Droit de réponse au sujet de la libre pensée

Publié le 16 Mars 2011

 

 

 

 

Peux t-on être communiste, internationaliste, humaniste, zapatiste et syndicaliste et se référer à la libre pensée ?

 

 

 

 

"ok, mais quand on se targue d'être dans : le communisme, l'internationalisme, l'humanisme ! zapatisme, syndicalisme de classe ....on ne peut pas dire que l'on soit "libre de pensée"...
Vous pouvez être tout ce que vous voulez, c'est votre droit, mais pas "libre penseur"...

 

 

 

Voici la réponse d'un libre penseur qui sait de quoi il parle, c'est une référence à mes yeux :

 

Les choses sont très claires pour moi : les Statuts de l’ALPY ( association des libres penseurs des Yvelines, à laquelle nous sommes adhérents) ne sont pas en contradiction avec le communisme, l’internationalisme, l’humanisme et le syndicalisme. Nous luttons contre les idéologies racistes, antiféministes et dogmatiques dures ; nous sommes pour une stricte laïcité et en conséquence combattons les prétentions des différents clergés à vouloir nous imposer leurs croyances. La plupart des libres penseurs sont persuadés que le capitalisme est foncièrement mauvais, par sa nature, et est la cause principale des guerres.
Mais tu ne peux empêcher certains de confondre (consciemment ou inconsciemment)  une idéologie et son application pratique.
En résumé, philosophiquement, l’idéologie communiste est juste, l’idéologie capitaliste est injuste puisque basée sur l’exploitation. Je me réfère au sens inné de la justice que tout homme/femme de cœur possède. Des erreurs ont été commise au nom d’une idéologie juste, erreurs humaines qui ne remettent pas en cause l’idéal ; la leçon à tirer est que les hommes/femmes sont loin d’être parfaits. Les libres penseurs, par leurs idéaux élevés, tendent (et travaillent) vers une société plus juste et  vivant en paix ; à défaut d’espérer à court terme une humanité plus fraternelle et égalitaire, qui reste aujourd’hui du domaine de l’utopie.

 

 

MB

 

Pour en savoir plus sur les libres penseurs :

 

 

 

