Etats-Unis : Les chickasaws

Publié le 17 Août 2012

La nation chickasaw

 

 

 

u0ch5kgl

 

 

 

Peuple autochtonedu sud-est des Etats-unis

 

C’est l’une des cinq nations dites « civilisées » des Etats-Unis avec les cherokees, les choctaws, les séminoles et les creeks.

 

La nation est fondée dans les années 1830 après la déportation des chickasaws vers l’ouest. Le gouvernement tribal de la nation ckickasaw est une démocratie, les citoyens élisent pour un mandant de 4 ans un gouverneur et un lieutenant-gouverneur qui forment l’exécutif. La première constitution de la nation est ratifiée en 1856, l’actuelle date de 1983.

 

 

 

785px-Trails_of_Tears_en.png.jpg

 

 

 

 

Population : 38.000 personnes

 

Localisation : Oklahoma, Mississippi, Louisiane

 

Langue : chicacha du groupe linguistique muskogean

 

Nom français : chicacha

 

Ils étaient chasseurs – pêcheurs- agriculteurs- bâtisseurs

Ces anciens guerriers très redoutés et fiers de leur réputation de grande bravoure au combat leur a valu d’êtres comparés aux spartiates.

 

 

 

 

3010560021_1_13_ZkN9kItW.jpg

 

 

Mode de vie traditionnel

 

Leur environnement était composé d’une nature riche et d’un climat doux permettant une vie aisée.

Les femmes cultivaient les champs sur un sol fertile récoltant de nombreuses espèces comestibles, elles faisaient de la vannerie et de la poterie.

Les hommes pêchaient, chassaient le cerf et le daim, construisaient des canoës, des habitations légères recouvertes d’écorces et de feuilles.

C’est un peuple généreux et hospitalier.

 

Vous pourrez retrouver plus de détails généraux concernant les peuples du sud-est sur cocomagnanville ICI

 

 

 

 

Chickasaw_portraits.jpgPortraits chickasaws

 

Young Chickasaw man, Tom Cole, Winchester Colbert

Holmes Colbert, John Herrington, J. D. James 

Mary Hightower (Shunahoyah), Ashkehenaniew, Annie Guy

 

 

 

Histoire

 

 

 

-         1540 : Première rencontre avec l’explorateur espagnol Hernando de Soto qui les nomma « chicaza » au bord du Mississippi. De Soto exige des chickasaw qu’ils lui donne 200 porteurs pour continuer son voyage. Cette demande constitue une insulte aux yeux des indiens qui dès lors se montreront moins amicaux.

 

-         1731 : Deuxième contact avec les blancs : les français qui ont détruit la nation Natchez pour se venger de l’attaque de Fort Rosalie. Ils reprochent aux chickasaws d’voir donné asile aux réfugiés natchez. Les chickasaws refusant de livrer les réfugiés, les français les « puniront ».

 

-         1732 : guerre chickasaw contre les français

 

-         26 mai 1736 : bataille d’Ackia près de la ville actuelle de Tupelo ( Mississippi), lutte pour le contrôle du fleuve Mississippi entre français et chickasaws. Le champ de bataille d’Acki a été classé monument national en 1938

 

 

300px-DumontMemoiresLouisianeMap.jpg

 

Carte de Louisiane de Dumont de Montigny (Mémoires Historiques sur la Louisiane, 1753), annotée pour montrer l'action de Bienville et d'Artaguette dans la campagne contre les Chickasaw de 1736

 

 

-         Entre 1736 et 1739 : attaques contre les chickasaw de la part des « coureurs des bois » d’origine française venant du Canada et qui sont soutenus par des guerriers choctaws, miamis et illinois.

 

-        1739 : Bienville retente une fois encore d’écraser cette tribu hostile. Il lève une armée régulière de 1500 hommes sur les côtes du golfe et une autre armée de français et d’indiens du nord. Suite aux pluies torrentielles qui arrêtent les français à Chickasaw buff, Bienville doit abandonner.

 

-        1752 : Nouvelle tentative des français avec une armée lancée sur les villes fortifiées indiennes. Les militaires sont incapables de déloger les indiens et doivent se retirer.

 

-        1756 : le gouvernement français de Louisiane décide de l’anéantissement des chickasaws, ceux-ci s’allient aux anglais et l’expédition française échoue. Les anglais arment alors les chickasaws qui combattront leurs ennemis creeks jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

 

-        1832 : Début de la déportation des chickasaws sur la piste des larmes  Ils réussissent néanmoins à extorquer du gouvernement le meilleur des traités nagociés avec les tribus du sud-est. Ils signent à Pontotoc creek un traité avec les représentants du président Jackson aux termes duquel ils renoncent à toutes leurs terres à l’est du Mississippi « dès qu’un territoire convenable sera trouvé pour eux à l’ouest ».Une clause du traité prévoyait que le gouvernement fédéral devait en attendant assigner à chaque famille une concession comme résidence temporaire. Les terres en surplus serainet vendues aux enchères et le produit des ventes revenant aux chickasaws. Ils  s’entendent alors avec les choctaws déjà partis à l’ouest et ces derniers les accueillent à Little rock dans l’Arkansas.

 

 

-         Mai 1836 : aucun domaine n’ayant été acheté pour qu’ils puissent s’installer de façon permanente, puisqu’ils ont une possibilité d’entente avec les choctaw, ils décident de partir.

 

-         1837 : Traité de Doaksville entre les chefs chickasaw et choctaw afin d’officialiser leur accord. 4000 chickasaw, un millier de leurs esclaves seront déplacés. Ils vécurent avec les choctaws jusqu’en 1855, des tensions s’installant par la suite.

 

 

 

 

Plume.jpeg

 

 

 

En savoir plus sur les traditions des chikasaws grâce à cette visite illustrée de 

 

Didier Millotte

 

 

 

 

Page1.jpeg

 

Les objets en plumes sont magnifiques. Comme cet éventail.

Ils faisaient des cuillers avec des cornes coupées en deux. Ingénieux. 

La cabane en bois montées sur pilotis servait à garder les aliments hors de portée des animaux sauvages.

 

 

Village2.jpeg

 

A l'extérieur du musée, un village entier est reconstitué. Maison en bois, rondins et planches, sol creusé dans la terre, tronc-poteaux au centre avec trou en haut pour laisser la fumée s'échapper. Très confortable. 

 

 

 

 

Stickball.jpeg

 

  Un jeu m'interpelle. Le stickball. Avec de petites raquettes faites en bois et cuir, deux équipes s'affrontaient. Ils devaient lancer la petite balle, faite de poils d'animaux, sur un poisson rouge en haut d'un poteau en bois. Si ils le touchaient, deux points. Jeu d'adresse. Jeu collectif, lien social, aiguisant les capacités pour la chasse. C'est face à ce jeu que je réalise la société indienne. Intelligente, structurée. Loin de l'idée de sauvages.

 

 

 

 

 

 

Page2.jpeg

 

 

Site de la nation chickasaw

 

 

piomingo_statue_1-chef-chickasaw.jpg

Statue du chef chickasaw Piomingo

 

 

Caroleone

 

 

Sources : wikipédia, encyclopédie larousse, histoire des indiens des Etats-Unis : l’autre far West de marie – Claude Feltes- Strigler

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #indigènes et indiens

Repost 0
Commenter cet article