Incroyable ! La CIA considère comme « terroristes » ceux qui ont combattu Pinochet les armes à la main

Publié le 31 Octobre 2010

Correo del Orinoco
 

25 Octobre 2010 - Victor Toro, un des fondateurs du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR) au Chili, vit aux Etats-Unis depuis 25 ans, où il est arrivé en raison de la persécution et du massacre des militants de gauche qui avaient lieu dans tout son pays durant la dictature d’Augusto Pinochet (1973 - 1990).

Comme 20 millions de personnes aux États-Unis, Toro est un immigrant illégal, et il est persécuté pour cette raison par la Police de l’Immigration, qui tente de le déporter depuis 2007.

 

« Je suis arrivé aux USA en m’échappant, en tentant de me cacher de l’"Opération Condor". Je ne suis pas venu par goût ou par désir, mais parce que je n’avais d’autre choix que de vivre comme un « sans-papiers », soutient Toro en communication avec La Radio del Sur.

Cependant, sa condition de sans-papiers n’est pas la seule source de problèmes pour cet immigrant forcé, qui affronte déjà la justice à cause de cela.

 

Les autorités des États-Unis qualifient Toro de "terroriste" en raison de son appartenance au MIR, qui, pour avoir fait front avec les armes au régime criminel de Pinochet, est couché par la CIA sur la liste des organisations qui pratiquent le terrorisme…

 

UN MORT AU MILIEU DES PROBLÈMES

 

Toro a raconté qu’il a été arrêté par la Police de l’Immigration en 2007, quand il voyageait en train de Chicago à New York. Depuis ce moment, il a eu à répondre de l’accusation d’être sans papiers. Cependant, depuis trois ans, les autorités judiciaires veulent ajouter à sa condition de déporté l’"aggravation" de son militantisme révolutionnaire au Chili.

"Maintenant, depuis trois ans, le gouvernement des États-Unis considère que ma participation à la fondation du MIR, dont je m’enorgueillis, est un délit, une aggravation de ma situation" a-t-il expliqué.

 

Mais il y a un élément dans l’affaire de Toro qui rend impossible une résolution immédiate. Vendredi dernier, lors de sa dernière comparution devant la justice de l’immigration à New York, il a fait savoir qu’il était mort au Chili il y a plusieurs années.

"Ce vendredi est apparu le thème de ma condition de mort, assassiné au Chili au temps de la Dictature. Nous avons présenté un certificat de décès émis par le gouvernement de Pinochet et contre-signé par le gouvernement de Michelle Bachelet (2006-2010)", a énoncé le fondateur du MIR.

 

La mort de Victor Toro a été inscrite par la dictature militaire chilienne au Journal Officiel, manoeuvre qui cherchait à l’empêcher d’entrer ou sortir de son pays, et qui rend actuellement son retour impossible.

 

L’ACCUSÉ ACCUSE

 

L’objectif principal de Toro en ce moment est d’obtenir l’asile politique aux USA "parce qu’au Chili ceux qui ont fait le coup d’état, et qui n’étaient pas seulement des militaires, sont plus vivants que jamais. Les grandes entreprises qui ont fait du profit pendant la dictature militaire sont maintenant revenues au pouvoir, et c’est pour cela que j’exige l’asile politique" a-t-il dénoncé.

Mais au delà de sa demande d’asile, le militant Chilien essaie de faire prendre un tournant aux accusations qui pèsent contre lui et d’accuser les Etats-Unis d’avoir participé à sa persécution durant la dictature de Pinochet.

 

"Les Etats-Unis ont participé honteusement au coup d’état qui a commencé avec l’assassinat du président Salvador Allende et c’est quelque chose dont ils ont à répondre ." a-t-il souligné.

 

Pour étayer cette accusation, Toro a présenté lors de sa dernière déclaration devant la justice de l’immigration, des documents qui détaillent la participation de la Maison Blanche à l’Opération Condor.

 

L’Opération Condor a été un plan de coordination des opérations entre les décideurs des gouvernements dictatoriaux du Cône Chili, Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay et Bolivie - avec la CIA, déclenché durant les années 1970 - 1980.

 

"Nous avons apporté tous les documents déclassifiés qui existent et ceux qu’ont produits les organismes des droits de l’homme sur la participation des États-Unis aux dictatures militaires d’Amérique Latine. Maintenant, c’est nous qui accusons l’impérialisme" a-t-il fait remarquer.

 

Avec ces documents comme preuve, Toro accuse les responsables de l’Opération Condor d’avoir une responsabilité dans des assassinats comme celui du Commandant en Chef de l’Armée Chilienne, Carlos Prat, et de son épouse, perpétré en Argentine en 1974.

"Nous avons accusé les Etats-Unis d’avoir directement participé à l’assassinat du chef de l’armée Chilienne René Shenaider en 1970 pour empêcher Salvador Allende d’assumer la présidence" a-t-il indiqué.

 

Toro a affirmé que le combat pour l’asile politique leur permettra de démontrer "la participation de l’impérialisme dans les coups d’état, non seulement au Chili, mais aussi en Argentine, Uruguay, Paraguay, Bolivie, auparavant au Brésil et au Pérou, en Amérique Centrale et dans quelques pays des Caraïbes." , a-t-il détaché.

"Celui-ci nous permettra aussi de placer au premier plan la lutte pour la légalisation pour 20 millions d’immigrants sans papiers, de déclencher les batailles contre les rafles et les déportations et c’est ce que nous faisons et continuerons à faire"

 

Pendant ce combat, Toro réside dans le Bronx, New York, endroit qu’il appelle "les entrailles du monstre", et à partir de là il mène sa lutte pour la défense des droits des immigrants aux États-Unis.

 

Source : www.aporrea.org/tiburon/n168256.html

 

URL de cet article

 


http://www.legrandsoir.info/Incroyable-La-CIA-considere-comme-terroristes-ceux-qui-ont-combattu-Pinochet-les-armes-a-la-main.html
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Chili

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

c'est terrible et honteux à la fois et tu as vu que le camarade en profite pour partir en croisade contre les EU en les accusant de crime contre le peuple chilien, et il a bien raison, il n'a rien
à perdre, alors qu'il ne se gêne pas!!