (en partie) reste visible dans le champ électoral, pour s'en servir et aller plus loin.<br /> <br /> <br /> Mais si on veut que les choses se fassent dans la clarté nous devons, sans faux fuyants, mettre sur la table tous les éléments du débat, ceux qui nous posent problème aussi, et je dirais même,<br /> SURTOUT.<br /> <br /> <br /> Il n'y a aucun déshonneur, ni aucun reniement à dire "je vote FdG parce que dans la situation actuelle je n'ai pas d'autre choix".<br /> <br /> <br /> Dire ce qu'on fait et faire ce qu'on dit, pourquoi on le fait et pourquoi on le dit. <br /> <br /> <br /> Fraternellement<br />
C
<br /> <br /> Bonsoir Serge,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Le débat est toujours ouvert.....<br /> <br /> <br /> Et j'aime bien ta formule finale qui est celle qu'utilise mon camarade Marc Jammet, élu communiste d'opposition à la mairie de Mantes la jolie.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Merci pour cette réflexion.....<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caro<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> A propos d'une réunion du PRCF :<br /> <br /> <br /> A la réunion à laquelle j'ai participé, le camarade qui introduisait la discussion est membre de la direction nationale du PRCF et il a rapporté, en substance, la teneur de la discussion du<br /> comité national du PRCF sur la présidentielle. Ainsi, si j'ai bien compris, pour cette association de communistes :"Le pire serait la réélection de Sarkozy", il reste qu'à ce jour aucun appel à<br /> voter n'a été publié et il semble que le PRCF s'oriente plutot  vers la rédaction d'une lettre ouverte à Mélenchon l'interpellant sur la question des moyens à mettre en oeuvre pour<br /> faire une politique progressiste, impossible dans le cadre actuel de l'U.E. et de l'euro.<br /> <br /> <br /> Je ne suis pas membre du PRCF mais j'y ai de solides amitiés. A dire vrai, je ne perçois pas chez mes camarades une démarche "pure et dure" (en clair sectaire). D'ailleurs, je ne suis pas certain<br /> qu'ils auront tous la même démarche le jour du vote 1er et second tour.<br /> <br /> <br /> Tous les points de vue s'entendent sans animosité et c'est bien ainsi<br /> <br /> <br /> Je tenais à faire cette précision pour éviter toute caricature de la position de ce groupe qui, j'en conviens tout à fait, n'est pas sans défaut !<br /> <br /> <br /> Salut et fraternité.    <br /> <br /> <br />  <br />
C
<br /> <br /> Merci Diablo pour ces explications qui ne manqueront pas d'intéresser nos camarades.<br /> <br /> <br /> Il n'y avait aucune ambiguité de mon côté et je pense qu'il convient en toute chose d'analyser les propositions en se basant sur la realité du terrain et du moment, en adaptant du mieux que l'on<br /> peux les enseignements marxistes, ce qui certes n'est pas évident.<br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> C'est avec bonheur que j'observe qu'un débat peut s'instaurer loyalement ici ...<br /> <br /> <br /> Pour le poursuivre, je voudrais préciser une ou deux idées commentées par les autres camarades qui sont intervenus.<br /> <br /> <br /> Sur le terme "gauchiste", il définit ceux qui, à l'époque et aujourd'hui encore, étaient  plus prompts à taper sur le PCF que sur l'ennemi de classe, à savoir les Cohn-Bendit, July,<br /> Kouchner, etc ...<br /> <br /> <br /> Pour ce qui est du vote FdG, je ne fais que proposer de l'utiliser comme tremplin afin de redonner un peu d'espoir et d'envie de militer à ceux qui n'en avaient plus.<br /> <br /> <br /> J'entends et je partage toutes les méfiances concernant le candidat, mais je cherche quel moyen s'offre à nous (militants révolutionnaires) pour rester partie prenante dans le jeu politique, et<br /> c'est le seul qui me semble, à court terme, permettre une avancée.<br /> <br /> <br /> Comme le dit Diablo, seules les luttes ouvrières ont permis et permettront des conquêtes.  En 1936, ce n'est pas le gouvernement mais les grèves qui ont fait évoluer la condition ouvrière,<br /> et en 1968, avec un gouvernement de droite, l'évolution du droit syndical dans l'entreprise ( reconnaissance du droit à l'expression du syndicat) fut une avancée considérable,  pour ne<br /> prendre que ces deux exemples.