header home tmpphpREKpiT 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Libre pensée et laïcité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Alors là, si tu as découvert que tu étais libre penseur, c'est bien....<br /> Mais je pense que tout progressiste est libre penseur et nous avons ce point commun d'être des fans du CHE qui a certainement dirigé nos pas, inconsciemment.<br /> Quand on défend les droits des plus humbles et que l'on côtoie la misère , comment croire encore en quelque chose de divin ?<br /> C'est réellement l'opium des peuples et si tu savais comme quelquefois j'ai envie d'arracher les croix autour des cous et les foulards afin que puisse passer un peu de liberté, un peu de ce que<br /> nous nous donnons à nous même et qui est bloqué dans tous ses symboles !!<br /> <br /> mais tu sais papy,fais attention, à trop me fréquenter tu vas peut- être te découvrir d'autres valeurs......<br /> <br /> <br /> Caroleone<br /> <br /> <br />
P
<br /> Je ne pense pas avoir la prétention d'avoir fait un "essai philosophique", c'est simplement une réflexion qui me fait découvrir que je serais donc aussi un libre-penseur...<br /> J'avoue que je ne m'étais jamais posé cette question mais la réponse que j'ai trouvé au cours de cet échange me convient très bien comme ça. Après tout, il ne faut pas refusé de regarder la vérité<br /> en face.<br /> Pour en revenir à cette question qui me turlupine un peu, en fait je pensais à un "lien". Mais c'est d'une évidence que je me demande comment j'ai fait pour passer à côté. En fait tout est lié<br /> !<br /> Prenons Cuba comme exemple, dont la révolution n'aurait jamais vu le jour si les deux frères, fins politiciens, n'avaient pas rencontré l'anarchiste Ernesto Che Guevara. Leur motivation commune<br /> était de mettre fin à la dictature et à la corruption qui sévissait sur l'ïle avec pour credo le Marxisme. Le Che prouvera quelques années après la victoire qu'il n'était pas fait pour continuer à<br /> être ministre, sa vocation était de combattre pour la liberté, chère aux anarchistes. Oui le Che était un anarchiste, communiste, humaniste et fumeur de havanes ! Il a certainement inspiré<br /> Gainsbourg dans sa chanson "Dieu est un fumeur de havanes".<br /> Sans considérer que le Che était un dieu, ce qui ne lui plairait certainement pas, il nous a prouvé son engagement anarchiste durant la seconde partie de sa vie en tentant d'exporter la révolution<br /> cubaine d'abord au Congo puis finalement en Bolivie où l'attendait la CIA qui surveillait tous ses faits et gestes depuis son départ de Cuba. Le Che était la cible N°1 que la CIA voulait atteindre<br /> pour effacer l'affront de la révolte cubaine de 1958. Cette révolution leur avait occasionné la perte de millions de dollars qui provenaient du milieu de la pègre (jeux, alcool, trafic de drogue et<br /> aussi prostitution).<br /> Qu'y a t'il de choquant ?<br /> Oui, la CIA est à la tête de la plus gigantesque organisation criminelle au monde et elle continue encore de nos jours par exemple à contrôler le trafic de drogue en Afghanistan.<br /> On connaît tous la triste fin du Che exécuté par le sergent bolivien Mario Terán qui obéissait aux ordres de l'ordurier agent de la CIA Félix Rodríguez.<br /> Les effets personnels du Che sont toujours exposés au siège de la CIA comme trophées de guerre.<br /> <br /> La vie du Che symbolise a elle toute seule la réponse à ta question.<br /> <br /> Quant à Zapata, qui a eu un parcours quasi identique à celui du Che, il aura signé son arrêt de mort en plaçant au pouvoir celui qui le fera assassiner; Venustiano Carranza.<br /> <br /> En conclusion, je dirais qu'on peut être anarchiste, communiste, humaniste, libre penseur à la fois mais certainement pas avec l'objectif de devenir gouverneur ou dirigeant politique. Pourtant<br /> leurs destins sont liés, les plus grands anarchistes ont permis à certains dirigeants d'acquérir leur pouvoir... au péril de leur vie.<br /> <br /> <br />
C
<br /> Cher papy,<br /> <br /> Merci pour cet "essai" philosophique, car il s'agit bien de cela, n'est -ce pas car la libre pensée en relève.<br /> S'y retrouver est possible, je m'y retrouve et pourtant je navigue d'un groupe à l'autre et dans chacun je suis bien"intégrée" car les membres savent très bien à qui ils ont affaire et connaissent<br /> mes valeurs.<br /> Les libres penseurs m'ont permis grâce à leurs analyses de peaufiner mes engagements politiques, ont permis d'aiguiser mon esprit critique et je suis encore loin d'égaler leurs niveaux de<br /> compétence et d'intelligence, ça c'est clair.<br /> La libre pensée fait partie da ma vie et elle s'associe à mes autres engagements.<br /> Tu as raison, le communisme dans sa forme originelle n'a jamais été mis en application, ce sont les bureaucrates qui nous l'ont foiré car bien incapables de mettre le marxisme en application et<br /> trop occupés par leurs propres inéerêts. D'après les anciens cocos, la seule expérience qui a ressemblé au communisme a été la commune de Paris. D'ailleurs c'est sa fête cette semaine !<br /> <br /> Le programme commun entre Miterrand et Marchais à signé l'arrêt de mort du PCF, c'est une grande descente aux enfers à sa suite mais c'est aussi l'abandon par le parti des fondamentaux marxistes<br /> qui l'ont mis en échec, c'est certain.<br /> Comme c'est l'abandon de la lutte de classe qui met la CGT en péril, parler la langue de bois lorsque l'on a des idéaux révolutionnaires nous condamne forcément.<br /> <br /> Le zapatisme, oui, c'est une bonne réponse...le Zapata où est-il ?<br /> Je veux bien m'y coller mais tu vois, je ne crois pas au pouvoir, c'est pourquoi Marcos a été abandonné par les gauches car il n'a pas saisi l'occasion de renverser le pouvoir, il ne voulait pas<br /> d'une place au gouvernement.