JDD: Paroles de femmes lance un grand sondage IFOP : "ce que veulent les femmes"

Publié le 30 Novembre 2011

 A l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes, l’association Paroles de femmes publie un grand sondage IFOP intitulé « Ce que veulent les femmes » dans le JDD :


« Nous avons souhaité mettre en évidence les enjeux prioritaires des femmes françaises d’aujourd’hui afin de montrer que la situation actuelle était grave tant  en matière de violences qu’en matière d’inégalités salariales. Et la précarité est malheureusement le résultat de ces inégalités. Alors nous pensons qu’il est temps d’alerter les pouvoirs publics et de tirer la sonnette d’alarme. La cause des femmes n’est pas un simple gadget politique en vue des Présidentielles mais une politique publique majeure, un enjeu national qui mérite une profonde réflexion et un arsenal de propositions afin de renouveler les politiques menées jusqu’à présent en la matière ! Le viol et le meurtre de la jeune Agnès montre la gravité de la situation et prouve qu’il est nécessaire aujourd’hui de mener une campagne nationale de prévention contre les violences dans les Etablissements scolaires » a expliqué Olivia Cattan, Présidente de l’association Paroles de femmes interviewée par le JDD.


 Depuis sa création, Paroles de femmes a fait de nombreuses propositions consignées dans le Pacte féminin pour l’égalité en 2007 sur l’égalité salariale, les violences faites aux femmes, la précarité,  le logement pour les femmes précaires et victimes de violences, le handicap. Nous voulions confronter de façon générale la réalité des besoins des femmes d’aujourd’hui avec le travail des associations féministes. Mais nous voulions également interroger les femmes sur leur rapport aux religions et à la laïcité, sur la création d’un Ministère et surtout sur la personnalisation politique du combat féministe.


 Et les résultats de ce sondage sont probants, sur 1000 femmes interrogées, deux grandes priorités se détachent : L’égalité salariale avec à la clef des sanctions immédiates et plus fermes et une meilleure prise en charge des violences, allant de la prévention aux condamnations.


 -         La première priorité des femmes concerne l’égalité salariale à 84%. Tout âge confondu et quelque soit leur situation familiale et leurs situations géographiques.


-         La seconde priorité concerne la création des lieux d’accueil pour les femmes précaires ou victimes de violences à 73%.


-         La troisième priorité étant la création d’une aide spécifique pour les femmes ayant un enfant handicapé à 71%.


-         Le changement de mots discriminatoires comme Mademoiselle, droits de l’homme…arrive à 10% seulement.

 

L’application immédiate des sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale reste la mesure phare partagée par toutes les générations à 92% afin de lutter contre les inégalités et la précarité.


  Les chiffres concernant le harcèlement, les violences conjugales, les agressions sexuelles et le viol sont accablants :


 -         43% des femmes ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes de harcèlement avec peu de différences entre les diverses situations familiale (Pacsées, mariées…) et les milieux socio-professionnels (professions libérales, employée, ouvrières). 26% ont été elles-mêmes victimes.


 -       43% femmes ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes de violences conjugales. 13% ont été elles-mêmes victimes.


 -         24% ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes d’agression sexuelle toutes tranches d’âge confondues. 12% ont été elles-mêmes victimes.


 -         18% ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes de viol avec une hausse pour la tranche d’âge de 18 à 34 ans (20%) et les professions libérales et cadres supérieure à 23%. 5% ont été elles-mêmes victimes.


     De façon générale, les mesures jugées les plus efficaces afin de lutter contre les violences dans leur ensemble concernent la Justice.


 - 70% des femmes estiment qu’appliquer des peines exemplaires contre les auteurs de ces crimes, sans remise de peine pour bonne conduite, seraient une mesure prioritaire pour lutter contre les violences.


- 42% estiment qu’un allongement du délai de prescription des agressions sexuelles de 3 à 10 ans serait la seconde mesure phare.