<br /> <br /> <br /> Alors, restent les "purs et durs" du marxisme-léninisme qui ne s'abaisseraient jamais à un tel compromis. Là, je souris ... Je les renvoie aux écrits d'un certain LENINE : "renoncer d'avance à<br /> passer des accords et des compromis avec des alliés possibles (fussent-ils temporaires, peu sûrs, chancelants, conditionnels), n'est ce pas d'un ridicule achevé ..."   "Car enfin, il n'est<br /> pas possible d'ignorer que toute l'histoire du bolchévisme, avant et après la révolution d'octobre, abonde en exemples de louvoiement, d'entente et de compromis avec les autres<br /> partis sans en excepter les partis bourgeois ...".<br /> <br /> <br /> (Lénine, oeuvres choisies, Moscou 1947, tome II, pages 715 à 756).<br /> <br /> <br /> Il est facile de se draper dans sa "conscience de classe" et de dire "la révolution ou rien". Mais alors, il faut assumer le fait de permettre l'élection de la droite et de l'extrême droite, et<br /> oser dire que cela ne nous concerne pas.<br /> <br /> <br /> Dernier point, mettre un signe d'égalité entre le PS et l'UMP est perçu comme ridicule par la majorité des électeurs de ce pays, rendant inaudible par elle l'ensemble des autres arguments que<br /> nous pouvons développer, quelle que soit leur pertinence.  La position du rapporteur du PRCF citée par Diablo va de facto dans ce sens puisqu'il affirme "tout sauf Sarko" (j'exclus le Pen<br /> bien entendu).<br /> <br /> <br /> La retraite à 60 ans, les 35 heures, l'abolition de la peine de mort ... ce fut le résultat d'un compromis qui, malheureusement, n'a pu être mené à son terme faute d'un mouvement populaire.<br /> <br /> <br /> Fraternellement.<br />
C
<br /> Bonjour Diablo,<br /> <br /> <br /> Je recommence pour la troisième fois ma réponse, je bricole ce matin.<br /> <br /> <br /> Je te remercie de ta confiance et de venir nous exprimer ainsi tes réflexions à propos de cette campagne et de la nécessité de ne pas laisser accéder le nain au second tour, de tout faire pour<br /> contrer la marine et aussi ne pas tomber dans la bipolarisation. Ensuite, il existe d'autres alternatives à la gauche du PS et je ne prendrais pas parti, le fait de rester neutre et de ne pas<br /> faire de campagne sur mon blog permet justement l'expression de chacun en toute liberté et je m'en réjouis.<br /> <br /> <br /> Merci encore<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Amicalement<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br />
P
<br /> Bonjour Caroleone,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je voudrais intervenir sur un terme qui me repugne et qui a été employé avec beaucoup de cynisme par notre camarade Serge. J'ai bien compris l'ironie de notre camarade, ce n'est donc pas à lui<br /> que je m'adresse via ce commentaire mais à l'ensemble de tes lecteurs.<br /> <br /> <br /> Ce sont ces "gauchistes", terme péjoratif inventé par les partis bourgeois, qui au début du 20è siècle ont dénoncé et se sont battus contre l'exploitation du travail des enfants dans notre pays.<br /> Oui, la France n'a rien à envier à la Chine, et ce sont ces forces "gauchistes" qui ont pu faire abolir l'esclavage de nos enfants. Quand cette revendication est tombée elle faisait le "buzz" de<br /> l'époque mais ne recueillait recueilait que 2 à 3% de soutien officiel. Il en a été de même pour toutes les grandes revendications sociales de notre histoire. Si aujourd'hui nous pouvons nous<br /> respecter en tant qu'être humain, à qui le devons-nous ?<br /> <br /> <br /> Qui a toujours considéré le peuple comme des serfs et s'emploie à nous remettre les chaînes que les communistes avaient brisées ?<br /> <br /> <br /> Qui s'acharne à détruire le système social et humaniste construit par les communistes et les authentiques socialistes d'avant le PS ?<br /> <br /> <br /> Des droitistes me direz-vous ?<br /> <br /> <br /> Ne cherchez plus, ils agissent aujourd'hui à visage découvert, ce sont les mêmes qui ont orchestrés le colonialisme depuis toujours et qui dirigent le monde de la finance.<br /> <br /> <br /> La "droite" n'est qu'un vulgaire outil de leur propagande immonde et cruelle.<br /> <br /> <br /> Pour mémoire quels ont été les premiers à défendre leurs idéaux anti-militaristes ?