FRALIB : réunion sous haute tension

Publié le 2 Septembre 2011

gif-animaux--241-

 

 

 

FRALIB GEMENOS : Vous reprendrez bien une petite tasse de ....licenciement ?

 

 

 

LIPTON-FRALIB

 

 

 

 

 

Fralib Le CE s'est tenu alors que 134 employés ont reçu hier leur lettre de licenciement

20 minutes

 

Un coup de massue. Alors que les représentants des Fralib comptaient détailler leur projet de reprise du site de Gémenos hier matin à la direction lors d'un CE, ils ont dû gérer un autre problème. Car un peu plus tôt, 134 employés venaient de recevoir leur lettre de licenciement effective dès mercredi.


La direction se défend


« On a essayé de calmer nos collègues pour ne pas qu'ils investissent la salle du CE. En vain, raconte Olivier Leberquier, délégué syndical CGT Fralib. On se demande si la direction n'a pas fait exprès que ces courriers arrivent aujourd'hui. » Du côté d'Unilever, on se défend d'avoir voulu mettre de l'huile sur le feu. « Ces lettres ont été envoyées il y a quelques jours dans le cadre d'un processus prévu, détaille la direction. C'est un concours de circonstance si elles sont arrivées aujourd'hui. » Accompagnés de leur expert, les Fralib ont tout de même présenté leur plan, qui consiste à récupérer les machines ainsi que la marque « Eléphant » afin de prolonger l'activité du site. « La direction, qui découvrait ce projet pour la première fois en détail, a écouté sans poser de questions, se désole Olivier Leberquier. Et à la fin, le directeur du site Angel Llovera a sorti un communiqué déjà tout prêt qui nous expliquait que c'est un plan rocambolesque. » « C'est de notre responsabilité de dire au personnel que leur projet n'est pas viable », se justifie-t-on du côté de l'entreprise. Une journée dure à digérer pour les Fralib. « Ici, il y a des gens en détresse totale, il va falloir éviter les débordements. » 


jérôme comin

actions

Les représentants du personnel ont décidé de temporiser avant d'annoncer leurs futures actions. « On va se laisser un ou deux jours pour réfléchir, se renseigner juridiquement, explique Olivier Leberquier. En attendant, on va continuer à se rendre sur le site histoire de ne pas voir nos machines s'envoler.»

 

 

 

 

 



 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Travailleurs en lutte

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> <br /> Bonsoir papy,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je vois que l'insomnie ne t'enlève pas ton esprit critique !<br /> <br /> <br /> Quand à moi, malheureusement, mon esprit n'est pas trop à l'analyse en ce moment, néanmoins je trouve que ta réflexion est pertinente en ce qui concerne le risque encouru face à al continuation<br /> du projet de SCOP.<br /> <br /> <br /> Sauf qu'il faut savoir que vue la durée de la lutte menée sur le terrain, les enjeux qui l'ont fait perdurer et les engagements pris , cela sera forcément un poids pour les ouvriers face à la<br /> réalisation de leurs revendications.<br /> <br /> <br /> A ce moment des combats syndicaux, il faut savoir qu'il existe un point de non retour qui est je pense le point le plus difficile de la lutte : c'est le devoir de réussite face aux promesses<br /> liées à la lutte, on ne plus reculer sinon on désespère les attentes qui sont fortes chez les fralib.<br /> <br /> <br /> Les gouvernemenst et les directions savent très bien à notre époque gérer ce problème en laissant pourrir les lutttes dans la durée.<br /> <br /> <br /> Je n'aimerais pas être à la place des camarades qui en veulent encore et c'est tout à leur honneur.<br /> <br /> <br /> J'ai envie de leur dire: suivez l'exemple des luttes des peuples du Mexique, dans la ténacité et la fidélité aux engagements, je n'ai pas connu mieux.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Tout pour tous......todo par todos<br /> <br /> <br /> Merci pour ta visite mon petit papy, c'est toujours un plaisir de te lire.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bises<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> <br /> Bonsoir Caroleone,<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je profite d'une petite insomnie pour réagir à cet article.<br /> <br /> <br /> Bien évidemment c'est écœurant et très déstabilisant pour tous ces salariés qui se battent pour sauver leurs emplois. Je trouve que leur initiative, une SCOP à ce que j'avais cru comprendre, est<br /> très louable et si j'étais à leur place je me démènerais de la sorte. Cependant, dans le contexte économique actuel je crains aussi qu'il serait suicidaire de se lancer dans une telle entreprise<br /> !<br /> <br /> <br /> Ce serait à coup sûr une seconde "mort" pour les salariés, victimes une première fois du groupe Unilever puis une seconde en se retrouvant face à ce groupe en tant que concurrent. Unilever est un<br /> puissant groupe agro-alimentaire qui peut se permettre de dicter ses conditions aux réseaux de distribution... tu vois où je veux en venir.<br /> <br /> <br /> Perdre son emploi dans le contexte actuel est insupportable mais reculer l'échéance au risque de supporter des dettes jusqu'à la fin de ses jours serait quelque chose d'insurmontable.<br /> <br /> <br /> Ce qu'il faut réellement combattre c'est cette économie de marché tant que les entreprises qui exportent notre savoir faire à l'étranger ne seront pas condamnées au pénal pour leurs trahisons on<br /> ne pourra pas beaucoup avancer.<br /> <br /> <br /> Je suis de tout cœur avec les salariés de Fralib, d'ailleurs je boycotte à tout jamais les produits Unilever de mon caddie car malheureusement je ne vois pas d'issue favorable pour<br /> les salariés de Gémenos <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Fraternellement,<br /> Le Papy <br /> <br /> <br /> <br />