Femmes et résistantes : Martha Desrumaux

Publié le 17 Octobre 2010

 

MARTHA  DESRUMAUX

 

 

martha.jpg

 

 

 

 

 

 

Sur son enfance :

 

 

1897 : naissance à Comines ( Nord)

 

1906 : elle est orpheline et doit entrer à l'usine pour travailler le lin afin de faire vivre sa famille

 

 

Sur sa vie professionnelle et militante:

 

 

1910 : elle adhère à la CGT ( elle a 13 ans !)

 

1917 : elle organise sa première grève victorieuse aux usines Hassebroucq

 

1920 / 1922 : elle est dans les luttes à Comines

 

1921 : elle devient une des fondatrices du PCF et de la CGTU dans le Nord

 

1928 / 1929 : elle est dans les luttes ouvrières à Halluin, grèves des dix sous

 

1929 : elle devient membre du bureau politique du PCF et du bureau confédéral de la CGTU et de la CGT réunifiée

 

1930 : mobilisation autour des assurances sociales

 

1931 : luttes contre le puissant patronat roubaisien

 

1933 : luttes à Armentières

 

Elle pilote les premières marches de chômeurs entre Lille et Paris, organise des grèves du front populaire.

 

1936 : Martha organise la solidarité avec l'Espagne républicaine

 

Elle est la seule femme présente aux côtés de Benoit Frachon lors de la signature des accords de Matignon

 

1939 : Martha est clandestine car elle refuse de dénoncer le pacte germano-soviétique et elle a perdu ses mandats syndicaux. Elle demeure fidèle à son parti qu'elle réorganise à Bruxelles pendant la "drôle de guerre" en compagnie de J. Hentgès, JM. Fossier et E. Pattiniez.

Elle fait paraître clandestinement "l'enchaîné", elle saccage l'office de la propagande nazie à Lille avec des jeunes communistes.

Elle sillonne le Nord Pas de calais pour reconstruire le PCF et le mouvement syndical en s'aidant des jeunes filles de l'UJFF qu'elle a créé en 1936 ainsi que des soldats démobilisés et d'anciens syndicalistes.

 

Elle met en place dans le Douaisis du cahier de revendications du bassin minier qui servira de base aux grèves entre janvier et mai 1941 puis à la grève de juin 1941 durant laquelle 200.000 mineurs refuseront de reprendre le travail malgré les menaces des troupes allemandes et du préfet.

 

Août 1941 : Martha fait partie d'une liste d'otages dressée par le préfet carles

 

Septembre à janvier 1941 : elle est enfermée à la prison de Loos ( plusieurs de ses camarades seront assassinés)

 

12 janvier 1942 : elle part à Ravensbruck où elle sera l'une des premières françaises déportées. Elle entre en contact avec des déportées antifascistes d'autres nationalités et organise la résistance dans le camp, avec 2 autres résistantes françaises, Geneviève De Gaulle et Marie-Claude Vaillant-Couturier : conférences clandestines, aide aux plus faibles dès leur arrivée au camp, sabotage des vareuses et du matériel de la wermacht, collecte de friandises pour les enfants juifs à noël......

 

Revenue à Lille à la libération, elle est affaiblie par le typhus contracté dans les camps mais reprend ses responsabilités au sein de l'UD du Nord.

 

1945 : elle entre au conseil municipal de Lille , devient ajointe au maire, puis députée du Nord.

 

1954 : elle quitte ses responsabilités syndicales et s'occupe de la défense des déportés au sein de la FNIDRP.

 

 

Sur sa vie de famille :

 

Lorsqu'elle part pendant 2 ans à Moscou afin de se former dans une école internationale du mouvement communiste, elle y retrouve Louis Manguine, un métallo du Nord de 8 ans son cadet qu'elle apprécie en tant que militant.

 

Ils ont un fils en 1937, Louis.

 

 

Sur son leitmotiv :

 

La dignité des femmes, elle en fait son fer de lance ainsi que la valorisation des ouvrières au sein des luttes et dans les organisations syndicales et politiques.

 

 

La FIN :

 

30 novembre 1982 : elle décède le mêm jour que son comapgnon Louis Manguine

 

 

« toute sa vie n’a été que luttes pour un monde meilleur et juste ».

 

 

 martha2-94232.jpg

 

 

Martha Desrumaux - Une femme du Nord, ouvrière, syndicaliste, déportée, féministe - par Pierre Outteryck, historien - 250 p- 2009 - éditions du Geai Bleu - 25 €

Les Editions du Geai Bleu 166 rdc, avenue de Bretagne - 59000 LILLE Tél : 03 20 73 01 03 - Fax : 03 20 45 03 82 Courriel : legeaibleu@orange.fr

 

Plus d’infos également sur le site des Editions du Geai Bleu http://legeaibleu-editions.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Devoir de mémoire, #Des femmes pas comme les autres

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C

Merci camarade Valenton rouge pour ce complément d'information....amitiés communistes et féminines !!


V

Martha c'est toute une histoire, toute l'Histoire du Nord ouvrier mais pas celui des mines et des corons, celui du textile et d'un patronat d'une dureté terrible.
En 1941 la grève des mineurs a été accompagnée de celles nombreuses dont on a beaucoup moins parlé, elles de femmes du textile.
Les femmes des corons, des courées étaient sur tous les fronts et la solidarité ouvrière permettait de tenir au moins un temps.
Martha c'est toute une histoire, c'est toute notre histoire, aujourd'hui nous conjuguons le mot résister au présent, c'est par elle et toutes les autres que nous avons appris ce que lutter veut
dire.
Honneur à ces ouvrières qui s'émanciperont par et avec le parti du travail, le seul où elle trouveront leurs places et se la feront à l'occasion.
Martha toute une histoire, c'est notre histoire, celle du sang versé, d'Emilienne Mopty décapitée, des FTPF des terrils et de corons, du textile et de l'acier dans lequel furent trempés ces femmes
et ces hommes.
Voila pourquoi le mot camarade est "unisexe", il n'y a rien à y ajouter ou à en ôter, camarade.