- 30% d’entre elles estiment que la mise à disposition de logements prioritaires combinée à des programmes de prévention (26%) renforcerait l’arsenal de mesures de lutte contre les violences faites aux femmes.


- 1% seulement pensent que les manifestations sont utiles.


 D’autres résultats ressortent de ce sondage :

 


 -         Pour 56% des femmes, le féminisme est un combat d’aujourd’hui non d’arrière garde (11%).


-         Pour 59% des femmes, la création d’un Ministère spécifique aux droits des femmes est utile contre 41% qui le jugent inutile.


-         Pour 53% des femmes, la France est un pays sexiste où la parole des femmes ne vaut pas celles des hommes.


 Concernant les trois religions monothéistes et la laïcité.


 -         57% des femmes considèrent que les religions soumettent les femmes.


-         66% d’entre elles pensent que la laïcité est un facteur d’émancipation des femmes.


 Même si 91% des femmes pensent qu’une femme puisse un jour être élue Président de la République, ce qui est accablant est de voir que pour les femmes interrogées, peu d’hommes et de femmes politiques semblent être à l’écoute en matière de droit des femmes puisque 31% de femmes interrogées ne savent pas ou ne se prononcent pas.


 -         Simone Veil arrive toujours en tête avec 15% avec une hausse (22%)pour la tranche d’âge des 65 ans et plus .


-         Martine Aubry arrive à 9% suivie de Ségolène Royal à 7%.


-         Nicolas Sarkozy arrive à 3% avec une hausse (8%) pour la tranche d’âge des 65 ans accompagné par Marine Le Pen ( 3%°) qui touche davantage les 35-49 ans (5%).


-         François Hollande arrive à (1%) avec Rama Yade, Christine Boutin, Elisabeth Badinter, Eva Joly ou encore Rachida Dati.


 En s’appuyant sur ce sondage, Paroles de femmes lancera avec  les Mariannes de la diversité, en janvier prochain : « Le Tour de France des femmes », une série de débats participatifs dans les grandes villes de France, Dom Tom et zones rurales comprises où nous inviterons des femmes de tous milieux socioprofessionnels afin de recueillir d’une part toutes les problématiques que rencontrent ces femmes et d’autre part de travailler ensemble sur une série de mesures qui répondront au mieux aux besoins quotidiens des femmes.

 Ces mesures seront remises aux différents candidats à la Présidentielle afin que la cause des femmes ne soit pas l’otage d’un seul parti politique mais l’enjeu de tous.

 

 

PAROLES DE FEMMES

 

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #Libre pensée et laïcité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


C


Voici quelques réflexions que j’ai notées au vol hier lors du café laïque.


 


Tout d’abord, j’ai découvert grâce à la philosophe qui présentait le sujet le nom de Véra Starkoff, une féministe anarchiste d’avant-garde et je me renseigne à son sujet car j’ai remarqué qu’il
n’y avait pas d’article de wiki à son sujet : c’est très intéressant, si tu la connais, dis-le moi.


 


-          Les religions ont toujours veillé à maintenir l’ordre social établi autour de la place de la famille, cette
domination judéo-chrétienne, on ne s’en débarrassera pas uniquement avec une loi


-          Les lois sur la parité sont faites uniquement pour donner bonne conscience


-          Après mai 68, des avancées ont eu lieu histoire d’acheter la paix, mais elles n’ont pas été poursuivies dans tous
les domaines, il aurait peut-être fallu continuer de combattre à la suite


-          Parité au travail, une loi existe à ce sujet mais elle n’est jamais appliquée


J’ai retrouvé la date de ce texte de loi, 23 mars 2006


-          Le combat pour les revendications d’égalité salariales n’aboutira que si le bénéfice soit pour tout le monde.
Explication : dans un couple, chacun gagne à ce que la femme soit mieux rémunérée, cela n’est qu’un avantage pour le bien être familial, d’où intérêt de porter les revendications aussi bien
par les femmes que par les hommes.