<br /> <br /> <br /> Ceux qui n'ont pas encore compris que le communisme français actuel rime avec respect, honneur, considération de l'humain, partage, amour, liberté, égalité, pacifisme, etc... devraient y<br /> réfléchir. Le communisme français du troisième millénaire et non pas le PCF déclinant de Pierre Laurent, n'a pas le visage stalisniste que certains aiment souvent à nous rappeler, il ne doit plus<br /> faire peur. Ce sont dans ces valeurs que je me retrouve pleinement et que je crois encore qu'il est possible de construire un monde meilleur pour tous.<br /> <br /> <br /> Ce que dit notre camarade Serge est très réfléchit cependant je ne peux que déplorer la mort d'un parti historique décapité par un "socialiste" du nom de Mitterrand.<br /> <br /> <br /> Je ne suis pas convaincu que Mélenchon ait viré sa cuti aussi facilement, pour moi, il est et restera un socialiste, un de ceux qui ont contribué au déclin des forces du PCF pour pouvoir mieux<br /> s'en accaparer.<br /> <br /> <br /> Mon cœur n'est pas à gauche, il est profondemment communiste et je ne me soummetrais pas aux diktats d'un parti dans lequel je ne me reconnais pas.<br /> <br /> <br /> Ceci n'est que ma pensée personnelle et n'est pas une conduite à suivre, chacun peut encore croire qu'il est "libre" de faire son choix, ce qui en réalité n'est qu'illusoire car l'histoire nous<br /> démontre que les grandes victoires s'obtiennent dans la rue et non dans les urnes.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Fraternellement,<br /> Le Papy <br />
C
<br /> <br /> Bonjour papy,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je te remercie pour les références historiques que tu nous rappelles énergiquement, te lire me redonne un coup de fouet habillé d'une faucille et d'un marteau, ces chers symboles rangés dans la<br /> placard avec nos idéaux et tous les intervenants sont d'accord avec nous à se sujet.<br /> <br /> <br /> Pour autant, le magnifique travail militant effectué par nos ancêtres est à nouveau galvaudé par manque de combattants de terrain et comme tu cites le phénomène de l'exploitation des enfants, il<br /> existe malheureusement encore en France, certainement dans ses pires formes ( sexuelle) et je crains qu'il ne soit présent dans d'autres pays d'Europe. C'est l'une des conséquences entre autre de<br /> la disparition des partis communistes, tout comme la résurgence de pestes brunes qui ont à présent la place libre.<br /> <br /> <br /> N'oublions donc pas où se situent nos combats et c'est vrai que dans les candidatures proposées, il faut bien se résoudre à admettre que les derniers cocos sont au FDG même s'ils sont la plupart<br /> réformistes.<br /> <br /> <br /> Merci de tes réflexions<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> Le point de vue de Serge des Bois peut tout à fait s'entendre. Dans l'entreprise dans laquelle je travaille plusieurs jeunes salariés (pas très politisés à priori) m'ont dit avoir vu Mélenchon<br /> sur France 2 et vouloir voter pour lui. Dans mon entourage familial également l'idée de "voter Mélenchon pour redonner espoir et courage fait son chemin". Par ailleurs, j'ai participé récemment à<br /> une réunion du PRCF où le rapporteur disait le point de vue de son organisation : "Le pire serait que Sarkozy soit réélu".<br /> <br /> <br /> Pour ma part, je n'ai aucune illusion sur les institutions de la Vème République et suis convaincu que, comme le prouvent l'histoire du mouvement ouvrier, ce sont les luttes qui permettent de<br /> changer la vie et que les élections ne sont qu'un moment de cette lutte, un moment seulement.<br /> <br /> <br /> Je suis, pour tout dire, défavorable à l'élection du Président de la République à suffrage universel.<br /> <br /> <br /> Il reste que, dans la situation actuelle, retracée par Serge des Bois, je n'exclu pas d'utiliser, sans enthousiasme, le bulletin de vote "Mélenchon" que je trouve, il est vrai peu clair sur la<br /> question de l'U.E. et de l'euro et dont le projet de SMIC européen me semble illusoire sans, par ailleurs, parler de son point de vue sur le nucléaire.<br /> <br /> <br /> Néanmoins, en l'absence de candidat communiste (j'ai toute ma vie voté communiste) je ne vois pas quelle autre option je pourrai prendre à moins d'acheter une carte de pêche!<br /> <br /> <br /> Salut et fraternité<br />