Grèce : Présentation du PAME

Publié le 10 Juin 2010

 

 

logo_PAME.png

 

 

 

 

 

logo-FSM.jpg

 

Le PAME est un Front Syndical Classiste, unitaire et national. Il a été fondé le 3 avril 1999, par la décision d'une Conférence nationale, en présence de 230 syndicats de base, de 18 organisations sectorielles et régionales et de 2.500 délégués syndicaux. Le PAME représente aujourd'hui 700.000 travailleurs en Grèce.

 

C'est la vie et l'action qui confirment que la naissance du PAME est une date historique dans le cadre du mouvement de classe et une perspective prometteuse pour les intérêts de la classe ouvrière. La grande majorité de la classe ouvrière en Grèce sans distinction de sexe, religion, langue et des préférences idéologiques, fait confiance au PAME et elle assiste à ses initiatives. Les syndicats les plus actifs en Grèce font partie du PAME. Ce sont les Organisations qui suivent la lutte de classe et la bataille contre l'exploitation de l'homme par l'homme, qui supportent le courant de lutte de classe contre le capital, l'Union européenne, les États-Unis et les gouvernements qui les soutiennent. Elles s'opposent à l'impérialisme et ses guerres.

 

Le PAME lutte sans compromis pour l'unité de la classe ouvrière. Il vise à recueillir et mobiliser davantage les travailleurs et les jeunes. Il pose des revendications qui répondent aux besoins modernes de la classe ouvrière. Il lutte pour le droit au travail et à l'assurance sociale de plein droits, pour les systèmes d'éducation et de santé, pour les conditions de travail contre les risques professionnels. Le PAME soutient la lutte du peuple palestinien contre l'agression israélienne, et la lutte populaire et internationale contre toutes les attaques et les guerres impérialistes. Il indique par ses positions et ses actions que la classe ouvrière est puissante quand elle est organisée et quand elle ajoute foi à la nécessité de la lutte déterminée contre les forces du capital. Le PAME organise des grèves, des manifestations, des occupations, des protestations de façon organisée, massive, solide, active contre les forces de répression et de terrorisme de patronat.

 

Le PAME a révélé depuis son début que la lutte pour les intérêts des travailleurs sont directement liés au renforcement du front contre les patronats, les gouvernements et les syndicats jaunes. Dans le mouvement syndical existe 2 courants : d'un côté, celui de la lutte de classe et de refus d'obéissance choisi par le PAME et de l'autre celui de la collaboration de classe et du dialogue social choisi par les organisations syndicales jaunes. Ces forces soutiennent et défendent le système d'exploitation. Elles soutiennent activement la stratégie du capital et des politiques anti-populaires. Elles reconnaissent les critères de la compétitivité et de la rentabilité des entreprises et celui du “réalisme économique”. Elles ne peuvent pas représenter la classe ouvrière. Elles représentent des intérêts opposés. Leurs demandes et leurs actions le prouvent. A noter également que depuis sa fondation, le PAME est confronté non seulement à l'attaque du patronat et des gouvernements, mais aussi à l'attaque des forces de droite, de la social-démocratie, de l'opportunisme, mais aussi des demi-opposants de gauche.

 

Les manifestations grandioses en Grèce montrent que la majorité des travailleurs, des paysans pauvres et des travailleurs indépendants, est contre les mesures barbares des gouvernements, de l'UE et du FMI. Depuis le début de la crise capitaliste, le PAME a exigé que la ploutocratie paye la crise et non les travailleurs. Il a dévoilé que la crise est un phénomène mondial et pas seulement un phénomène grec. L'action du PAME contre la crise capitaliste et ses résponsables s'est intensifiée à partir de Décembre 2009. Il est le principal organisateur des luttes de la classe ouvrière. Il organise des grèves générales, des manifestations constantes dans 65 villes en Grèce et des occupations symboliques dans le ministère du Travail, dans le ministère des Finances, dans la Bourse, e.t.c. Le PAME lutte contre l'application de toutes les mesures anti-populaires, contre l'appauvrissement du peuple. Il lutte pour un développement couvrant les besoins et les intêrets populaires et non les profits de la ploutocratie.

 

Le PAME est fondé sur les principes de l'internationalisme prolétarien et de la solidarité. Depuis 2000, il est membre de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM). Aujourd'hui, dans des conditions de domination temporaire de l'impérialisme, il y a la nécessité grande d'une coordination et d'une action commune avec des autres mouvements syndicaux dans les autres pays. Les forces du capital, la social-démocratie et l'opportunisme sont coordonnées par les mécanismes de la confédération européenne des syndicats (CES) et la CSI. Ces organisations sont les mécanismes et les partenaires du système capitaliste.

 

Nous nous trouvons au début de crises nouvelles et plus grandes. Ce système ne peut être reformé. Il devient plus brutal et il se putréfie. Dans ces conditions, la solidarité internationale et l'action coordonnée des syndicats de classe dans l'Europe sont nécessaires. La contribution de la Fédération Syndicale Mondiale est importante à cet égard. Le mouvement syndical classiste européen fixe le nouvel rendez-vous militant à la 9e Conférence du Bureau Regional Européen de la FSM à Rome le 1 et 2 octobre 2010 et au 16e Congrès de la FSM en avril 2011 à Athènes.

 

VM (PAME-FSM), pour le FSC

 

 

 

 

 

 

http://www.frontsyndical-classe.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Europe, #Grèce

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article