 


 


http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/texte-vote/loi-du-23-mars-2006-relative-egalite-salariale-entre-femmes-hommes.html#


 


-          La parité homme/femme est bien souvent mise en place uniquement lorsqu’il est question de politique pour
constituer les listes électorales, c’est une belle utopie


-          Pour un intervenant, revendiquer la parité homme/femme ou plutôt femme/homme, en se basant sur le principe laïc
équivaut à enfermer chacun dans son domaine privé. En considérant que la laïcité renvoie les religions dans le domaine privé, ce qui en soit n’est pas contraire au communautarisme, on peut
craindre que la parité cantonne également chacun chez soit.


-          Certains pays qui ne sont pas laïcs arrivent néanmoins à avoir un concept de parité, par exemple les pays du
nord, certainement y a-t-il une différence à voir entre les religions, le protestantisme étant peut-être plus tolérant à l’égard des femmes.


-          Les pays arabes : la question du voile vue par une musulmane : la femme est enfermée dans un
système où elle ne doit pas révéler sa féminité, elle la cache donc derrière des voiles. Mais elle profite également de celui-ci pour avancer ‘voilée ‘.


-          Un intervenant précise que les hommes font état d’un machisme latent, même lui dit combattre cela dans son
tempérament. Il dit qu’il a également dénoté certains traits camouflés de machisme chez les intervenants masculins ! Ce sont malheureusement des siècles de tradition patriarcale qui ont
enfermé la femme dans les tâches domestiques et qui a été exploité par les religions qui sont encore présentes chez nous. Ce sont les femmes qui élèvent les garçons, à elles de changer la donne.


-          Pourquoi les femmes n’arrivent-elles pas à faire valoir leurs droits ? Parce que les hommes veulent garder
le pouvoir pour préserver l’héritage par le biais des enfants et ce depuis de début des temps. En éliminant les femmes, on élimine déjà la moitié des candidats potentiels au pouvoir.


-          Légalement la femme est l’égale de l’homme, en vérité elle l’est à 45 %


-          Rappel sur quelques civilisations indigènes dans le monde non soumises aux religions théistes qui vivnet avec des
principes de liberté et de parité, partage des tâches mais par contre, chacun vit de son côté et ne se rencontre que pour la reproduction.


-          Les droits des femmes pour une intervenante doivent passer déjà par un combat intérieur.


-          Pour un autre, seules les femmes devront se battre pour leurs droits, les hommes doivent être derrière, les
suivre et les accompagner.


-          Pour une femme, cette idée de combat et de lutte n’est pas la bonne, elle est trop « révolutionnaire »
et non porteuse d’espoir !


-          A été abordé le sujet de l’excision, des personnes connaissant ce problème : cet acte est effectué
essentiellement par des femmes sur des fillettes, ce ne peuvent donc être qu’elles qui pourraient faire cesser ce problème. Quelqu’un dit que les hommes n’ont rien à voir dans ce système ou du
moins pas directement0


-          Réponse de Natalia : les filles non excisées sont directement exclues des sociétés, ne peuvent pas se marier
et restent isolées d’où la pérennité de ces pratiques.


 


Les deux heures ne suffisent pas à tout mettre sur la table, une intervenante propose de remettre le couvercle pour la prochaine séance e janvier mais elle ne connait pas trop les principes du
café laïc. Elle aurait du à mon avis proposer directement de continuer sur le thème de la parité dans le monde du travail, c’est vrai ce n’est plus un thème laïc mais comme chacun vote pour les
sujets proposés….


Voilà, tant de choses à connaître et à découvrir à travers ce thème !


J’espère que tu profiteras également de mes notes et j’attends ton avis éclairé.


 


Bises


 


caro


 



S

Bonjour Caro,


Dommage que nos bois soient si loin de Mantes, j'aurais bien aimé participer au débat ! Cela dit, juste une petite réflexion sur le thème.


Je crois profondément qu'en effet, la parité homme/femme implique nécessairement la laïcité.


