Cuba, l'île aux oiseaux

Publié le 31 Janvier 2012


Voyage au pays des plumes enchantées et colorées

 

 

toc.jpg

 

 

 

Vous ne le savez peut-être pas mais Cuba regorge de variétés d’oiseaux, 357 pour tout vous dire !!


Il existe sur la petite île une riche collection d’oiseaux rares dont 22 espèces endémiques. Cela représente 9% des réserves de la biosphère d’Amérique latine et des Caraïbes.
La moitié des 357 espèces vient se réfugier ici pendant l’hiver lors de leur migration.
On a presque envie de faire comme elles !!

 

 

 

guit-guit-sai.jpg

                                                                           le guit-guit-saï (cyanerpes cyaneus)

 

 

 

 

 

09410                                                           La chevêchette de Cuba (glaucidium ciju)

 


 

 

 

colibri_anime.gif

 

 

 

 

Le tocororo, oiseau emblème de Cuba

 

 

3238470860 02811628b0 z

 

                                                   Le tocororo ou trogon de Cuba (priotelus temnurus)

 

 

Pourquoi a-t-il été choisi comme emblème ?


Tout d’abord à cause des couleurs de son plumage qui sont celles du drapeau cubain : le rouge, le bleu et le blanc
Ensuite pour sa résistance aux barreaux, il tombe malade dès qu’il est enfermé et détruit alors son plumage.

Les aborigènes Taïnos qui peuplaient l’archipel à la période précolombienne appelaient cet oiseau guatiri et il serait un cousin du célèbre quetzal guatémaltèque.

 


 

Deux espèces endémiques menacées

Le troglodyte de Zapata et le bruant de Zapata, dont les aitres de distribution et les populations ont été réduites dans le marais de Zapata.

 

 

 

 

troglodyte-de-zapata.jpg

 

                                                              Le troglodyte de Zapata (ferminia cerverai)

 

 

 

250px-Torreornis_inexpectata_3.jpg

                                                            le bruant de Zapata (torreornis inexpectata)

 


 

 

Ou admirer les jolis plumages ?




-    Sierra del Rosario : c’est un endroit idéal pour les observer et le site est facilement accessible. Quelques résidents ciblés : le solitaire de Cuba, le rodier de Cuba et le trogon de Cuba, des espèces endémiques.


-    Péninsule de Zapata : c’est l’une des meilleures régions fournissant un observatoire car elle est composée de salines, de marais à mangroves, d’épaisses broussailles, de forêts et lagunes salées qui attirent toute sorte d’oiseaux.


-    Cayo coco et les cayos de la côte nord qui sont les meilleurs endroits pour voir les sous-espèces endémiques et les oiseaux aquatiques.


-    Montagnes de la Sierra maestra, cuchillas del toa et les côtes alentour qui abritent de nombreuses variétés d’oiseaux : tangaras, orioles, pic-verts, todiers, colibris.


-    Province de Camagüey dans la sierra de Najasa, la réserve forestière est l’habitat du tyran géant ainsi que des espèces menacées telles la conure de Cuba, la chevêchette de Cuba et le viréo de Cuba.

 


 

 

21910.jpg

 

                                                                        conure de Cuba (aratinga euops)

 

 

 

 

 

 

132991078.U50oXh4U.todierdecuba720IMG_3300.jpg                                                                        Le todier de Cuba (todus multicolor)

 


 

 

 

Zunzuncito ou le plus petit oiseau du monde

 


 

 

 

zoizo.jpg

                                                                   le Colibri d'Helen (mellisuga collinae)

 

 

Il ne vit uniquement qu’ à Cuba, il s’appelle aussi colibri d’Helen ou colibri-abeille parce qu’il n’est pas plus grand qu’un bourdon avec lequel on le confond !!


On le trouve dans le parc national de Zapata et sur l’île de la jeunesse.

 

coin1b-copie-1.jpg

                                                                                                Taille réelle
                                                                                     Photo : Robert Tyrrell

 

 

 

 

De minuscules œufs !!

La femelle du colibri-abeille pond de minuscules œufs de la taille d’un petit pois, ce sont les plus petits œufs d’oiseau au monde.
Ce nom de colibri a été donné par les indigènes taïnos, dans leur mythologie cet oiseau signifie la renaissance, ou oiseau-dieu.

 

nid-colibri.jpg

 

Photo nid remarquable fait en soie, découvert dans les environs d’une manufacture de soie de Baracoa.

 

 

 

 

Cuba, importante zone d’hivernage


 

Les cinq espèces migratrices les plus fréquemment notées sont :

 

-    Le moqueur chat
-    La paruline bleue
-    La paruline noir et blanc
-    La paruline flamboyante
-    La paruline couronnée

 

 

 

 

moqueur.chat.caed.3g

                                                                                 le moqueur-chat (dumetella carolinensis)

 

 


 

Les 357 espèces , c’est ICI

 

 

 

 

 

 

Et en voilà encore.....juste pour le plaisir des yeux !!

 

 


 

 

cuba1.jpg

                                       Le petit chanteur de Cuba : le sporophile petit-chanteur (tiaris canorus)

 

 

 

tyran-geant.jpg

                                                                Le tyran géant (tyranus cubensis)

 

 

aigrette-neigeuse-egretta-thula-ois363.jpg

 

                                                                      L'aigrette neigeuse (egreta thula)

 

 

 

129037579-copie-1.jpg                                                                 La paruline d'Oriente (terestristis fornsi)

 

 

 

cuba2008-picpoignarde.jpg

                                                           Le pic poignardé (xiphidiopicus percussus)

 

 

 

jour7image2.jpg

 

                                                     Gobemoucheron gris-bleu (polioptila caerulea)

 

 

 

Merci de votre visite

 

caroleone

 

 

 

Sources : ornithopedia, livre perso, sur le net

 

 

 

 

 

 


Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Cuba

Commenter cet article

Famille des bois 31/01/2012


Bonjour Caro,


Ils ont bien de la chance ces oiseaux de Cuba qui nous réchauffent le coeur de leurs jolies couleurs ...


Ici, en ce moment, on se contente du manège de nos espèces locales, pas aussi nombreuses mais très variées,  qui viennent picorer, à tour de rôle ou ensemble, sur la mangeoire fabriquée pour
eux ...  Comme nous habitons avec eux dans la forêt, c'est un devoir de les aider à passer l'hiver pour qu'ils nous régalent de leur chant au printemps ...


Bises