Historique sous la VIème République : le Sénat bascule à gauche !!

Publié le 27 Septembre 2011

Depuis hier, le Sénat n’est plus le pré carré de la droite. Les 70 000 grands électeurs des 45 départements concernés par le renouvellement de la haute Assemblée ont tranché.

Elus(es) du peuple, représentant la démocratie de proximité, ils se sont fait les porte-paroles de millions de Français et de concitoyens en souffrance sociale, économique, culturelle et familiale.

Dans une multitude de villages de France la paupérisation a gagné du terrain, marqués par la crise du logement par exemple.

La politique de la droite menée à l’encontre des collectivités territoriales est devenue insupportable.

La réforme de ces mêmes collectivités passée à la hussarde, la politique des super métropoles dictées par les préfets, la RGPP, le spectre de la règle d’or, la suppression de la TP ont contribué a une prise de conscience de la part de la majorité des élus(es) de proximité. Cette conjugaison de sales coups à l’encontre de la démocratie locale a contribué à faire rompre la digue UMP au Sénat.

 

Ainsi, depuis l’avènement de la VIème République, une page se tourne : pour la première fois de son histoire, depuis le coup d’Etat constitutionnel de De Gaulle, le Sénat bascule à gauche !! 

 

Pour autant, il ne faut pas être débordant d’optimisme et crier trop vite victoire. Il nous appartient d’écrire cette page qui s’ouvre en imprimant en filagramme le maître mot du PCF et du Front de Gauche : «  l’humain d’abord !! »

 

Malgré son mode de scrutin désavantageant pour nous, cette élection a vu la progression du PCF en pourcentage et notamment celle du Front de Gauche. C’est le cas dans le Nord avec la liste conduite par le communiste Eric Bocquet, idem dans les départements les plus peuplés de France, où le Front de Gauche dépasse la barre des 14%...

 

Ces résultats doivent nous encourager à développer les initiatives dans le cadre des campagnes présidentielle et législatives de 2012. Ils doivent nous inciter à appeler à un renforcement quantitatif et qualitatif du PCF pour ancrer la gauche à gauche.

En agissant en proximité du monde du travail, des salariés, des jeunes et de tous les citoyens en souffrance, nous créerons les conditions d’une modification du rapport de force à gauche pour jeter les bases d’une alternative à la droite.

 

A sept mois de l’élection Présidentielle, ce résultat est un désaveu total de la politique de N. Sarkozy et de l’UMP.

Faisons en sorte qu’il ne reste pas une révolution de palais ( du Luxembourg ) et faisons attention aux éléphants hégémonique du PS.

Dès samedi prochain les élus de gauche devront élire un Président de Gauche en dégageant Gérard Larcher de son perchoir de président du Sénat.

 

Ce qui a été possible au niveau des grands électeurs doit le devenir auprès du peuple en regagnant la confiance et en démontrant notre volonté réelle et enracinée dans « nos trippes » de militants et responsables pour changer la société en profondeur.

 

La politique de l’UMP, plombée par les affaires,  au service du Medef, de la finance et des riches a assez fait de dégâts.

 

Il nous appartient de nous rassembler autour de notre slogan porteur d’espoir « l’humain d’abord » et de le faire pour un réel partage des richesses.

 

En 2012 dans le VAR il sera impératif de renvoyer chez eux tous ces députés UMP adeptes du double langage, qui mentent à la population et qui pratiquent un clientélisme effréné dans notre département.

 

Nous développerons tous nos arguments dans la campagne du Front de Gauche avec un PCF plus présents et plus remontés que jamais avec la rage de vaincre avec et pour le bonheur du peuple de gauche.

 

Jean-Marie Bernardi   PCF cuers

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #La voix des camarades

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Bonsoir Jean-marie,


Je suis contente de te voir t'exprimer ici, tu sais comme j'aime avoir ton avis en tant que militant pour le FDG : je te fais confiance, tu le sais et malgré nos différences, je sais que chacun
de nous vise les mêmes objectifs. Si tu m'assures que les communistes au sein du front veillent au grain pour la mise en application du programme, je suis déjà un peu rassurée. Nous attendons à
présent les actes qui seront déterminants pour l'expression du vote final pour nombre de camarades.


Merci de ta visite


 


bises


 


caroleone



C


Bonsoir Serge,


Je suis d'accord avec toi, il faut tenir compte de ce résultat qui émane d'électeurs au contact des gens mais néanmoins, il convient de ne pas l'idéaliser car il est somme toute assez juste. Je
viens de prendre connaissance de l'article de papy sur ce sujet, c'est évident qu'il n'y a pas de quoi pavaner non plus. Et il faut prendre en compte aussi le désavoeu de certains grands
électeurs de droite qui ont sanctionné également l'UMP.


Alors, constat mi-figue, mi-raisin pour ma part......à nous d'en tirer positivement les enseignements comme tu le dis !


Bises et merci pour ton analyse


 


caro



S


Bonjour à tous,


Ne voir dans le résultat des élections du sénat qu'une claque à Sarkozy  risque de nous faire passer à côté de ce qui est, pour moi, l'essentiel : le rejet de sa politique.


En effet, ce vote étant celui des "grands électeurs", on trouve parmi eux des hommes et des femmes qui se sont engagés, à leur sens "hors politique", pour le bien de leur commune.  Sur le
terrain, tous les jours, en tant qu'élus municipaux, ils mesurent concrètement les conséquences des diverses lois réduisant l'autonomie des collectivités locales.


Il me semble donc qu'il est important de bien mesurer ce fait pour s'en servir de point d'appui dans le développement des luttes futures. C'est en partant du vécu des gens que l'on peut démontrer
la nocivité de cette politique et avancer nos arguments montrant qu'une autre politique est possible, mais que seule l'intervention des travailleurs permettra son application.


Fraternellement


 


 


 



J


Certes ce vote peut être considéré comme une claque à Sarko. Mais avec lui la droite a peur. Il nous appartient de déplacer le curseur à gauche de plus en plus fort pour que les parti social
démocrate (PS) qui tire les marrons du feu prenne en compte nos exigences pour répondre aux aspirations populaires et du monde du travail qu'il serait trop long de développer ici. Les forces
militantes et organisées du PCF partenaire du FdG ( outil de rassemblement sur fond de luttes ) mettront leur coeur à l'ouvrage pour que 2012 ne soit pas un remake de ce qui s'est passé en 1981
et 1997. Pas d'alliance sans contenu rél de changement. Tout n'est pas pourri en politique et le slogan UMP-PS du FN doit être démonté pour faire place à une vie démocratique intense avec de
nouveux droits pour les salariés et les citoyens.



C


Bonsoir Txakal,


 


Tu as certainement raison, vote sanction mais prenons-le comme une claque mise à la droite.


Ce soir nous pourrions disserter sur le fait que les sénatoriales aient encore conforté la droite...alors je préfère quand même ce petit mirage !!


De l'optimisme de temps en temps ne fait pas de mal....qui sait cela annonce peut-être la fin d'un règne ?


Merci pour ta visite


 


bises


 


caroleone



T


Je crains fort que ce vote ne soit plus un vote anti-Sarkozy qu'un vote à gauche. Ou alors, c'est que le PS est à gauche à mon insu! On ne me dit jamais rien à moi...


Je me souviens encore du raz-de-marée aux élections d'après les évènements de mai 68. A l'époque, la France était moins à droite qu'à l'heure actuelle. Gare au retour de "la grande
trouille" après ce coup de semonce sans véritable conséquence. Des électeurs velléitaires ou avec des idées de continuité? Bonne question, non?