<br /> C'est Marcos et les zapatistes qui m'ont fait comprendre que je n'étais pas communiste au sens propre du terme......l'abandon de cette lutte par le PCF m'a ^questionnée et en fouillant j'ai<br /> découvert toute l'omerta faite autour du mouvement : j'étais donc déjà un peu du coté des anars et j'ai compris que j'étais à 50 % anar avec mon engagement de libre penseuse.<br /> Ce terme de "codex" que tu emploies pour la transmission des savoirs marxistes me plait bien, en effet, il faut le décoder Marx, ce n'est pas donné à tout le monde.<br /> Tu vois,même si un zapata, un Che guevara montait sur le trône de France, je crains qu'il ne vire un jour ou l'autre sa cutie, je ne crois pas qu'un élu ( et au plus haut niveau) puisse à l'heure<br /> actuelle mettre en place ces idéaux et le programme qu'il porte pour le peuple......<br /> Nénamoins, Chavez , Castro et morales nous démontrent qu'avec une forte volonté, des idées bien plantées et le soutien du peuple, on peut faure bouger les lignes et à leur échelle, quelle lignes<br /> !!<br /> Il faut donc y croire et la libre pensée nous permet d'analyser toutes ces choses, nous permet de rester toujours du bon côté celui de l'humain, du respect des lois écrites après les révolutions et<br /> qui ont fait leurs preuves.<br /> <br /> Que ceux qui pensent qu'appartenir de nos jours à des partis ou des syndciats nous lie les poignets, nous empêche de militer et d'avoir notre libre pensée réfléchissent bien avant de parler car la<br /> réalité ( enfin pour le moment) est toute autre.<br /> <br /> caroleone<br /> <br /> <br />
P
<br /> Ta question est une véritable colle !<br /> <br /> <br /> En peinture le noir l'emporte sur le rouge mais le résultat n'est pas vraiment satisfaisant.<br /> <br /> Le Marxisme nous enseigne que ce sont les peuples qui font l'histoire cependant bien qu'il soit l'essence du communisme on ne peut pas vraiment dire qu'il a vraiment existé à ce jour. Les raisons<br /> sont essentiellement par la faute des individualistes qui ont interprété le Marxisme à des fins personnelles de conquête de pouvoir, etc...<br /> En tous cas, je n'arrive pas à citer un seul exemple d'un vrai communisme originel en application bien que cela reste encore un idéal pour nous tous.<br /> <br /> Je crois sincèrement qu'en cette période excessive dominée par un capitalisme ultra sauvage, qu'il existe effectivement un lien commun entre le communisme, l'humanisme, le syndicalisme, le<br /> zapatisme y compris le "guevarisme" et bien entendu la libre pensée. Ce lien se situe dans la capacité à se révolter et se battre pour des convictions sincères permettant d'aboutir sur une<br /> civilisation meilleure pour ce qui constitue la majorité de la population, à savoir, le partage des richesses, l'égalité des chances pour tous, et la liberté.<br /> Voila, le mot est lâché : la liberté !<br /> Ce simple mot prend des proportions de rêves, d'idéaux et de divisions.<br /> Par liberté, doit-on considérer les libertés de culte ?<br /> Les communistes ne sont pas favorables à l'expression du culte (sous toutes ses formes) et pourtant les communistes contemporains se battent pour défendre le respect du culte musulman face au<br /> racisme. C'est assez compliqué déjà sur ce point.<br /> Finalement on en revient à l'interprétation qu'on fait du Marxisme. Il n'y a rien à inventer, Marx l'a fait pour nous, il suffirait d'appliquer ces valeurs pour franchir une grande étape sur le<br /> plan de la sagesse.<br /> Il "suffirait", comme on "pourrait", bref du conditionnel suivi de promesses.<br /> Ça ressemble fortement à la politique actuelle !<br /> Plus j'y pense et plus je crois que le problème n'est pas dans les fondements mais dans le détournement des dogmes par quelques leaders ambitieux. On possède les solutions, Marx nous a livré son<br /> "codex" mais la difficulté réside dans son décryptage.<br /> Qui peut prétendre avoir compris et vouloir appliquer le Marxisme au plus proche de sa pensée originelle ?<br /> D'autant plus qu'il y a aussi une instrumentalisation de la droite qui noyaute les forces de gauche depuis la seconde guerre mondiale. C'était déjà le début de la fin d'un communisme qui ne s'était<br /> pas encore épanouis en France. Je pense que le coup de grâce du communisme a été assené par François Mitterrand dans les années 70/80. Depuis la disparition de Georges Marchais je n'ai pu constater<br /> que des divisions au sein de ce qui représentait la gauche. Combien de courants différents de gauche existent à ce jour ? Je crois qu'il y a tellement d'individualités qui tirent la couverture vers<br /> eux-mêmes qu'on ne retrouvera pas l'unité nécessaire pour changer les choses par la seule voie politique.<br /> <br /> Le zapatisme en France ?<br /> Il me semble que ce serait de loin la meilleure solution. On a juste un problème majeure... on n'a pas encore trouvé notre Zapata !<br /> <br /> Le syndicalisme, oui bien sûr mais surtout qu'il reste syndical et n'empiète pas sur la politique. Le syndicalisme est fait pour défendre les droits des travailleurs et les travailleurs sont<br /> destinés à prendre le pouvoir et sa destinée en main. Il ne faut donc pas d'organisation au-dessus des travailleurs, qui pourraient certainement s'ingérer dans les affaires qui concernent les<br /> citoyens travailleurs et gestionnaires des décisions de la nation.<br /> <br /> C'est pour tout ça que ta question est une vraie colle !<br /> Dans la théorie je dirais "bien volontiers" mais dans la pratique je ne pense pas que nous soyons suffisamment évolués pour franchir ce cap.<br /> <br /> <br /> Bon, faut que je file me coucher, je suis épuisé et j'ai peur que l'infirmière de garde ne finisse par me confisquer mon MacBook !<br /> <br /> Amitiés Fraternelles,<br /> Le Papy<br /> <br /> <br />