Sans prétendre être grand "connaisseur" des religions, ce que j'en sais pour les 3 principales sous nos latitudes, c'est que la place de la femme y est clairement définie par rapport à celle de
l'homme. Ce qui sous-entend clairement qu'elle a, du point de vue divin, un rôle spécifique à jouer. Elle est caractérisée par ce qu'elle doit apporter à l'homme, on peut presque dire sans
grossir le trait que, sans l'homme, la femme n'a aucun "sens" !!!


C'est explicitement dit par l'apôtre Paul dans l'épître aux Ephésiens (5-21-33) :


"Femmes soyez soumises à vos maris comme au seigneur car le mari est le chef de la femme, comme le Christ est le chef de l'église .........    Or, de même que l'église est soumise
au Christ, les femmes doivent être soumises à leurs maris en toutes choses".


Qu'en termes galants, ces choses-là sont dites !!!


Pour la religion musulmane, j'ai trouvé cette explication dont je pense tu savoureras tout le sel :


"la religion musulmane a été une chance pour la femme car avant elle, les populations arabes enterraient vivantes les filles à leur naissance, ce que l'islam  a interdit".


Reconnaissons volontiers que c'est une grande avancée, mais si c'est le seul point à mettre en avant pour expliquer en quoi l'islam n'est pas défavorable aux femmes, il y a encore du progrès à
faire.


Sérieusement, dans cette religion aussi, le rôle de la femme est défini par rapport à son mari. Elle doit l'exonérer des problèmes de la maison, ce qui implicitement lui impose d'y rester ...


La religion juive dans la tradition majoritaire lui interdit le plus noble des travails, l'étude de la Torah, entre autre.


Encore une fois, je ne prétends pas être en capacité d'éclairer les arcanes des religions sur le rôle et les droits de la femme, mais ce que j'en connais, ce que j'en vois comme application dans
différentes parties du monde où existent des religions d'Etat, me conforte dans l'idée que, seule une approche laïque de la société permet à chacun des individus qui la compose, femme ou homme,
d'y trouver la place qu'il mérite en rapport avec ses capacités, sans pré-déterminisme d'aucune sorte.


Amitiés


 
C


Bonsoir Serge,


 


Je suis d'accord à 200 % avec toi aussi à ce sujet, tu t'en doutes bien et quand je lis ton passage de l'islam qui est révoltant, cela ne me surprend pas. Pour les religions, les femmes sont
inférieures et sont les cibles depuis des siècles, l'église et le capital n'en veulent pas de la parité. Quand tu entends les discours de la droite et de l'extrême droite à propos de la place de
la femme, c'est un retour en arrière important et c'est un discours qui va pile poil avec la religion.


Alors samedi, je doute que nous ayons de nombreux contradicteurs parce que même si nous venons d'organisations différentes, nous sommes tous des laïcs convaincus .


J'entends de mon côté mon combat "féministe" au sein de mon association de libres penseurs et je comprend réellement ce combat qu'en tant que laïque, ce pourquoi l'association paroles de femmes
m'a paru moins portée sur les extrêmes comme c'est le cas pour d'autres groupes féministes.


Je le répète, mon engagement est un engagement humaniste, il ne fait pas de différence entre la femme l'homme et l'enfant.


Pour autant je rejoins certaines causes "nobles" importantes à mes yeux en matière de parité et surtout pour dénoncer les abus, les dérives sectaires etc.....


Les religions enferment la femme c'est une évidence même...de toute façon, les religieux sont pour la majeure partie des hommes, alors comment pourrait-il en être autrement ?


J'aurais bien aimé également partager avec toi ce moment laïc et philosophique...ça fait du bien de temps en temps d'entendre des discours intellectuels et savants, ça nous change de toute la
soupe que l'on entend dans les médias carpettes


 


Bises


 


caro



S

Bonjour Caro,


Si un homme a le droit d'apporter son grain de sel .....    je vais donner mon avis concernant l'égalité
salariale, et dire combien je partage cette idée car, dans mon autre vie de responsable syndical d'une usine à majorité féminine, j'ai souvent eu à me battre pour faire avancer le problème.


