L'âge de l'espérance

Publié le 4 Février 2013

 

 

Guayasamin-202.jpg

 

 

 

 

Quand a cheminé sur les rails avec force

Le train qui porte l’âge de la colère

Avec ses poings ses nœuds ses amorces

Ses cris ses rages ses actions volontaires

 

Quand dans notre vie s’est écoulée

L’âge de la tendresse au miel de velours

Son énergie en nous gravée et enserrée

Offrant le désir de continuer le parcours

 

Arrive naturellement le temps d’espérer

Espérer c’est compter sans économie

Sur la confiance en la vie qui nous a préservés

Se laisser couler sur des rives épanouies

 

L’espérance est attente en un monde

Qui de meilleur aura les atouts futurs

Rêver de jolies choses porteuses rondes

D’une fin de roman à la saine allure

 

Espérer c’est conjuguer le mot espoir

En le faisant rimer d’humour et de joie

Le décliner de propos sans crainte dérisoire

Comme ce petit poème banal et sans voix :

 

Espoir comme……( ICI)

 

 

Carole Radureau (04/02/2013)

 

 

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

 

 

 

L'inspiration du thème et la peinture d'Oswaldo Guayasamin, une source originale d'espérance en les luttes de demain . En savoir plus sur lui  ICI .

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article