Fidel Castro critique la politique belliciste du Prix Nobel de la Paix Barack Obama

Publié le 11 Décembre 2009

 

La Havane, 10 décembre, (RHC)--. Fidel Castro, leader historique de la Révolution cubaine, critique la politique belliciste du « Prix Nobel de la Paix » Barack Obama dans un article qu’il a fait publier dans www.cubadebate.cu et repris par les principaux médias cubains.

Paru sous sa rubrique « Réflexions », l’article s’intitule « Obama n’était pas obligé de faire un geste cynique »


Fidel écrit que le 1er décembre 2009, Obama s’est employé à fond, car il a élaboré et ordonné soigneusement 169 phrases destinées à frapper chacune des touches qui l’intéressaient pour obtenir l’appui de la société nord-américaine pour sa stratégie de guerre en Afghanistan.

« Ce jour-là, j’ai eu l’impression d’écouter George W. Bush ; ses arguments ne diffèrent en rien de la philosophie de son prédécesseur, à l’exception près d’une petite feuille de vigne: Obama s’opposait à la torture » souligne Fidel qui écrit ensuite :


« Le Président des Etats-Unis ne dit pas un mot des centaines de milliers de personnes, y compris enfants et personnes âgées innocentes qui ont été tuées en Irak et en Afghanistan et les millions d’Irakiens et d’Afghans qui souffrent des conséquences de la guerre, sans aucune responsabilité dans les faits survenus à New York » Fidel fait ici allusion aux attentats du 11 septembre.


Et Fidel se demande :


« Pour quoi Obama a accepté le Prix Nobel de la Paix alors qu’il avait déjà décidé de mener la guerre en Afghanistan jusqu’aux dernières conséquences ? Il n’était pas obligé à un acte cynique.


Sources: RHC, AIN, GRANMA, TRABAJADORES, JUVENTUD REBELDE, PL, REUTER, EFE, IPS, ANSA, AFP, XINHUA, TASS, DPA, AP.

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Cuba, #Fidel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T

C'est la main de fer dans un gant de velours.
Ne jamais oublier qu'un autre "démocrate" US a failli plonger la planète dans une troisième guerre mondiale. Il s'appelait KENNEDY.