A l'époque, nous disions "à travail égal, salaire égal".  Force est de reconnaître qu'aujourd'hui les méthodes de "management" ont profondément modifié la donne, rendant impossible la
comparaison de salaire homme/femme.


Je m'explique :


Dans les grandes entreprises, le salaire est composé d'une part fixe liée à la qualification, et d'une part variable liée aux compétences supposées propres à chaque individu. C'est
l'individualisation du salaire ou salaire au mérite !!!


Cette tendance, que le patronat entend étendre à tous les salaires, a pour but d'empêcher toute comparaison puisque chacun est unique !!!  Donc, on peut, dans les statistiques, considérer
que, la part fixe étant la même pour tous, la disparité homme/femme a disparu. La part variable permettant, elle, de maintenir cette différence car, les critères personnels (l'absentéisme, la
disponibilité, la docilité entre autres) sont pris en compte et l'on sait que, pour le patronat, une femme est "moins fiable" qu'un homme (grossesses, enfants malades ...).


Diviser pour régner a toujours été une des ficelles utilisées par le capital pour maintenir sa domination. L'opposition homme/femme qu'il entretient doit être combattue sans relâche.


De quoi, effectivement, interpeller les candidats se réclamant de gauche.


Pour terminer, je voudrais revenir sur la dernière phrase de l'article de "Paroles de femmes" où le mot "otage" me parait très exagéré. Trop de camarades ou d'innocents ont payé de leur vie le
fait d'avoir été otages.  Je ne vois pas en quoi la cause des femmes pourrait être l'otage des partis politiques ! Pas plus que les usagers du métro ou de la SNCF ne sont pris en otage lors
d'une grève. De grâce, cessons de galvauder des mots qui recouvrent des situations dramatiques sans aucun rapport avec le sujet dont on parle ...


Amitiés.


 
C


Tu fais bien de le préciser Serge au sujet du mot "OTAGE", tu vois, cela ne m'avait pas choquée !!


L'égalité homme/femme au travail est un véritable sujet électoral je pense, c'est tellement injuste quand on pense aux doubles journées que ces dernières font avec une vie de famille à gérer.
Surtout les femmes seules, c'est très difficile, alors, si en plus, il y a une ségrégation salariale pour X prétextes, il y a de quoi réagir et c'est bien que les sondages pour une fois servent à
mettre ceci en avant.


Tu sais, à la crèche BABY LOUP de Chanteloup les vignes, crèche associative privée gérée par des femmes, dont la directrice est la dynamique Natalia Baleato, eh bien, il existe un principe qui
ferait bien d'être mis en place dans d'autres sociétés : c'est tout simple, quand les petits bouts sont malades, elles appellent prioritairement le père au lieu d'appeler la mère comme cela se
fait traditionnellement, ce qui est comme tu l'a dit pénalisant à force pour ses dernières.


C'est une façon de démontrer la solidarité des valeurs féminines dont Natalia est fièrement porteuse, je trouve que cela mérite d'être cité. Dans un couple, quand les deux travaillent, on partage
les tâches et les contraintes, c'est ça l'égalité. C'est différent dans les couples où la femme ne travaille pas et élève ses enfants évidemment.


 


Tu vas avoir droit à la primeur de l'affiche de notre prochain café laïque de samedi, tu vas constater que le thème est un peu assorti à notre discussion :


 





 


J'aurais l'occasion de revoir Natalia et nous venons en force, nous les femmes pour l'occasion, même moi , je vais faire une entorse à mon hivernage pour le coup !!


Si  des choses intéressantes ressortent, je t'en ferais part, ça va voler haut avec les sociologues et philosophes, gare aux arguments !! Je vais écouter et me taire pour le coup, je n'ai
pas la répartie avec ces groupes là !!


Bises et merci encore pour ta participation.


 


Caro